Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Apostolo Zeno

dimanche 7 février 2021, par ljallamion

Apostolo Zeno (1668-1750)

Écrivain vénitien-Dramaturge-Critique littéraire-Librettiste et poète

Noble vénitien [1], Apostolo Zeno participa à la fondation de “l’Accademia degli Animosi” en 1691, et écrivit son premier livret d’opéra en 1695, “Gli inganni felici”. Grâce à cette œuvre, il devint un librettiste [2] à la mode, ce qu’il resta jusqu’à la venue de Pietro Metastasio .   Il créa en 1710, avec Scipione Maffei , Antonio Vallisneri et son frère Pier Caterino Zeno, le “Giornale de’ letterati d’Italia”, dont il publia 20 volumes.   Il reçut en 1718 de l’empereur Charles VI le titre d’historiographe de la Cour et alla se fixer à Vienne [3]. Il avait formé une riche bibliothèque, qu’il donna en 1747 aux Dominicains [4] du Saint-Rosaire.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Apostolo Zeno/ Portail de la Vénétie/ Portail de la poésie/ Portail de la littérature italienne/ Catégories : Famille Zeno/ Écrivain italien du XVIIe siècle/ Écrivain italien du XVIIIe siècle

Notes

[1] La république de Venise, parfois surnommée « la Sérénissime », est une ancienne thalassocratie d’Italie, progressivement constituée au Moyen Âge autour de la cité de Venise, et qui s’est développée par l’annexion de territoires divers en Italie du Nord, le long des côtes de la mer Adriatique et en Méditerranée orientale : les « Domini di Terraferma », l’Istrie, la Dalmatie, les bouches de Cattaro, l’Albanie vénitienne, les îles Ioniennes, la Crète, l’Eubée, Chypre et d’autres îles grecques, jusqu’à devenir une des principales puissances économiques européennes.

[2] Le librettiste est l’auteur d’un livret dans un opéra, un opéra-comique, une opérette, une cantate, un oratorio ou un ballet.

[3] Autriche

[4] L’ordre des Prêcheurs ou des Frères Prêcheurs, plus connu sous le nom d’ordre dominicain, est un ordre catholique né sous l’impulsion de saint Dominique en 1215. Il appartient, comme l’ordre des Frères mineurs ou franciscains, à la catégorie des ordres mendiants. Suivant la règle de saint Augustin, ainsi que ses propres Constitutions, en partie inspirées de celles des prémontrés, il s’est donné pour mission l’apostolat et la contemplation. Les dominicains sont des religieux mais pas des moines : ils ont la particularité de ne prononcer qu’un seul vœu, celui d’obéissance, dans les mains du maître de l’ordre (ou de son représentant), les vœux de pauvreté et de chasteté étant implicitement inclus. Ils ne font, par contre, pas vœu de stabilité comme les moines. Ils vivent dans des couvents et non dans des monastères. Leur vocation étant de prêcher, leurs couvents sont souvent situés dans de grandes villes.