Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Gongsun Yuan

jeudi 23 septembre 2021, par ljallamion

Gongsun Yuan (?-238)

Fils de Gongsun Kang . Étant trop jeune pour succéder à son père, son oncle Gongsun Gong hérita du pouvoir en 221.

De nature résolut et passionné par le combat, Gongsun Yuan développa ses talents civils et militaires au cours des années qui suivirent. En 228, ayant atteint une certaine maturité, il renversa son oncle et s’empara du pouvoir dans la région du Liaodong. En réponse en sa prise du pouvoir, Cao Rui le nomma Grand Administrateur du district de Liaodong.

Bénéficiant d’un statut semi-autonome et en même temps assujettit au royaume de Wei [1], il fut également sollicité par les Wu [2], qui cherchaient une alliance en lui offrant le titre de Roi de Yan [3].

Gongsun Yuan resta toutefois loyal aux Wei et fit exécuter les délégués Wu et expédia leurs têtes à Cao Rui. Il fut nommé Grand Général et Duc de Yuelang.

Néanmoins, il demeura insatisfait de son rang et profitant du désordre qui régnait à l’intérieur de la Chine, il se rebella contre les Wei avec l’aide de Bei Yan et assuma le titre de Roi de Yan en 237. Dès lors, il s’allia avec le royaume des Wu tandis que Cao Rui chargea Sima Yi de réprimer la rébellion.

Or, en 238, dans une puissante campagne militaire, les forces de Sima Yi entrèrent dans la région du Liaodong et écartèrent les défenses de Gongsun Yuan sur la rivière Liao. Gongsun Yuan fut alors confiné à l’intérieur de sa capitale, Xiangping [4].

Voyant sa situation critique, il tenta de fuir mais fut pris dans une embuscade et n’eut d’autres choix que de se rendre à Sima Yi. Ce dernier refusa de lui donner amnistie et le fit exécuter tout comme le reste de son clan, mettant ainsi fin à près de 50 années de gouvernement Gongsun dans le nord-est chinois.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Luo Guanzhong ; tr. Moss Roberts (1995). Three Kingdoms. (ISBN 7-119-00590-1)

Notes

[1] Le royaume de Wei, également appelé Cao Wei, est un des royaumes qui régnaient sur la Chine pendant la période des Trois Royaumes. Avec sa capitale à Luoyàng, ce royaume fut établi par Cao Pi en 220, à partir des bases posées par son père Cao Cao. Cette dénomination apparaît en 213, lorsque les exploitations féodales de Cao Cao prennent le nom de Wei ; les historiens ajoutent souvent le préfixe Cao (du nom de famille de Cao Cao) afin de distinguer ce royaume des autres États que l’histoire de la Chine a également connus sous le nom de Wei, par exemple les précédents États de Wei durant la période des royaumes combattants, et plus tard l’État de la dynastie Wei du Nord. En 220, lorsque Cao Pi déposséda le dernier empereur de la dynastie Han, Wei est devenu le nom de la nouvelle dynastie qu’il fonda. Cette dynastie fut saisie et contrôlée par la famille Sima en 249, jusqu’à ce qu’elle fût renversée et soit devenue une partie de la dynastie Jin en 265.

[2] Le royaume de Wu, connu également sous le nom Sun Wu, est l’un des royaumes de la période des Trois Royaumes en lutte pour le contrôle de la Chine après la chute de la dynastie Han. Il était situé au sud du Yangzi Jiang dans la région des actuelles villes de Nankin, Shanghai et Suzhou, à l’emplacement de l’ancien État de Wu de la Période des Printemps et Automnes. La capitale principale du royaume était Jianye, près de l’actuelle ville de Nankin (Nanjing), mais parfois la capitale fut déplacée à Wuchang, actuelle Ezhou, Hubei. Plus puissant que le royaume du Shu mais plus faible que celui du Wei, le royaume de Wu fut celui qui vécut le plus longtemps des Trois Royaumes de Chine. Il exista pendant 51 ans, de sa fondation en 229 à sa conquête en 280 par le premier empereur de la dynastie Jin, Sima Yan.

[3] Yan est un État de la Chine pendant la dynastie Zhou, les périodes des Printemps et des Automnes et des Royaumes combattants, c’est-à-dire du 9ème siècle av. jc à 222 av. jc. Sa capitale est Liulihe puis Ji (Pékin). Elle est parfois supplantée par Xiadu, alors probablement la plus grande ville du monde avec 300 000 habitants au 4ème siècle av. jc. En raison de sa position la plus septentrionale par rapport aux autres États chinois de l’époque, le Yan subit de nombreuses invasions venues du nord. Les États du Qi, du Qin et du Zhao sont ses principaux ennemis, et le Zhao tente notamment de l’envahir à plusieurs reprises. Néanmoins, il survit durant la plus grande partie de la période des Royaumes combattants et était l’un des sept principaux États. En 227 av. jc, le prince Dan du Yan envoya un assassin nommé Jing Ke pour tuer le roi Shi Huangdi du Qin, sans succès.

[4] Liaoyang est une ville préfecture du centre de la province du Liaoning en Chine. Autrefois appelée Xiangping, la ville fut un centre économique, culturel, politique et militaire à partir du 3ème siècle av. jc. Durant la période des royaumes combattants, Xiangping devint la capitale du district de Liaodong afin de résister aux tribus Donghu.