Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Baudouin III de Jérusalem

Baudouin III de Jérusalem

mercredi 3 juillet 2013 (Date de rédaction antérieure : 21 février 2012).

Baudouin III de Jérusalem(1129-1163)

Roi de Jérusalem (1143-1163)

Fils et successeur de Foulques V, comte d’Anjou, et de Mélisende de Jérusalem. Lorsqu’il est couronné, en mars 1152, le royaume de Jérusalem a perdu Édesse [1] en totalité et une partie du comté d’Antioche [2].

Il lance en janvier 1153 une expédition pour s’emparer d’Ascalon [3], cité prospère qui lui ouvre la porte de l’Egypte. L’assaut de la ville, mené par le Grand-maître du Temple, Bernard de Trémelay est un échec et les Templiers sont tous massacrés. Mais le siège réussit et les Ascalonites se rendent le 19 août 1153. Commence alors une longue lutte entre Baudouin III et Nour-ed-Dîn, dont aucun des 2 adversaires ne sort ni vaincu ni vainqueur. Pour mettre fin à cette situation, il épouse la nièce de Manuel Comnène empereur de Byzance, Théodora. Il s’assure ainsi la neutralité de la puissance du Nord, alliée parce que chrétienne, mais dans les faits bien souvent hostile, et efface les mauvais souvenirs de la 2ème croisade.

Quand il meurt empoisonné par son médecin, le 10 janvier 1162, le royaume est sécurisé.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Imago Mundi/ Baudouin III de Jérusalem et petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 138

Notes

[1] Le comté d’Édesse est l’un des premiers États latins d’Orient, le plus avancé dans le monde islamique. C’est aussi le premier à être reconquis par les musulmans, une cinquantaine d’années après sa création. Initialement limité aux environs d’Édesse (aujourd’hui Şanlıurfa en Turquie), il s’est accru jusqu’à couvrir un territoire de part et d’autre du cours supérieur de l’Euphrate et sur les régions de Mélitène (Malatya), de la Commagène (autour de Samosate et de Marach), du Chabakhtan (autour de Turbessel) et de l’Osrohène (autour d’Édesse). Sa capitale était Édesse. Le comté d’Édesse est bordé au nord par le sultanat de Roum et les Danichmendides, à l’est par la région de Diyarbakır, au sud par l’émirat de Mossoul, la Djazirah et l’émirat d’Alep et à l’ouest par la principauté d’Antioche et la Cilicie arménienne.

[2] La principauté d’Antioche, dont le territoire est en Turquie et en Syrie, était l’un des États latins d’Orient constitué lors des croisades. La fondation de la principauté est due à la seule volonté de Bohémond de Tarente de se tailler un État en Terre Sainte. Avant de participer à la croisade, Bohémond de Tarente, fils aîné de Robert Guiscard, s’était vu préférer son demi-frère cadet Roger Borsa comme duc des Pouilles et de Calabre. Antioche était une ancienne ville byzantine qui n’avait été conquise par les musulmans qu’une dizaine d’années auparavant, en 1084. Et lors de leur passage à Constantinople, le basileus Alexis 1er Comnène avait exigé par serment des principaux chefs croisés qu’ils lui restituent les terres précédemment perdues par les Byzantins et seul Raymond IV de Toulouse avait refusé de prêter serment.

[3] Ashkelon ou Ascalon est une ville balnéaire d’Israël sur la côte méditerranéenne dans le district sud, au nord de la Bande de Gaza. Elle est située à 64 km au sud de Tel-Aviv. Ancienne colonie de Tyr, elle fut embellie par Hérode, et devint la seconde ville du pays par la grandeur. On y remarquait le temple de Dercéto. Elle est conquise par les Arabes en 638 par le calife `Umar. Elle est occupée par l’émir Mu`âwiya gouverneur de la Syrie et futur calife omeyyade. En 1098, le calife fatimide Al-Mustansir Billah fait construire un mechhed (arabe : مَشْهَد mašhad, lieu d’un martyr) pour y recevoir le crâne de Husayn troisième imam chiite. Ce crâne aurait été transféré au Caire dans un autre mechhed. En août 1099, les Croisés, sous le commandement de Godefroi de Bouillon, assiègent la ville. Ils la prennent provisoirement aux Fatimides en 1102, mais la forteresse résiste jusqu’en 1153. Ce n’est qu’à cette date que la ville est véritablement intégrée au royaume de Jérusalem par Baudouin III. La bataille navale d’Ascalon, confirme la domination maritime de Venise sur Constantinople en 1126. La ville est reprise par Saladin en 1187. La forteresse est rasée pour ne pas tomber entre les mains de Richard Cœur de Lion roi d’Angleterre. Le roi d’Angleterre prend Ascalon et Jaffa, négocie auprès de Saladin le libre accès des pèlerins à Jérusalem et retourne en Angleterre en 1192. En 1270, le sultan mamelouk Baybars rase complètement la ville.