Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Donald III dit le blond

Donald III dit le blond

dimanche 31 janvier 2021, par ljallamion

Donald III dit le blond (avant 1040-1099)

Roi d’Écosse de 1093 à 1094 puis de 1094 à 1097

Il est né, lorsque son père, le roi Duncan 1er , est tué dans un combat. Sa mère Suthen, est d’origine inconnue.   Après la mort de son père et la prise de pouvoir par Macbeth , Donald s’est sans doute enfui d’Écosse, mais aucune information le concernant pendant les règnes de Macbeth et de Malcolm III n’a été conservée.   À la mort lors d’une embuscade le 13 novembre 1093 près d’Alnwick [1] de Malcolm III et d’Édouard l’aîné des fils nés de son mariage avec Marguerite, fille de Édouard l’Exilé, les Scots [2] choisissent Donald comme leur roi, les nobles écossais revenaient ainsi à la vieille tradition de la tanistrie [3] en réaction avec la tendance anglophile du règne précédent. La Chronique Anglo-saxonne [4] précise qu’il chasse les Anglais qui avaient été avec le roi Malcolm.   En effet Duncan II , le fils aîné de Malcolm III par son premier mariage vivait depuis 1072 comme otage en Normandie et en Angleterre et était considéré par les scots comme de culture anglo-normande. L’élection de Donald III était aussi certainement une réaction contre Marguerite morte une semaine après son époux et son fils, ses autres fils que Donald III exile comme les anglo-saxons qui avaient émigré dans le pays à la suite de la reine.   Six mois après, Duncan II, avec l’aide de Guillaume II d’Angleterre expulse Donald III en mai 1094. Donald se réfugie dans les Highlands [5] et il rassemble des forces contre le nouveau souverain.   Duncan II est incapable d’imposer son autorité en Écosse et doit renvoyer ses chevaliers normands et il est tué lors d’un combat le 12 novembre 1094, lors d’un retour offensif de Donald III, aidé semble-t-il par Edmond , le second fils de Malcolm III et de Marguerite. Edmond semble avoir alors partagé le royaume avec Donald ce dernier étant sans fils sans doute dans la perspective de lui succéder.   Bien que Donald III n’inaugure pas son règne par une expédition de pillage dans le nord de l’Angleterre, un usage habituel pour un nouveau roi afin de récompenser ses partisans, Guillaume II cherche à le déstabiliser d’abord en reconnaissant comme roi en exil, Edgar, le plus vieux des fils survivants de Malcolm III puis en envoyant en 1097 dans le nord Edgar Atheling à la tête d’une armée installer son neveu et homonyme Edgar sur le trône.   Selon William de Malmesbury, Donald III est tué par le futur roi David d’Écosse. La version des faits présentés par la Liste royale qui prétend que Donald est capturé et aveuglé par le roi Edgar, et qu’il meurt à Rescobie, en Angus [6] est préférable. Les annales de Tigernach [7] confirment ces faits lorsqu’elles relèvent qu’il est aveuglé en 1099, probablement la date de sa mort.

La liste royale indique également qu’il est d’abord inhumé à Dunkeld [8] mais que Iona [9] détient ses os. Si c’est exact, il est le dernier roi d’Écosse inhumé à cet endroit.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Richard Oram Domination and Lordship.Scotland 1070-1230 E.U.P (Edinburgh 2011) (ISBN 978-0-7486-1497-4).

Notes

[1] Alnwick est une petite ville marchande du nord du Northumberland, au nord-est de l’Angleterre. Elle est le centre administratif du district d’Alnwick. Son histoire remonte au Moyen Âge et l’on peut notamment voir encore de nos jours le château d’Alnwick, ainsi que le White Swan Hotel.

[2] Les Scots sont un peuple celte originaire de l’est de l’Irlande qui commença à s’établir dans l’île de Bretagne entre les rivières Clyde et Solway aux 3ème et 4ème siècles de l’ère chrétienne. L’Écosse actuelle leur doit son nom (Scotland). Les premiers Scots affrontèrent les Britto-romains lors de raids qui se transformèrent en établissements durables, profitant sans doute d’un dépeuplement précoce des régions où ils effectuaient leur piraterie. Peu avant 500, ces Scots s’établirent sur les côtes du Devon et du pays de Galles, mais ils n’y établirent pas d’ensembles politiques durables. On leur doit toutefois l’introduction de l’écriture oghamique sur l’île. Plus au nord, les Scots devinrent dans un premier temps les voisins immédiats et les rivaux occidentaux des Pictes, les anciens habitants de la Calédonie. Cette région, qui n’avait jamais été conquise par Rome, passa progressivement sous leur contrôle du 6ème au 9ème siècle. Dès le 6ème siècle, les Scots durent cependant résister aux Anglo-Saxons, établis durablement au sud du Forth avant 500, contrairement aux Bretons, les Scots nouèrent de nombreux contacts avec ces nouveaux venus, surtout à l’est avec le royaume septentrional de Northumbrie. Au 7ème siècle, les Scots chrétiens jouèrent en particulier un rôle important dans l’évangélisation des Anglo-Saxons, rôle qui fut ensuite éclipsé par Rome.

[3] La tanistrie ou tanistry est une loi de succession coutumière qui fut pratiquée sous une forme ou sous une autre par certains groupes celtes et pictes. Elle fut également pratiquée par certains peuples germaniques et slaves, et fut une coutume germanique durant le Moyen Âge. Suivant cette coutume, le successeur d’un roi ou d’un chef de clan doit être choisi parmi sa parenté, mais de préférence parmi des collatéraux (frères, cousins, neveux) plutôt que parmi ses descendants directs. Le successeur est en général choisi du vivant du chef précédent et est alors appelé tanist. La loi précise généralement que le tanist, ne doit souffrir d’aucune infirmité mentale ou physique, et qu’il doit être reconnu comme le plus méritant parmi les candidats. Suivant les cas, il est choisi par le roi précédent lui-même ou par un conseil des anciens, des chefs et des princes.

[4] La Chronique anglo-saxonne est un ensemble d’annales en vieil anglais relatant l’histoire des Anglo-Saxons. Le manuscrit original est probablement rédigé dans le royaume de Wessex sous le règne d’Alfred le Grand, à la fin du 9ème siècle. De multiples copies sont distribuées aux monastères d’Angleterre et ensuite mises à jour indépendamment les unes des autres.

[5] Le Highland (Highland Council Area) est la plus grande des 32 divisions administratives d’Écosse, ainsi que de tout le Royaume-Uni. Sa capitale administrative est Inverness. Elle tient son nom de la région montagneuse des Highlands qui couvrent une bonne partie du council area.

[6] L’Angus est une région de lieutenance de l’est de l’Écosse située entre Dundee et Aberdeen sur la côte de la mer du Nord. L’Angus a pour origine l’antique royaume Picte de Circhenn ou Cirig fondé par le mythique roi picte éponyme Cirig ou Circin. La région est également associée avec le roi Uurdech ou Feradach Uclea dont la fille Mongfind est réputée être épouse de l’Eóganachta de Munster Conall Corc mac Lugaid et mère de Lughid et de Cairpre Cruithechan (le petit Picte) ce dernier étant l’ancêtre des Eóganachta de Magh Geirginn.

[7] Les Annales de Tigernach sont probablement originaires du monastère de Clonmacnoise en Irlande et attribuées pour la partie la plus ancienne à Tigernach, abbé de Clonmacnoise mort en 1088. Le meilleur manuscrit subsistant est du 14ème siècle. Le texte comporte trois parties couvrant les années de 488 à 766, 974 à 1003 et 1017 à 1178. Il est composé dans un mélange de latin, de vieux et de moyen irlandais. Une traduction en anglais est désormais disponible. Les informations émanent des hypothétiques Chroniques d’Irlande dont dériveraient également les Annales d’Ulster et les Annales d’Inisfallen. La lacune de 766 à 973 est particulièrement préjudiciable à la compréhension de la fusion des royaumes des Pictes et des Scots de Dalriada et de la constitution du royaume d’Alba.

[8] La cathédrale de Dunkeld est une cathédrale située sur la rive nord du Tay à Dunkeld, en Écosse. Construite en grès avec une dominante grise, la cathédrale a été commencée en 1260 et achevée en 1501. Elle se trouve sur le site de l’ancien monastère Culdee de Dunkeld.

[9] Iona est une petite île du nord-ouest de l’Écosse, dans les Hébrides intérieures, séparée de l’île de Mull par le détroit d’Iona. L’île, avec 4,8 km du nord au sud et 2,4 km de d’est en ouest, s’étend sur 800 hectares. Le point le plus élevé, Dun I, culmine à 101 m. En 563, saint Colomba d’Iona ou Columcille, exilé d’Irlande, a fondé un monastère sur l’île sous le double patronage de Conall mac Comgaill, roi de Dal Riada, et de Brude mac Maelchon, roi des Pictes. Sa communauté connut une belle évolution, comme en témoignent les croix savamment sculptées et les pierres tombales, mais fut décimée par les invasions nordiques au 8ème et au 9ème siècles.