Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Marcus Fabius Ambustus

mardi 5 juillet 2022, par ljallamion

Marcus Fabius Ambustus

Homme politique de la République romaine

Emblème de la République romaine.Fils de Numerius Fabius Ambustus tribun militaire à pouvoir consulaire [1] en 406 av. jc et père de Marius Fabius Ambustus maître de cavalerie [2] en 322 av. jc, de Quintus Fabius Maximus Rullianus consul en 322, 310, 308, 297 et 295 av. jc et de Caesar Fabius Ambustus maître de cavalerie en 315 av. jc. Frère de Caius Fabius Ambustus consul en 358 av. jc .

Comme patricien [3], il refuse 3 fois le consulat à un plébéien [4]. En 360 av. jc, lors de son premier consulat, il bat les Herniques [5] et obtient une ovation. En 356 av. jc, à nouveau consul, il aurait battu les Falisques [6] et les Tarquins [7].

En 354 av. jc, lors de son 3ème et dernier consulat, il triomphe de Tibur [8]. Il obtient aussi une victoire sur les Tarquins. En 322 av. jc, il est maître de cavalerie, sous le dictateur [9] Aulus Cornelius Cossus Arvina.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marcus Fabius Ambustus/ Portail de la Rome antique/ Catégories  : Consul de la République romaine/ Maître de cavalerie

Notes

[1] Un tribun militaire à pouvoir consulaire est un magistrat romain disposant d’un niveau d’imperium presque équivalent aux consuls qu’il remplace de façon irrégulière au début de la République romaine, entre 444 et 367 av. jc. Après cette date, le tribunat consulaire est définitivement abandonné.

[2] Le maître de cavalerie est, durant la République romaine, l’assistant qu’un dictateur romain doit nommer, une sorte de chef d’état-major. À partir du 1er siècle av. jc, le titre est utilisé par l’armée romaine comme titre honorifique. Le grade de magister equitum, associé à de véritables pouvoirs de commandement, réapparaît durant le Bas-Empire romain.

[3] Un patricien est durant la période romaine un citoyen qui appartient, par sa naissance, à la classe supérieure ancienne et traditionnelle, et par ce rang détient diverses prérogatives politiques et religieuses. La classe des patriciens se distingue à Rome du reste de la population dite plébéienne.

[4] La plèbe est une partie du peuple (populus) romain, c’est-à-dire les citoyens romains, distincts des esclaves. La plèbe ou es plébéiens se définit par opposition aux patriciens. Dans le langage courant, la plèbe désigne le peuple par opposition aux élites de pouvoir.

[5] Les Herniques, sont une population italique du Latium antique. Ils forment une ligue autour de la ville d’Anagnia dans la vallée du Tolerus (aujourd’hui le Sacco), sur la rive gauche de cette rivière. Les autres principales cités herniques sont Aletrium, Verulae et Ferentinum.

[6] Les Falisques, Falisci en latin, sont un peuple de l’Italie antique, dans le Sud-Est de l’Étrurie, dont la capitale fut Falerii, aujourd’hui Civita Castellana. Peuple souverain, politiquement et socialement, son histoire est marquée par la proximité de Rome (Falerii se trouve à 44 km au Nord du Capitole), dont il a dû se défendre au fil des siècles, essayant de contrer son expansionnisme en s’alliant avec les Étrusques, rejoignant la Dodécapole ou Ligue étrusque.

[7] Les Tarquins sont une dynastie étrusque qui domine Rome avant la République. Les Tarquins règnent sur Rome de 616 à 509 av. jc. Le premier est nommé Tarquin l’Ancien et règne jusqu’à son assassinat en 579 av. jc. Servius Tullius assure l’intérim et règne jusqu’en 535 av. jc, date à laquelle il est renversé par Lucius Tarquinus.

[8] une ville de la ligue latine

[9] Le dictateur est, durant la République romaine, un magistrat extraordinaire qui détient les pleins pouvoirs (imperium) pour un mandat qui ne peut, à l’origine, excéder six mois. Selon la tradition, le titre a été institué en 501 av. jc pour répondre à une situation d’urgence militaire, mais un magister populi (littéralement « maître du peuple ») existe déjà sous la Royauté romaine.