Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Bernard de Tremelay

jeudi 30 avril 2015 (Date de rédaction antérieure : 17 février 2012).

Bernard de Tremelay

Grand maître des templiers de Juin 1151 au 16 Août 1153)

Il est né au château de Dramelay [1] aux environs de Saint-Claude. Il fut précepteur du Temple de Falletans [2], près de Dôle en Franche-Comté. Il fut élu en 1151 à la succession d’Évrard des Barres, après qu’un certain Hugues ait assuré l’intérim, le temps, sans doute, que le précédent Grand Maître confirme sa démission.

Baudouin III offre à l’Ordre la citadelle en ruines de Gaza. Ces religieux guerriers, achevèrent de fortifier cette ville en élevant des tours et de nouveaux retranchements, et ils en firent une place d’armes imprenable, d’où ils réprimèrent les courses de la garnison d’Ascalon [3] et forcèrent enfin les Sarrasins à se renfermer dans leurs murailles. Il fut tué au combat avec tous ses chevaliers lors du siège d’Ascalon [4] le 16 août 1153.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire des Maîtres de l’Ordre du Temple/Bernard de Tremelay/

Notes

[1] Dramelay est une commune française, située dans le département du Jura. Le premier sire de Dramelay connu est Amédée de Dramelay, en 1044. Son petit-fils, Onfroy, seigneur de Dramelay vers 1090 est en relation avec le prieuré clunisien de Romainmotier. Bernard de Dramelay, Grand Maître du Temple en 1152, meurt au siège d’Ascalon en Palestine le 16 aout 1153. Hugues de Dramelay est connétable du Comté de Bourgogne en 1173. Il est le père de Hugues II, seigneur de Dramelay de 1189 à 1217. En 1240, son fils est chassé du château, pour fait de guerre. Le château devient alors possession du Comte de Chalon.

[2] Ancienne commanderie de l’ordre des Templiers dédiée à Saint-Denis et fondée grâce au comte de Bourgogne Renaud III qui, en 1132, donna des terres aux Templiers. Premier établissement de Templiers créé en Franche-Comté. Bernard de Dramelay en avait été le commandeur dès son ouverture. Relevant du Grand-Prieuré d’Auvergne, l’établissement bénéficiait de privilèges conséquents tels le droit de pêche et de bac ou le droit d’exploitation en forêt. Cette maison du Temple était fortifiée et entourée d’épaisses murailles flanquées de tours. Une chapelle jouxtait le bâtiment. Après la dissolution en 1312, l’établissement fut cédé à l’ordre des chevaliers de Malte.

[3] Ashkelon ou Ascalon est une ville balnéaire d’Israël sur la côte méditerranéenne dans le district sud, au nord de la Bande de Gaza. En 1098, le calife fatimide Al-Mustansir Billah fait construire un mechhed (lieu d’un martyr) pour y recevoir le crâne de Husayn troisième imam chiite. Ce crâne aurait été transféré au Caire dans un autre mechhed. En août 1099, les Croisés, sous le commandement de Godefroi de Bouillon, assiègent la ville. Ils la prennent provisoirement aux Fatimides en 1102, mais la forteresse résiste jusqu’en 1153. Ce n’est qu’à cette date que la ville est véritablement intégrée au royaume de Jérusalem par Baudouin III. La bataille navale d’Ascalon, confirme la domination maritime de Venise sur Constantinople en 1126. La ville est reprise par Saladin en 1187. La forteresse est rasée pour ne pas tomber entre les mains de Richard Cœur de Lion roi d’Angleterre. Le roi d’Angleterre prend Ascalon et Jaffa, négocie auprès de Saladin le libre accès des pèlerins à Jérusalem et retourne en Angleterre en 1192. En 1270, le sultan mamelouk Baybars rase complètement la ville.

[4] Le second siège d’Ascalon a lieu en 1153 et se conclut avec la prise de la forteresse égyptienne par les croisés du Royaume de Jérusalem. La ville, dernier bastion fatimide en Palestine, fut prise par les Francs en 1153, au terme d’un siège au cours duquel Bernard de Tramelay, maître de l’Ordre du Temple, fut tué avec tous ses chevaliers. La ville fut intégrée au royaume de Jérusalem par Baudouin III, puis reprise par Saladin le 4 septembre 1187. Après la capitulation d’Acre en 1191, Ascalon tomba aux mains de Richard Cœur de Lion, qui y construisit une forteresse menaçant l’Égypte. Saladin exigea qu’elle soit démantelée en préalable à la paix de 1192, et la ville lui fut livrée.