Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Agis III

lundi 15 décembre 2014 (Date de rédaction antérieure : 26 juillet 2011).

Agis III

Roi de Sparte de 338 à 331 av. jc

Son charisme et sa détermination lui permettent d’exercer la fonction royale dans toute son autorité. Il consacre son règne à consolider la position lacédémonienne dans le monde grec, mais ne parvient pas à contrecarrer l’hégémonie macédonienne.

Il est le fils du roi Archidamos III, de la famille des Eurypontides. Il assume la régence quand son père part guerroyer en Italie en 338 et lui succède quand celui-ci trouve la mort contre les Lucaniens [1] à la veille de la bataille de Chéronée [2]. Il règne conjointement avec Cléomène II, de la famille des Agiades.

Les premières années de son règne sont marquées par une grande prudence. Il ne prend aucune initiative pour contrer Alexandre le Grand et cherche vraisemblablement à consolider Sparte après l’échec de l’expédition italienne. En 334, après que Darius III accède au trône perse, il dépêche à Suse un envoyé pour établir une alliance avec l’Empire achéménide. Occupé à préparer la guerre, Darius fait attendre le négociateur spartiate, qui sera capturé à Damas après la bataille d’Issos [3]. Sans nouvelles de son envoyé et mal informé du progrès de la campagne macédonienne sur terre, Agis conclut à tort que Darius a l’avantage sur Alexandre et décide de vérifier par lui-même. Par la mer, il gagne Siphnos [4] où viennent d’arriver les satrapes Pharnabaze et Autophradatès, vraisemblablement pour mener à bien le plan de Memnon de Rhodes d’envahir la Grèce. Parallèlement, il envoie son frère Agésilas au cap Ténare [5], la base navale de Sparte, avec pour mission de lever une flotte, celle-ci a vocation à se rendre en Crète pour lever des mercenaires.

À Siphnos, Agis et les satrapes reçoivent la nouvelle de la défaite perse à Issos, qui bouleverse tous leurs plans. Il réussit néanmoins à obtenir 30 talents et 10 vaisseaux qu’il envoie à Agésilas. La flotte est envoyée en Crète pendant qu’Agis reste dans les Cyclades [6]. Après l’hiver 333-332, il rejoint Autophradatès à Halicarnasse [7] où il parvient à recruter 8 000 des mercenaires de Darius, sans emploi après la bataille d’Issos. À la tête de ces derniers, il rejoint son frère en Crète où il se rend maître de la plupart des cités et les force à prendre le parti anti-macédonien.

Au printemps 331, il est à la tête d’une armée prête à engager le combat avec Alexandre, qui se trouve alors en Égypte. À ce moment, Memnon, gouverneur de Thrace, se révolte contre la tutelle macédonienne, probablement en lien avec Agis. Ce dernier rassemble les cités péloponnésiennes et défait le général macédonien Corragos. Il se heurte néanmoins au refus d’Athènes de lui envoyer sa flotte. Le général macédonien Antipater, attaqué sur 2 front, porte d’abord son armée contre Memnon. Aucune bataille n’a lieu, ce qui suggère une paix négociée entre le gouverneur de Thrace et Antipater. À l’automne, ce dernier peut, à la tête d’une armée de 40 000 hommes, gagner le Péloponnèse où Agis assiège Mégalopolis [8].

Surpassée en nombre, Sparte est vaincue et Agis meurt sur le champ de bataille sans postérité. Son frère Eudamidas 1er lui succède.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Histoire de l’Europe et de la Méditerrané/ Agis III Roi de Sparte/

Notes

[1] Les Lucaniens étaient un peuple italique qui habitait en Lucanie, une région de Basilicate en Italie. La langue parlée par les Lucaniens est une langue indo-européenne osque qu’ils écrivaient avec des caractères grecs. Vers le milieu du 5ème siècle av. jc, les Lucaniens ont poussé les peuples indigènes de la région de l’actuelle Basilicate vers les montagnes intérieures. Ils avaient adopté une constitution démocratique, sauf en temps de guerre, lorsqu’ils choisissent un dictateur parmi les magistrats ordinaires. En 336 av.jc, ils sont alliés de la colonie grecque de Tarente lors de son conflit avec le roi Alexandre 1er d’Épire pour le contrôle de la Grande Grèce.

[2] La première bataille de Chéronée, en août 338 av. jc, est une victoire de Philippe II de Macédoine sur une coalition de cités grecques menée par Athènes.

[3] La bataille d’Issos s’est déroulée en novembre 333 av. jc dans l’antique Cilicie. Elle oppose l’armée d’Alexandre le Grand à celle de Darius III. L’armée macédonienne remporte une victoire décisive sur l’armée perse pour la première fois commandée par Darius en personne. Le lieu de la bataille se situe près de l’actuel İskenderun en Turquie, aux abord d’un petit fleuve côtier appelé Pinaros durant l’Antiquité, à 10 km environ au sud d’Issos.

[4] Sifnos ou Siphnos est une île grecque du sud-ouest de l’archipel des Cyclades, située à 78 milles marins du Pirée. Le port principal, Kamarès, se trouve sur la côte ouest, la capitale Apollonía, se situant dans l’intérieur des terres.

[5] Le cap Ténare, aussi connu sous le nom de cap Matapan, est un cap du Péloponnèse, situé à l’extrême sud de la péninsule du Magne, en Laconie. C’est le point le plus méridional de la Grèce continentale et du continent européen.

[6] Les Cyclades sont les îles grecques de la mer Égée méridionale, qui forment un nome de la région de l’Egée Méridionale. L’archipel comprend environ 250 îles, îlots et îlots rochers. Seules 241 îles sont habitées. On les appelle Cyclades car elles forment un cercle autour de l’île sacrée de Délos.

[7] Halicarnasse est une ancienne ville d’Asie Mineure sur la mer Égée, dans l’ancienne province de Carie, dont le site est actuellement occupé par la ville de Bodrum, au sud-ouest de la Turquie.

[8] Mégalopolis ou Megalópoli est une ville de Grèce, dans le Péloponnèse, dans la vallée de l’Alphée. Elle fut fondée entre 371 et 368 avant notre ère par Épaminondas pour surveiller Sparte, et fut le siège de la ligue arcadienne. En 331, Agis III, roi de Sparte, fut tué lors de la première bataille de Mégalopolis, qui l’opposa à Antipater, un général d’Alexandre le Grand.

Répondre à cet article