Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Zwentibold

mercredi 23 août 2017, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 14 octobre 2011).

Zwentibold (vers 870-900)

Roi de Lotharingie de 895 à 900

Le roi Zwentibold à Bad Münstereifel (Theo Heiermann, 1982)Fils bâtard d’Arnulf de Carinthie. En novembre 887, Arnulf est reconnu comme roi de Germanie [1], puis couronné empereur d’Occident en février 896.

Après avoir repoussé dans les montagnes de la Suisse les armées de Rodolphe 1er roi de la Bourgogne transjurane [2], Arnulf devient le maître paisible de la Lotharingie [3]. En mai 895, il cède alors par malheur ce royaume à son fils naturel, Zwentibold. Le premier acte du nouveau prince est de s’allier avec son cousin le roi Charles le Simple, et d’assiéger la ville de Laon [4] favorable au roi Eudes de France.

En 897, il prend pour épouse Oda de Saxe , fille de Otton 1er de Saxe. À partir de 898, il s’en prend également aux grands seigneurs de son royaume, aux comtes Étienne de Pouilly, à Odoacre, son principal ministre, à Régnier 1er de Hainaut, à Gérard 1er de Metz et à son frère Matfried 1er. Il les chasse et leur enlève tous leurs biens et leurs terres pour les distribuer à ses favoris. Son père Arnulf fait tout pour réconcilier son fils avec quelques-uns de ces grands seigneurs, mais en vain.

Il s’entoure de femmes sans mœurs, de gens de rien, de flatteurs et de complices. Les choses sont telles que, en 899, Arnulf, son père, et Charles le Simple s’entendent pour le dépouiller de la Lorraine. Mais Arnulf meurt, et cette résolution reste sans suite.

Il règne peu de temps mais assez pour dresser contre lui toute l’aristocratie du pays. Au cours d’une bataille livrée près de l’abbaye de Susteren [5], contre Étienne, Gérard et Matfried, il trouve la mort au mois d’août 900.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de histoire de Zwentibold/ Le Royaume De Lorraine Sous Les Carolingiens

Notes

[1] La plus grande partie de l’Allemagne actuelle, nommée alors Germanie, ne connut pas la domination romaine. On peut considérer que les territoires germaniques entrent dans le Moyen Âge avec la domination franque et son corollaire l’évangélisation par le clergé catholique. Avec les Francs le monde germanique passe d’un ensemble de peuples, de tribus, de clans à une mosaïque d’États, de royaumes, de duchés nationaux, de comtés et de marches.

[2] À partir de Charles Martel quand il unifie les Royaumes francs). Celui-ci divise le Royaume de Bourgogne (maintenant sans roi) en quatre commandements, ayant chacun son gouverneur : Bourgogne d’Arles, Bourgogne de Vienne, Bourgogne franque et Bourgogne alémanique. Avec Charlemagne, le royaume de Bourgogne se fond dans l’empire d’Occident, reconstitué en 800. Avec l’affaiblissement du pouvoir des rois carolingiens, plusieurs nobles vont se proclamer roi de Bourgogne, ou roi sur des terres de l’ancien royaume de Bourgogne. La Bourgogne Transjurane avec les Welfs et la Bourgogne Cisjurane et Provence avec les Bivinides. Après 905 et l’aveuglement de Louis III, le royaume fut administré par Hugues, comte d’Arles, qui le donna ensuite en 934 à Rodolphe II, roi de Bourgogne transjurane. L’union des deux royaumes fut dénommée royaume des Deux Bourgognes, royaume de Bourgogne ou royaume d’Arles et de Vienne .

[3] La Lotharingie désigne le royaume de Lothaire II du latin Lotharii Regnum, arrière-petit-fils de Charlemagne. Il fut constitué en 855. Après sa mort, elle fut l’enjeu de luttes entre les royaumes de Francie occidentale et de Francie orientale, avant d’être rattachée au Saint Empire romain germanique en 880. Il devint un duché au début du 10ème siècle. Dans la deuxième moitié du 10ème siècle, le duché fut scindé en un duché de Basse Lotharingie et un duché de Haute Lotharingie, qui deviendra la Lorraine.

[4] Laon est une commune française, préfecture du département de l’Aisne. Ville fortifiée sur une colline, Laon possède de nombreux monuments médiévaux, des hôtels particuliers et des maisons des 16ème , 17 et 18ème siècles en grand nombre, notamment dans les rues Sérurier, Saint-Jean, Saint-Cyr ou Vinchon, véritables musées urbains.

[5] Susteren est une petite ville située dans la commune néerlandaise d’Echt-Susteren, dans la province du Limbourg.