Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Lucius Antistius Vetus (consul en 55)

Lucius Antistius Vetus (consul en 55)

mardi 10 janvier 2023, par ljallamion

Lucius Antistius Vetus (consul en 55) (mort en 65)

Sénateur romain-Consul pendant l’année 55 en tant que collègue de l’empereur Néron

Emblème de la République romaine.On pense qu’il est le fils de Gaius Antistius Vetus, consul en 23, et le frère de Gaius Antistius Vetus, consul en 50. Sa fille Antistia Politta a épousé le sénateur Rubellius Plautus.

Immédiatement après son consulat, Vetus fut nommé gouverneur de Germanie Supérieure [1], où il tenta de construire un canal qui rejoindrait les fleuves Rhin et Rhône et faciliterait le trafic. Il fut remplacé en 56 par Titus Curtilius Mancia . Il devint gouverneur d’Asie [2] en 64/65.

Cependant, en l’an 65, Vetus gagna l’hostilité de l’empereur Néron. Tacitus prétend que c’était parce qu’il était le beau-père de Rubellius Plautus, que Néron avait exécuté plusieurs années auparavant, bien que Vetus avait également été accusé d’actes répréhensibles par son affranchi Fortunatus et Claudius Demianus. Néron avait libéré Demianus en échange de ses accusations contre Vetus.

Après que Vetus se soit retiré dans son domaine à Formiae [3], sa fille Politta cherchait à plaider sa cause devant l’empereur, mais il lui était interdit de l’approcher. Néron l’ignora et elle retourna vers son père avec des nouvelles de son jugement imminent du Sénat. Vetus convoqua ​​ses esclaves, leur donnant tout son argent et ordonna à chacun de prendre de ses biens tout ce qu’ils pouvaient porter, et avec sa fille et sa belle-mère Sextia, ils se suicidèrent.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Lucius Antistius Vetus (consul 55)/ Traduit par mes soins

Notes

[1] La Germanie supérieure, Germanie première ou Haute Germanie selon les auteurs et en latin Germania superior ou Germania prima est une province romaine établie en 84 par Domitien après les deux campagnes victorieuses autour de la haute vallée du Rhin, de la Nahe au lac de Constance, une grande partie de la Suisse, le Jura, la Franche-Comté et une partie de la Bourgogne. À l’est du Rhin se trouvaient les Champs Décumates, qui ne seront conquis que sous Domitien. Auparavant, la frontière entre res publica et barbaricum se situait sur le Rhin et le Danube.

[2] La province romaine d’Asie comprenait plusieurs des royaumes antiques d’Anatolie : la Carie, la Lydie, la Mysie, la Phrygie et la Troade. Elle avait une superficie d’environ 78 000 kilomètres carrés. Les villes étaient nombreuses : Pergame, Smyrne, Éphèse, Milet… Bien que le royaume de Pergame ait été légué par Attale III en 133 av. jc, elle ne fut organisée par Manius Aquilius qu’en 129 av. jc, après la guerre causée par la révolte d’Aristonicos. La province d’Asie couvre alors l’ancien royaume de Pergame, à l’exception de quelques districts de Phrygie et de Lycaonie, confiés au roi du Pont, Mithridate V, et de Cappadoce, Ariarathe VI. De 56 à 49 av. jc, les trois districts orientaux de Cibyra, Synnada (Şuhut) et d’Apamée (Dinar) en sont détachés au profit de la Cilicie. Jules César les lui rend et lui rattache la Pamphylie. En 36 av. jc, Marc Antoine en détache celle-ci au profit du royaume galate d’Amyntas. Sous l’Empire, devenue province sénatoriale, elle connut une période faste.

[3] Formia (dans l’antiquité Formiae) est une ville portuaire italienne et une station balnéaire de la province de Latina dans la région du Latium. Elle est située à 134 km au sud-est de Rome, à 84 km au nord-ouest de Naples et à 74 km au sud-est de Latina.