Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > La France au 10ème siècle

La France au 10ème siècle

mercredi 21 décembre 2011

La France au 10ème siècle

Ce 10ème siècle est essentiellement marqué dans ses débuts par la. Fondation de l’abbaye de Cluny. C’est le 11 septembre 910, sous le règne de Charles le Simple, que fut signé aux assises de Bourges en présence de nombreux seigneurs et prélats, l’acte de donation par lequel Guillaume, comte d’Auvergne, de Velay, de Mâcon, de Bourges et Duc d’Aquitaine, soucieux du salut de son âme, cédait aux apôtres Pierre et Paul, autrement dit à Rome, sa "villa de Cluni et toutes possessions attenantes : villages et chapelles, serfs des 2 sexes, vignes et champs, prés et forêts, eaux courantes et fariniers, terres cultivées et incultes", à charge pour Bernon, abbé de Baume et de Gigny en Jura et co-signataire, d’y fonder un monastère.

De cette charte fondamentale, modèle de prévoyance et de lucidité politique qui comportait, entre autres clauses, 4 décisions capitales : l’obligation du strict respect de la règle de Saint Benoît, l’exemption de toute sujétion temporelle, celle des rois et des seigneurs ou spirituelle, celle des évêques hormis celle du pape, la garde des apôtres Pierre et Paul et la défense du souverain Pontife, l’obligation expresse de s’adonner avec le zèle le plus ardent "selon l’opportunité et les possibilités du lieu, aux oeuvres quotidiennes de la miséricorde envers les pauvres, les indigents, les étrangers, les voyageurs", naîtra ce syncrétisme Rome Cluny d’où sortiront les grandes réformes spirituelles et morales d’une société vouée à tous les courants, d’un clergé davantage préoccupé d’affaires matérielles ou encore, le regroupement dans le giron bénédictin et bientôt clunisien de monastères épars et jusqu’alors plus ou moins autonomes. Certes, la position géographique de l’abbaye nouvelle contribuera-t-elle à son éclosion. Située sur la ligne de partage du droit coutumier germanique et du droit écrit romain, de la langue d’oïl et de la langue d’oc, à proximité de la Saône, cette frontière naturelle qui séparait l’empire romain germanique de la francie, de la via Aggripa qui reliait Lyon à Boulogne et à Trèves, traversée par une voie secondaire qui s’en détachait à Belleville sur Saône pour rejoindre la voie principale à Autun, la vallée de la grosne. Ce "carrefour clunisien", connaîtra pendant plusieurs siècles les grandes migrations et les grands rassemblements de l’Europe de ces temps.

C’est en 911 que les Normands se fixèrent sur les terres entre l’Epte et la Manche, ce qui devint le duché de Normandie par le traité de Saint-Clair-sur-Epte*

Au cours du 10ème siècle, à plusieurs reprises, un roi carolingien avait été écarté du trône et remplacé par un de ses grands vassaux, en l’occurrence des ancêtres d’Hugues, d’Eudes et de Robert le Fort. En 978, Lothaire décide de mettre la main sur la Lorraine. S’ensuivirent 2 années de guerre avec le nouveau roi empereur Otton II, sans résultat, mais qui permettent aux Robertiens d’affermir leur prépondérance. En 983, une nouvelle tentative d’invasion de la Lorraine tourne court. Visant à redonner le pouvoir impérial à la maison carolingienne, cette guerre ne fait qu’en précipiter la chute.

L’Eglise ne peut admettre que l’on mette en péril l’Empire romain germanique. Elle se montre de plus en plus favorable à l’ambition d’Hugues Capet, nouveau duc de France, qui s’est empressé d’offrir lui-même sa fidélité au roi d’Allemagne et le 30 décembre 987 le sacre d’Hugues Capet marque un réel événement dans l’histoire de France par la naissance de la dynastie des Capétiens. A l’époque celui-ci n’a pas semblé aux contemporains de si grande conséquence.

Sous Hugues Capet le domaine royal correspond environ à 2 de nos départements, mais il est au cœur de la France, dans une région de grand essor économique. Le roi, déjà vieillissant, doit guerroyer pour imposer son autorité sur nombre de ses sujets, petits barons turbulents sur son propre territoire ou grands vassaux des comtés d’Anjou et de Blois. En Lorraine, Charles continue de faire valoir ses droits à la succession.

P.-S.

Source : archives ljallamion histoire du 10ème/encyclopédie Imago mundi/ Herodote/Histoire/ Historia ect...