Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Otbert

lundi 1er février 2021, par ljallamion

Otbert

Prince évêque de Liège de 1091 à 1119

Cet ancien chanoine de Saint-Lambert [1] fut un des plus ardents défenseurs de l’empereur Henri IV durant la querelle des investitures [2].   Sans doute originaire du diocèse de Liège [3], il est condamné à l’exil par Henri 1er de Verdun . Après s’être rendu à la cour impériale, il accompagne l’empereur dans son expédition italienne en 1090. C’est sa présence auprès ce celui-ci qui lui vaut sa nomination de prince évêque de Liège.

Accusé de simonie [4] par ses ennemis, il met au pas les moines liégeois qui partagent les idées du pape Grégoire VII.   En 1096, Otbert achète à Godefroid de Bouillon son alleu [5] de Bouillon [6] pillant les églises et les couvents de son propre diocèse pour en payer le prix et fait du château une forteresse liégeoise. Il achète également le 16 juin à Baudouin II de Hainaut la ville de Couvin [7] et toutes ses dépendances pour lui permettre de financer son départ en croisade.   Alors que l’empereur est trahi par son fils Henri V, les armes à la main, l’évêque Otbert demeuré fidèle à l’empereur à qui il doit sa nomination viendra au secours d’Henri IV lors du combat de Visé le 22 mars 1106.   Pourchassé par son fils, l’empereur se réfugie à Liège et demande l’appui militaire de ses vassaux lotharingiens [8]. Ils décident de se réunir dans la capitale pour y célébrer la fête de Pâques, le 25 mars 1106.   Son fils veut rompre l’alliance et marche sur Liège. Le 18 mars, il s’arrête à Cologne [9] et envoie un corps de 300 chevaliers pour assurer la traversée du pont de Visé, point de passage de la Meuse [10] sur la route d’Aix-la-Chapelle [11].   À l’annonce de l’attaque, Walleran II de Limbourg et son père Henri 1er de Limbourg, prennent le commandement d’une troupe de cavaliers rassemblés dans la hâte par Otbert ainsi que quelques centaines de gens de pied.   Arrivés sur place, les hommes d’armes du parti de l’empereur lancent le combat contre l’armée adverse. Feignant la fuite, ils entraînent à leurs trousses les chevaliers qui tombent dans le piège tendu et sont encerclés et abattus par les gens de pied cachés à cet effet.   Les survivants, pris de panique, refluent vers la rive opposée et sont pris en chasse par les hommes d’armes qui ont fait volte-face. Beaucoup d’hommes d’Henri V se noient dans le fleuve où ils sont précipités. Le désastre est total.   L’infanterie qui ici joue un rôle décisif ne sera plus perçue avec dédain et fera partie intégrante de l’armée liégeoise.   C’est sous la protection de son vassal que peu de temps après, le 7 août 1106, l’empereur s’éteindra à Liège.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jean Lejeune, La Principauté de Liège, Eugène Wahle, Liège, 1980.

Notes

[1] La cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Lambert fut la cathédrale de Liège jusqu’en 1794, date du début de sa destruction. Cette immense cathédrale gothique, à la mémoire de saint Lambert, occupait l’actuelle place Saint-Lambert, au cœur de Liège.

[2] La querelle des Investitures est le conflit qui opposa la papauté et le Saint Empire romain germanique entre 1075 et 1122. Elle tire son nom de l’investiture des évêques. Au Moyen Âge, l’investiture est un acte par lequel une personne met une autre en possession d’une chose. Au 11ème siècle, les souverains estiment que le fait de confier à un évêque ou à un curé des biens matériels leur permet de choisir l’officiant et de lui accorder les investitures spirituelles. Cette mainmise du pouvoir temporel sur le pouvoir spirituel a comme conséquence une défaillance profonde du clergé, qui n’assure plus son rôle. La réforme grégorienne qui débute au milieu du 11ème siècle entend lutter contre les manquements du clergé à ses devoirs, ce qui incite le pape à vouloir le contrôler, au détriment du pouvoir politique. Les monarques du Saint Empire romain germanique, pour qui les évêques sont aussi des relais de l’autorité impériale, s’opposent alors à cette prétention. Après une lutte sans merci entre les empereurs et les papes, la querelle des Investitures aboutit à une victoire provisoire du spirituel sur le temporel.

[3] La principauté épiscopale de Liège était un État du Saint Empire romain, compris dans le Cercle de Westphalie, ayant pour capitale la ville de Liège. C’est en l’an 985 que naît la principauté épiscopale. C’est à cette date que Notger, déjà évêque de Liège depuis 972, devient prince-évêque en recevant le comté de Huy. Cet État a existé pendant plus de 800 ans, jusqu’à la révolution liégeoise en 1789.

[4] La simonie est, pour les catholiques, l’achat et la vente de biens spirituels, tout particulièrement d’un sacrement et, par conséquent, d’une charge ecclésiastique.

[5] Un alleu est une terre possédée en propriété complète, opposé aux fiefs ou aux censives impliquant une redevance seigneuriale. Il s’agit donc d’une terre ne dépendant d’aucune seigneurie foncière. Selon la loi salique (72e titre), le mot alleu exprime les fonds héréditaires par opposition aux acquêts. Sous les Carolingiens, l’alleutier doit la dîme à l’Église et l’aide militaire au souverain si celui-ci est attaqué, car seul le roi se déclare seigneur de tous les alleux. À la suite du délitement de l’ordre carolingien en raison du développement de la féodalité à partir du 10ème siècle, l’alleu désigne un bien possédé en pleine propriété, sans seigneur et le plus souvent hérité

[6] Bouillon occupe une région frontalière et stratégique, naturellement marquée par la Semois, qui fut longtemps l’objet de transactions, disputes et revendications, en particulier entre les La Marck, la principauté de Liège et la France. La seigneurie de Bouillon relevait de la principauté de Liège et se composait, comme de coutume dans le contexte féodal, d’un ensemble complexe et mouvant de droits et de territoires.

[7] Couvin est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Namur et faisant partie de l’arrondissement de Philippeville. C’est la deuxième commune de Belgique de plus grande superficie avec 206,93 km². Le 16 juin 1096, le Prince évêque de Liège Otbert achète Couvin et toutes ses dépendances à Baudouin II de Hainaut pour financer son départ en croisade. Couvin devient ainsi une des 23 Bonnes Villes de la principauté de Liège, située dans le quartier de l’Entre Sambre et Meuse. Elle devient alors également capitale de sa châtellenie regroupant la commune actuelle et Nismes (aujourd’hui dans la commune de Viroinval) et dont on fait mention pour la première fois en 1218. La châtellenie délimite le territoire à l’extrême sud-ouest de la Principauté de Liège par ses frontières avec le comté de Hainaut et la France. La charge de châtelain revient au seigneur de Chimay jusqu’en 1565, année durant laquelle, le Prince Évêque la rachète et la délègue à un bailly.

[8] La Lotharingie désigne le royaume de Lothaire II du latin Lotharii Regnum, arrière-petit-fils de Charlemagne. Il fut constitué en 855. Après sa mort, elle fut l’enjeu de luttes entre les royaumes de Francie occidentale et de Francie orientale, avant d’être rattachée au Saint Empire romain germanique en 880. Il devint un duché au début du 10ème siècle. Dans la deuxième moitié du 10ème siècle, le duché fut scindé en un duché de Basse Lotharingie et un duché de Haute Lotharingie, qui deviendra la Lorraine.

[9] La ville doit son nom de Cologne à l’impératrice romaine Agrippine, épouse de l’empereur Claude, qui éleva son lieu de naissance au rang de colonie en l’an 50, sous le nom de Colonia Claudia Ara Agrippinensium. Les Romains y tenaient une garnison et des axes routiers convergeaient vers un pont de bateaux sur lequel transitait un important commerce avec toutes les régions de la Germanie. En raison de son importance stratégique sur le limes du Rhin et de la présence de l’armée et de la clientèle germanique, l’endroit attira de nombreux marchands et devint un foyer d’artisanat et de commerce. Centre militaire, la ville fut la résidence de l’empereur gaulois Postume de 260 à 268, et le lieu de l’usurpation éphémère de Silvanus en 355. Les Romains introduisirent le christianisme à Cologne, qui devint siège épiscopal à partir du 4ème siècle. Des Francs se sont regroupés au cours de la seconde moitié du 5ème siècle pour fonder un royaume à Cologne, qui est intégré dans le royaume franc de Clovis. À partir du 7ème siècle, ils sont désignés sous le nom de Francs ripuaires.

[10] La Meuse est un fleuve européen de 950 kilomètres de long dont le bassin, relativement étroit, est orienté sud-nord. Elle traverse la France, la Belgique et les Pays-Bas et se jette dans la mer du Nord. Elle prend sa source à 409 mètres d’altitude à Pouilly-en-Bassigny.

[11] Aix-la-Chapelle est une ville d’Allemagne située dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Elle se situe à 5 km de la jonction des frontières de l’Allemagne, des Pays-Bas et de la Belgique. C’est la ville la plus à l’ouest de l’Allemagne. Aix-la-Chapelle est connue comme ville de résidence de Charlemagne, Les empereurs du Saint Empire romain germanique furent couronnés à Aix pendant 600 ans, le dernier étant Ferdinand 1er en 1531. Au Moyen Âge, Aix était l’une des plus grandes villes de l’empire, mais elle n’eut ensuite qu’une importance régionale. Après la destruction de Dinant par Charles le Téméraire, en 1466, de nombreux dinandiers wallons, comme les familles Amya, Momma ou Byda, se sont réfugiés à Aix et y ont développé une industrie florissante. Aix-la-Chapelle resta ville libre d’Empire jusqu’en 1792