Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Pierre Landais

mercredi 3 novembre 2021, par ljallamion

Pierre Landais (1430-1485)

Conseiller du duc François II de Bretagne

Il est l’enfant de riches drapiers de Vitré [1]. Il entre au service du duc comme valet de garde-robe de Bretagne, puis devient trésorier et receveur général de Bretagne [2]. Il encourage la bourgeoisie, l’imprimerie et les lettres car c’est avant tout un de ces bourgeois enrichis dans le commerce, expérimentés et ambitieux, que l’on voyait alors souvent s’élever dans la faveur des princes. En 1460, il crée à Nantes [3] l’université de Bretagne [4]. En 1477, il fait arrêter son rival Guillaume Chauvin , chancelier [5].

Tout-puissant de 1481 à 1485, il s’efforce de défendre l’indépendance du duché contre les manœuvres du roi de France, et tente de marier Anne de Bretagne au duc d’Orléans le futur Louis XII. Il fait transférer Guillaume Chauvin au cachot en 1481. Celui-ci meurt le 5 avril 1484 du manque de nourriture et de mauvais traitements, ce qui provoque un coup d’État contre Pierre Landais le 25 juin 1485, mené par une partie de la noblesse acquise aux intérêts français.

Il est accusé de concussion et de la mort de Guillaume Chauvin. Jugé et condamné, Pierre Landais est pendu le 19 juillet 1485 dans la prairie-au-Duc sur l’île homonyme à Nantes [6], au gibet qu’il avait lui-même fait construire quelques années auparavant.

Il avait fait reconstruire pour sa mère un manoir, le château du Bois-Cornillé, situé à Val-d’Izé [7]]], près de Vitré.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Georges Minois, Anne de Bretagne, Fayard Paris, 1999.

Notes

[1] Vitré est une commune française située dans le département d’Ille-et-Vilaine. Vitré est au Moyen Âge le siège d’une baronnie. Au 13ème siècle, le château est agrandi et le « Vieil Bourg » avec l’église Notre-Dame se sont développés sur le plateau est. La place du Château qui était considérée comme une avant-cour, était urbanisée en réalité. La ville s’est vue encerclée par des remparts et des fossés extérieurs. C’est donc à cette époque que la ville close prend sa forme actuelle. En même temps, des « bourgs privilégiés », c’est-à-dire des faubourgs nés à la demande du baron, se sont développés autour de la ville close. Dès le 13ème siècle, Vitré réunit tous les éléments de la ville.

[2] Le Duché de Bretagne est un duché féodal qui a existé de 939 à 1547. Son territoire, partie de celui de l’ancienne Armorique, correspond à la région Bretagne actuelle avec une grande partie du département de la Loire-Atlantique où se trouvent la ville de Nantes et l’ancien pays de Retz. Le duché s’est trouvé, au fil des siècles, dans les zones d’influence du duché de Normandie, du royaume de France et du royaume d’Angleterre. À plusieurs reprises, les ducs ont essayé de se détacher de ces influences. Succédant au royaume de Bretagne, le duché naît en 936, en plein cœur de l’occupation de la Bretagne par les troupes viking du chef Incon. Alain Barbetorte, petit-fils du dernier roi de Bretagne Alain 1er Le Grand, libère le pays du joug normand et devint alors le premier duc de Bretagne. Pendant près de trois siècles, du 10ème siècle au 12ème siècle, les grandes maisons comtales bretonnes (Nantes, Rennes, Cornouaille) se disputent ardemment le pays breton et finissent par posséder le duché les unes après les autres.

[3] Nantes est une commune de l’ouest de la France, située au sud du Massif armoricain, qui s’étend sur les rives de la Loire, à 50 km de l’océan Atlantique. Chef-lieu du département de la Loire-Atlantique. Pendant les guerres de religion, Nantes est une ville ligueuse qui soutient le gouverneur, le duc de Mercœur, dans sa lutte contre les protestants (présents à Blain, et dans d’autres villes plus petites). Elle est une des dernières grandes villes à reconnaître l’autorité d’Henri IV. La promulgation de l’édit de Nantes en 1598 ne correspond pas à l’opinion des habitants. En 1685, deux événements sont à retenir. Par l’édit de Fontainebleau signé par Louis XIV, l’édit de Nantes est révoqué, tandis que le Code noir est promulgué par ce même roi. Grâce à cette dernière loi, le port de Nantes prospère en devenant une plaque tournante du commerce de sucre, tabac, et des esclaves, avec les colonies

[4] L’université ducale de Bretagne est fondée par Bertrand Milon le 4 avril 1460, à l’initiative du duc François II de Bretagne, et ce par une bulle pontificale du pape Pie II, donnée à Sienne, que l’évêque de Nantes Guillaume de Malestroit promulgua le 21 juillet suivant en qualité de protecteur de la nouvelle institution avec le titre de « chancelier » et la dota 5 000 saluts d’or. Le duc expédia une charte solennelle le 22 avril 1461, et les statuts de l’université furent publiés le 11 octobre de la même année, après avoir été longuement discuté dans la bibliothèque du chapitre de cathédrale de Nantes. Celle-ci incarne le vœu de François II d’affirmer son indépendance vis-à-vis du roi de France, alors qu’aux abords du duché, à Angers en 1432, Poitiers en 1432 et Bordeaux en 1441, s’ouvrent des universités. Les étudiants bretons représentent d’ailleurs à l’époque la deuxième population dans les universités françaises, après les étudiants normands, et sont structurés en nations dans celles-ci. Déjà au début du 15ème siècle, le besoin pour le Duché de Bretagne de se doter d’une université se fit sentir, puisque le Duc Jean V réclame et obtint du pape Jean XXIII la délivrance d’une première bulle de création en 1414, laquelle fut renouvelée par les papes Martin V en 1424 et Nicolas V le 29 janvier 1449. En 1495, l’université quelque peu libérée de la tutelle épiscopale, obtint son propre sceau

[5] La charge de chancelier était une des plus considérables du duché et fut exercée par des évêques, des grands seigneurs, des chevaliers et des magistrats. Le chancelier était le chef de la justice et assistait aux parlements généraux en habit royal. Il siégeait à la droite du duc.

[6] L’Île de la Prairie-au-Duc est une des anciennes îles de Loire de Nantes, en France, qui correspond aujourd’hui à la partie nord-ouest de l’île de Nantes. Les sables et prairies des îles sur la Loire étaient propriété du duc de Bretagne, ce qui est à l’origine du nom de cette île. C’est dans cette prairie que fut pendu le 19 juillet 1485 Pierre Landais, principal conseiller du duc François II de Bretagne. L’exécution eut lieu au gibet qu’il avait lui-même fait construire quelques années auparavant.

[7] [[Le château du Bois-Cornillé ou château du Boiscornillé se situe sur la commune de Val-d’Izé en Ille-et-Vilaine