Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De l’Antiquité à 400 av.jc > Tiyi (épouse d’Aÿ) ou Tiyi II

Tiyi (épouse d’Aÿ) ou Tiyi II

dimanche 3 avril 2022, par ljallamion

Tiyi (épouse d’Aÿ) ou Tiyi II

Reine d’Égypte de la XVIIIème dynastie

Elle est la grande épouse royale du pharaon Aÿ. Elle serait selon certains spécialistes, sa deuxième épouse, le nom de la première étant inconnu par ailleurs. On ne connaît pas son origine, mais elle vient sûrement de la ville d’Akhmîm [1], au nord d’Abydos [2], comme son époux. On pense qu’elle était déjà l’épouse d’Aÿ bien avant son accession au trône.

Tiyi II porte également le titre de Nourrice de la grande épouse royale Néfertiti, l’épouse d’Akhénaton. La dame Moutnedjemet , future épouse d’Horemheb, étant quant à elle citée à Akhetaton [3] comme Sœur de la grande épouse royale, l’hypothèse que les deux femmes soient les filles d’Aÿ et Tiyi II n’est pas à exclure.

Malgré un possible remariage en vue d’asseoir ses prétentions sur le trône, c’est avec Tiyi II que le pharaon Aÿ se fait représenter sur les murs de son tombeau.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Tiyi (épouse d’Aÿ)/ Portail de l’Égypte antique/ Catégories : Grande épouse royale/ XVIIIème dynastie égyptienne

Notes

[1] Akhmîm est une ville de Haute Égypte, située sur la rive droite du Nil en face de Sohag, à environ 130 kilomètres au sud d’Assiout. L’antique cité d’Akhmîm, connue sous le nom d’Ipou ou Khent-Menou sur les listes géographiques égyptiennes, était le chef-lieu du IXème nome de Haute Égypte, le nome du dieu Min. À l’époque gréco-romaine, son appellation était Panopolis, la cité de Pan car on y vénérait le dieu ithyphallique Min, que les Grecs assimilaient à leur dieu Pan. Avec Coptos, Akhmîm était l’un des points de départ des expéditions minières vers le désert oriental. Outre le dieu de la fertilité Min, patron des caravaniers, une déesse locale, Aprit-Isis ou Triphis, y était adorée en tant que « souveraine de Panopolis » et mère d’Horus l’enfant.

[2] Abydos est une ancienne ville sainte d’Égypte vouée au culte du dieu Osiris, et située à 70 km au nord-ouest de Thèbes. Aujourd’hui sur le territoire de l’antique Abydos s’élève l’actuelle ville de Madfounek. Les prêtres d’Abydos prétendaient posséder une relique de toute première importance : la tête du dieu Osiris. On y a découvert les tables d’Abydos qui mentionnent deux séries de noms de pharaons allant jusqu’à la XVIIIème dynastie.

[3] Akhetaton à mi-chemin entre Memphis et Thèbes, elle fut la capitale éphémère de l’Égypte antique durant le règne du pharaon Akhenaton. Elle est située sur le site d’Amarna. Akhenaton fonde la ville en l’an 9 de son règne, vers 1353 av. jc, sur un site de Moyenne Égypte encore vierge de tout culte. Toute la cour et l’administration égyptienne déménagent dans la nouvelle capitale, dont les temples, dédiés au dieu unique Aton, sont construits à ciel ouvert pour permettre à ses rayons bienfaisants d’y pénétrer. Après la chute d’Akhenaton et le retour à l’orthodoxie religieuse (le culte d’Amon), Akhetaton est livrée à l’abandon et ses édifices de pierre servent de carrière pour la ville voisine d’Hermopolis Magna.