Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 400 à 300 avant Jésus Christ > Lucius Aemilius Mamercinus Privernas

Lucius Aemilius Mamercinus Privernas

mercredi 20 janvier 2021, par ljallamion

Lucius Aemilius Mamercinus Privernas

Homme politique de la République romaine du 4ème siècle av. jc-Deux fois consul et deux fois dictateur-Maître de cavalerie en 342 av. jc

Emblème de la République romaine.Il est membre des Aemilii Mamercini [1].

Durant l’hiver 343-342, les troupes romaines stationnées à Capoue [2] projettent de se mutiner et d’enlever la ville aux Campaniens. La conspiration est éventée par les consuls de 342 av. jc qui profitent de la saison de campagne pour renvoyer et disperser les soldats concernés. Dans la crainte de représailles, les soldats démobilisés se regroupent et se retranchent sur les pentes du mont Albain [3]. Ils désignent contre son gré Titus Quinctius comme général et marchent vers Rome.

Le Sénat désigne Marcus Valerius Corvus comme dictateur [4] pour résoudre cette crise. Il prend Lucius Aemilius Mamercinus comme maître de cavalerie [5]. Alors que les soldats mutinés s’approchent de Rome, Corvus et Mamercinus se portent à leur rencontre à la tête d’une armée mais fort de sa popularité auprès des soldats, le dictateur tente d’abord de négocier avec les rebelles afin de trouver une issue diplomatique à cette crise interne. Tite-Live prête à Corvus un discours d’apaisement et de réconciliation. Le dictateur obtient du Sénat que les soldats mutinés soient amnistiés.

Lors de son premier consulat en 341 av. jc, il opère dans le Samnium [6] et reçoit des ambassadeurs samnites qui implorent la paix. Après que le Sénat romain a accepté les conditions de paix, il quitte le Samnium, ayant obtenu pour ses troupes un an de solde et 3 mois d’approvisionnement, livré par les Samnites.

En 335 av. jc, les consuls Marcus Atilius Regulus Calenus et Marcus Valerius Corvus qui doivent partir en guerre le nomment dictateur, afin qu’il réunisse à Rome les comices centuriates [7] et assure l’élection des consuls de l’année suivante.

Lors de son second consulat en 329 av. jc, il doit faire face dès son entrée en fonction en juillet à la menace d’un raid mené par les Gaulois. Il lève une armée en mobilisant jusqu’aux artisans de Rome.

Après quelques jours d’inquiétude, la menace s’éloigne. Lucius Aemilius joint donc ses troupes à celles de son collègue Caius Plautius Decianus qui assiège la cité de Privernum [8], proche du pays samnite. Les Privernates offrent leur soumission, leur chef de guerre Vitruvius Vaccus est exécuté.

D’après un dialogue restitué par Tite-Live, Lucius Aemilius joue les modérateurs dans les négociations entre le Sénat romain et les délégués de Privernum, si bien que Privernum obtient une paix équilibrée et le droit de cité.

En 326 av. jc, le dictateur Marcus Claudius Marcellus (consul en 331 av. J.-C.) n’a pas pu réunir les comices centuriates pour l’élection des consuls. Il faut recourir aux interrois [9], Lucius Aemilius, 14ème interroi de cette série, procède aux élections.

En 316 av. jc, il est nommé dictateur par les consuls en fin d’exercice et reprend la guerre contre les Samnites en partant assiéger Saticula [10]. Il tient face à une armée de secours samnite qui tente de débloquer la cité tandis que les assiégés effectuent une sortie. Il parvient à repousser l’armée de secours et poursuit le siège, sans toutefois prendre la ville

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Lucius Aemilius Mamercinus Privernas/ Portail de la Rome antique/ Catégories : Consul de la République romaine/ Dictateur (Rome antique)

Notes

[1] branche de l’illustre gens patricienne des Aemilii

[2] Capoue est une commune, située dans la province de Caserte en Campanie, dans l’Italie méridionale. Capoue se trouve dans le territoire de la Terre de Labour dont elle fut un temps la capitale (principauté de Capoue) et le chef-lieu (époque napoléonienne). L’agglomération se trouve sur un bras du fleuve Volturno, position stratégique au cours de l’Histoire, au pied du mont Tifata où est située la frazione de Sant’Angelo in Formis.

[3] Les monts Albains sont un ensemble de collines du Latium au pied desquelles s’étendait Albe la Longue. Situés à 20 km au sud-est de Rome et à environ 24 km au nord d’Anzio, ils culminent à 956 m d’altitude.

[4] Le dictateur est, durant la République romaine, un magistrat extraordinaire qui détient les pleins pouvoirs (imperium) pour un mandat qui ne peut, à l’origine, excéder six mois. Selon la tradition, le titre a été institué en 501 av. jc pour répondre à une situation d’urgence militaire, mais un magister populi (littéralement « maître du peuple ») existe déjà sous la Royauté romaine.

[5] Le maître de cavalerie est, durant la République romaine, l’assistant qu’un dictateur romain doit nommer, une sorte de chef d’état-major. À partir du 1er siècle av. jc, le titre est utilisé par l’armée romaine comme titre honorifique. Le grade de magister equitum, associé à de véritables pouvoirs de commandement, réapparaît durant le Bas-Empire romain.

[6] (région montagneuse d’Italie centrale)

[7] Les comices centuriates sont une assemblée du peuple romain, divisé en groupes censitaires, nommés centuries. Cette assemblée ne peut être convoquée sur le Champ de Mars que par des magistrats dotés de l’imperium. Elle a une vocation initiale militaire pour la constitution des légions et la levée du tributum, et devient sous la République une des assemblées du peuple pour l’élection des magistrats, le vote des propositions de loi et de déclaration de guerre. Son rôle électoral se restreint sous Auguste, puis disparaît.

[8] Priverno (connue jusqu’en 1927 comme Piperno) est une commune italienne située dans la province de Latina, dans la région Latium, en Italie centrale.

[9] L’interroi est un magistrat nommé à titre exceptionnel dans la Rome antique, en cas de vacance du pouvoir, c’est-à-dire après la disparition du roi (selon la tradition légendaire rapportée par Tite-Live) ou des magistrats détenteurs de l’imperium (consul ou tribun militaire à pouvoir consulaire). Sous la République romaine, en cas de vacance du consulat pour cause de mort ou d’abdication des deux consuls ou de troubles ayant retardé l’élection le Sénat décide d’établir un interrègne (interregnum). Il choisit en son sein un patricien comme premier interroi. Celui-ci, chargé de préparer l’élection des nouveaux consuls par les comices centuriates, ne peut les présider, n’ayant pas reçu l’investiture auspicatoire. Le premier interroi en nomme un second qui lui succède. Ayant reçu l’investiture auspicatoire du premier, ce second interroi peut tenir les comices. Les principaux ornements consutaires, dont le siège curule, lui sont accordés. À la suite de Theodor Mommsen, l’interroi est d’ordinaire regardé comme le titulaire d’une magistrature extraordinaire. Mais la qualité de magistrat de l’interroi est discutée.

[10] Saticula est le nom d’une ancienne cité samnite, qui faisait partie de la Confédération des cités samnites. Saticula a pris part aux guerres samnites du 4ème siècle av. jc, au cours desquelles elle fut détruite par les Romains qui entendaient se venger de l’humiliation des Fourches Caudines. Son origine pourrait remonter aux migrations des Osques vers le sud de l’Italie (6ème et 5ème siècles av. jc). Elle fut aussi sous l’influence des Étrusques. On pense que l’actuelle ville de Sant’Agata de’ Goti, dans la province de Bénévent, en Campanie est bâtie sur les ruines de Saticula.