Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Élisabeth de France ou Élisabeth de Bourbon (1602-1644)

Élisabeth de France ou Élisabeth de Bourbon (1602-1644)

mercredi 21 décembre 2022, par ljallamion

Élisabeth de France ou Élisabeth de Bourbon (1602-1644)

Reine consort d’Espagne, de Portugal, de Sicile et de Naples-Duchesse consort de Bourgogne, de Milan, de Brabant, de Luxembourg et de Limbourg-Comtesse consort de Flandre-Comtesse palatine de Bourgogne

Fille de Henri IV et de Marie de Médicis. Elle est baptisée dans la religion catholique le même jour que son frère Louis et sa sœur Christine , avec pour marraine l’infante Isabelle d’Autriche, fille de Philippe II d’Espagne, gouvernante des Pays-Bas [1], mais ne reçoit pas de parrain.

Objet vivant d’une alliance avec l’Espagne, non souhaitée par son père mais désirée par sa mère, Marie de Médicis, princesse italienne dont la mère était une Habsbourg [2], les Concini, favoris de sa mère, et le parti dévot Français, elle est "échangée" contre l’infante espagnoleAnne d’Autriche qui quitte son Espagne natale pour épouser le frère d’Élisabeth, Louis XIII.

À Bordeaux [3], le 25 novembre 1615, Élisabeth épouse le futur roi Philippe IV d’Espagne. En raison du jeune âge de Philippe IV, qui n’a que 10 ans, on tient Elisabeth à l’écart de la cour et de son époux. Mais la maladie de Philippe III change la donne. Le mariage est enfin consommé et Elisabeth est très rapidement enceinte.

Élisabeth devient la deuxième reine d’Espagne française depuis Élisabeth de France (1545-1568) , fille d’Henri II et femme de Philippe II d’Espagne. Ils sont couronnés en 1621 mais les festivités sont gâchées par la naissance prématurée d’une petite fille qui ne survivra pas, Marie-Marguerite.

Affaiblie par ses multiples grossesses et ses fausses couches, Elisabeth décède le 6 octobre 1644 en accouchant de son 9ème enfant.

Il est fort probable que Philippe IV ait transmis à sa femme une maladie vénérienne qu’il aurait attrapée avec une de ses maîtresses. Cette maladie pourrait expliquer certaines fausses couches, mais les mariages consanguins dont est issu Philippe IV pourraient également en être la cause.

Élisabeth a souffert en silence de la mort de ses enfants et de ses fausses couches, et se sentait d’autant plus mal que certaines maîtresses de son mari lui donnaient des enfants. Sa culpabilité se ressent à travers les lettres qu’elle envoya à son frère Louis XIII et sa belle-sœur Anne d’Autriche.

Elle avait toujours voulu que sa dernière fille, Marie-Thérèse, qui était âgée de 5 ans lors de la mort de sa mère, épouse le roi Louis XIV. Ce mariage eut lieu bien que les mariés étaient doubles cousins germains.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Élisabeth de France/ Portail de l’Espagne/ Roi et reine consort d’Espagne

Notes

[1] Les Pays-Bas espagnols étaient les États du Saint Empire romain rattachés par union personnelle à la couronne espagnole sous le règne des Habsbourgs, entre 1556 et 1714. Cette région comprenait les actuels Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, ainsi que des territoires situés en France et en Allemagne. La capitale était Bruxelles.

[2] La maison de Habsbourg ou maison d’Autriche est une importante Maison souveraine d’Europe connue entre autres pour avoir fourni tous les empereurs du Saint Empire romain germanique entre 1452 et 1740, ainsi qu’une importante lignée de souverains d’Espagne et de l’empire d’Autriche, puis de la double monarchie austro-hongroise. La dynastie a pris le nom de « Maison de Habsbourg-Lorraine » depuis 1780.

[3] Bordeaux est une commune du Sud-Ouest de la France. Capitale de la Gaule aquitaine sous l’Empire romain pendant près de 200 ans. Au début du 5ème siècle, Bordeaux fut prise par les Wisigoths, puis par les Francs de Clovis un siècle plus tard. Au plus tard après la division de la partie du royaume de Caribert de Paris, en 567, Bordeaux appartenait à la Neustrie. Après le mariage du roi neustrien Chilperic, la ville, ainsi que Cahors, Béarn et Bigorre, furent cependant offerts en guise de dot à son épouse Galswinthe. Ces villes étaient situées stratégiquement dans la région du beau-père Athanagild, le roi des Wisigoths. Après que Chilpéric eut ordonné l’assassinat de sa femme, cet héritage est passé au royaume d’Austrasie, selon un règlement d’un Malberg convoqué par Gontran, roi de Bourgogne. Finalement, en 573, Chilpéric, avec son fils Clovis en tant que commandant de l’armée, tente de reprendre les villes. Bien que la conquête de Bordeaux ait réussi à court terme, les troupes de Clovis furent de nouveau expulsées un mois plus tard par le margrave austrasien Sigulf. À la fin du 7ème siècle, Bordeaux devient la capitale du duché d’Aquitaine.