Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Hua Xiong

jeudi 12 janvier 2023, par ljallamion

Hua Xiong (138-190/191)

Commandant militaire chinois

Il est au service du seigneur de guerre et premier ministre Dong Zhuo lors de période de la fin de la dynastie Han [1]. Au service de son seigneur depuis ses débuts lors de la répression de la rébellion de la Province de Liang [2] ; lorsque des seigneur de guerre déclenchèrent une campagne pour abattre Dong Zhuo, il avait le grade de Contrôleur en chef au sein des forces conjointes de Lu Bu et Hu Zhen. Il fut tué durant les combats à Yangren lors d’une attaque menée par Sun Jian.

Il fut celui qui se proposa pour repousser l’armée des coalisés à la Passe de la Rivière Si en 191. Nommé Commandant des Cavaliers Vaillants, il fut promu commandant en chef à la suite de sa victoire contre Bao Zhong .

Peu après, il attaqua le camp de Sun Jian et lui infligea une sévère défaite, tuant notamment Zu Mao. Il alla ensuite provoquer les coalisés sur les champs de bataille où il tua Yu She et Pan Feng au combat.

Toutefois, lorsque Guan Yu fut envoyé combattre à son tour, Hua Xiong fut tué.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Luo Guanzhong ; tr. Moss Roberts (1995). Three Kingdoms. (ISBN 7-119-00590-1)

Notes

[1] La dynastie Han régna sur la Chine de 206 av. jc à 220 apr. jc. Deuxième des dynasties impériales, elle succéda à la dynastie Qin (221/206 av. jc) et fut suivie de la période des Trois Royaumes (220/265). Fondée par Liu Bang, chef de guerre d’origine paysanne révolté contre la dynastie Qin, elle compta 28 empereurs.

[2] La rébellion de la Province de Liang (184/189) commence comme une insurrection du peuple Qiang contre la dynastie Han dans la province occidentale de Liang (Liangzhou, qui correspond plus ou moins aujourd’hui à Wuwei, dans la province du Gansu) dans la Chine du 2ème siècle. Mais assez vite, les Yuezhi et des rebelles pro-Han se joignent aux combats pour le contrôle de la province aux dépens de l’autorité centrale. Cette rébellion, qui a suivi de près celle des Turbans jaunes, fait partie d’une série de troubles qui ont conduit au déclin et a la chute de la dynastie Han. Bien que la plupart des historiens traditionnels portent une attention relativement faible à cette rébellion, elle à néanmoins une importance notable, car elle détruit la présence chinoise dans le Nord-Ouest et prépare le terrain pour la naissance de nombreux royaumes non-Han durant les siècles suivants