Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Casimir 1er le Restaurateur ou le Pacifique

Casimir 1er le Restaurateur ou le Pacifique

jeudi 2 avril 2015 (Date de rédaction antérieure : 24 novembre 2011).

Casimir 1er le Restaurateur ou le Pacifique (1016-1058)

Duc de Pologne

Casimir 1er le Restaurateur Duc de Pologne

Fils de Mieszko II Lambert et de Richezza ou Ryksa de Lorraine , nièce d’Otton III. Le 10 mai 1034, l’assassinat de Mieszko II Lambert marque le début d’une vacance du pouvoir et d’une longue période anarchique. On assiste à un retour du paganisme en Poméranie [1], en Grande Pologne [2] et en Silésie [3]. C’est la chasse au clergé, aux étrangers, aux alliés des Piast et à tous les défenseurs d’un pouvoir centralisé. La mère de Casimir, doit fuir le pays et se réfugier dans le Saint Empire. Boleslas, le fils aîné de Mieszko II, aurait essayé d’éliminer les ennemis et d’unifier le pays avant d’être assassiné vers 1037.

Casimir 1er essaye de prendre le pouvoir mais il en est empêché par Miecław , l’ancien échanson [4] de Mieszko II, qui s’est proclamé duc de Mazovie [5]. Il se réfugie dans le Saint Empire. C’est le chaos complet en Pologne où il n’y a plus d’autorité centrale.

En 1038, les Tchèques du prince Bretislav 1er de Bohême attaquent la Pologne. Ils envahissent la Silésie, détruisent Poznań [6] et Gniezno [7] en 1039.

En 1039, il recherche de l’aide dans le Saint Empire et auprès de ses attaches familiales. Henri III, fils de Conrad II, offre son aide à Casimir et le remet au pouvoir. Celui-ci réussit à mettre sur pied une petite armée et à reconquérir une grande partie de la Pologne. Il s’allie avec Iaroslav le Sage, le grand prince de Kiev dont il épousera la sœur, pour se protéger d’une attaque sur la frontière orientale. La Grande Pologne et ses vieilles villes étant en ruines, il s’installe à Cracovie qui devient la capitale de la Pologne en 1040, à la place de Gniezno. IL entame une longue guerre de reconquête de la Mazovie et de la Poméranie, régions soutenues par la Bohême [8]. En 1041, un accord est conclu à Ratisbonne [9] par lequel la Bohême renonce à ses conquêtes polonaises à l’exception de la Silésie.

Ses sujets s’étant révoltés, il passa en France et se fit diacre dans l’ordre de Cluny, en 1042, mais les Polonais, en proie depuis son départ aux dissensions intestines, obtinrent du pape Benoît IX que leur roi remonte sur le trône et puisse se marier.

En juin 1046, à Mersebourg [10], Casimir 1er, Břetislav 1er de Bohême et Siemomysl de Poméranie se présentent devant l’empereur afin qu’il arbitre leurs différents. La même année, Casimir conclut un traité d’amitié avec la Hongrie. Il nomme aussi Aaron à la tête de l’évêché de Cracovie. Celui-ci le seconde dans la reconstruction du pays.

En 1047, la Mazovie est reprise grâce à l’aide de la Rus de Kiev [11], les renforts poméraniens arrivant trop tard. Casimir consolide son pouvoir et reprend également la Poméranie orientale sous son autorité. En 1050, Henri III étant aux prises avec des rivalités internes et avec des incursions hongroises, Casimir 1er attaque les Tchèques par surprise et reprend la Silésie. Břetislav 1er fait appel à Henri III, qui menace, mais qui est trop affaibli par la maladie pour monter une campagne militaire. En novembre 1050, Casimir se présente à Goslar [12] devant l’empereur. Il promet de rendre la Silésie et revient en Pologne ayant obtenus les faveurs de l’empereur.

En 1054, fort de ses liens d’amitiés avec l’empereur, il revient en Silésie. Henri III, toujours aux prises avec ses problèmes internes et avec les raids hongrois, ne peut se permettre une guerre contre la Pologne. Le 22 mai 1054, Henri III décide d’accorder la Silésie à Casimir, mais celui-ci doit, en compensation, payer un tribut annuel aux Tchèques.

Il décède le 28 novembre 1058. Son fils, Boleslas II le Généreux ou le Téméraire, lui succède sur le trône, ses autres fils devenant des gouverneurs de province avec une très large autonomie.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Histoire de l’Europe/ Casimir 1er le Restaurateur/

Notes

[1] La Poméranie est une région côtière au sud de la mer Baltique, située en Allemagne et en Pologne entre et sur les rives des fleuves Vistule et Oder atteignant la rivière Recknitz à l’ouest.

[2] La Grande Pologne est une région historique de la Pologne, située dans le centre ouest du pays, comportant une grande partie du secteur irrigué par le fleuve Warta et ses affluents, ainsi que le fleuve Noteć.

[3] La Silésie est une région qui s’étend sur trois États : la majeure partie est située au sud-ouest de la Pologne, une partie se trouve au-delà de la frontière avec la République tchèque et une petite partie en Allemagne.

[4] Un échanson était un officier chargé de servir à boire à un roi, un prince ou à tout autre personnage de haut rang. En raison de la crainte permanente d’intrigues et de complots, la charge revenait à une personne en qui le souverain plaçait une confiance totale. L’échanson devait en particulier veiller à écarter tout risque d’empoisonnement et parfois même goûter le vin avant de le servir.

[5] La Masovie ou Mazovie est une région géographique et historique situé dans le centre et le nord-est de la Pologne, de part et d’autre des cours moyen de la Vistule et de ses affluents le Bug et la Narew. Ses capitales historiques sont Płock, qui reçoit des privilèges urbains en 1237, Czersk puis Varsovie à partir de 1413. Ses frontières diffèrent de celles de l’actuelle voïvodie de Mazovie.

[6] Poznań est une ville de l’Ouest de la Pologne, sur la Warta. Elle est le chef-lieu de la voïvodie de Grande Pologne ainsi que du Powiat de Poznań, même si elle ne fait pas partie de son territoire.

[7] Gniezno est une ville située dans le centre ouest de la Pologne, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Poznań. Premier archevêché polonais fondé en l’an mil, ce chef-lieu de district (powiat) fait partie de la voïvodie de Grande Pologne.

[8] La Bohême est une région historique d’Europe centrale, actuellement l’une des composantes de la République tchèque avec la Moravie et une petite fraction de la Silésie.

[9] Ratisbonne, est une ville allemande, située dans le Land de Bavière et baignée par le Danube. Elle est située à 88 kilomètres de Nuremberg et à 103 kilomètres de Munich, proche de la République tchèque. La ville est le chef-lieu du district du Haut Palatinat et du Landkreis de Regensburg.

[10] Mersebourg est une ville allemande du sud de la Saxe-Anhalt chef-lieu de l’arrondissement de Saale.

[11] La Rus’ de Kiev, appelée aussi principauté de Kiev, est une principauté médiévale slave orientale qui exista entre environ 860 et le milieu du 13ème siècle, période durant laquelle elle se désagrégea en une multitude de principautés avant de tomber formellement devant l’invasion mongole de 1240. Au 11ème siècle, la Rus’ de Kiev était le plus grand État d’Europe en superficie. Fondée à l’origine par les Varègues et centrée sur Novgorod

[12] Goslar est une ville de Basse-Saxe en Allemagne. Elle est la capitale de l’arrondissement de Goslar et se trouve au nord-ouest du Harz.