Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Publius Septimius Geta père de Septime Sévère

Publius Septimius Geta père de Septime Sévère

vendredi 13 novembre 2020 (Date de rédaction antérieure : 18 mai 2012).

Publius Septimius Geta père de Septime Sévère (110-198)

Leptis Magna ; lieu de naissance de Publius Septimius Geta père de Septime Sévère

Père de Lucius Septime Sévère, grand-père paternel des empereurs romains Caracalla et Geta. Né en Leptis Magna [1] d’une famille riche et distingué.

Son père était de descendance Eques [2], et sa mère était la fille de Marcus Marcellus Vitorius , Consul Suffect [3] en 105, ses grands-parents paternels étaient Geta Marcus Aper Septime, et Octavie. Il épousa Fulvia Pia, fille de Fulvius Pius, et de Plautia Octavilla.

Geta et Pia ont eu trois enfants, un fils Lucius Septime Sévère, un autre fils plus jeune Publius Septimius Geta et une fille Octavilla Septimia.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Publius Septimius Geta (père de Septime Sévère)/Traduit par mes soins

Notes

[1] Leptis Magna ou Lepcis Magna, était une des villes importantes de la république de Carthage. Sous Dioclétien, en 303, lors de la partition de l’Afrique Proconsulaire, elle devient la capitale de la nouvelle province, la Tripolitaine. Ses ruines sont situées près de la ville actuelle de Khoms, à environ 120 km à l’est de Tripoli, sur l’embouchure de l’oued Lebda en Libye.

[2] Peuple antique du nord est du Latium, en Italie. Ennemis de la Rome antique durant les 3 premiers siècles d existence de cette ville. Ils occupaient la partie supérieure de la vallée de l’Anio, du Tolenus et de l’Himella. Leur principal centre aurait été pris par les Romains vers 484 av. jc et de nouveau environ 90 ans plus, mais ils ne sont définitivement soumis qu à la fin de la 2ème guerre samnite.

[3] Parfois, un consul décède ou démissionne avant la fin de son mandat de douze mois. Le consul restant rétablit la collégialité par l’élection intermédiaire si le délai restant le permet ou par la désignation directe d’un consul suffectus (du participe passé du verbe sufficere, « remplacer »). Ce consul entre en fonction immédiatement, il a les mêmes privilèges et les mêmes pouvoirs que le consul remplacé mais il n’est en charge que pour la durée du mandat qui reste à couvrir. Enfin, le consul suffect ne donne pas son nom à l’année, à l’inverse du consul dit ordinaire.