Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Loup de Soissons ou saint Loup

Loup de Soissons ou saint Loup

mardi 8 décembre 2020, par ljallamion

Loup de Soissons ou saint Loup (mort vers 535/540)

Neveu de l’évêque Remi de Reims. À la mort de Saint Prince son père ou oncle, l’évêque Remi de Reims, son oncle, l’ordonne et fait de lui le treizième évêque de Soissons [1].

Loup marche sur leurs traces et s’applique à gouverner son église avec une grande prudence.

Clovis, par le conseil des évêques Remi de Reims et Melaine de Rennes , ayant, en 511, convoqué un concile à Orléans [2] qui fut le premier tenu dans cette ville, Loup s’y trouva avec 5 métropolitains et 25 évêques. On y fit 31 canons concernant le droit d’asile, le dernier refuge du faible contre le fort et de l’innocence contre le crime : le pouvoir des évêques, la soumission des abbés à l’ordinaire et l’administration des biens de l’Église.

De retour dans son diocèse, Loup s’applique à faire observer les règles du concile d’Orléans. À Bazoches [3], il rebâtit et agrandit la basilique élevée sur le tombeau de saint Rufin et de saint Valère : puis, autour de cette nouvelle église, il réunit 72 clercs sous sa direction, en mémoire des 72 disciples du Christ, pour y célébrer avec pompe l’office divin. Ce chapitre existera plus de 4 siècles encore après sa mort.

Au décès de son oncle Remi de Reims, Loup s’occupe d’exécuter les dernières volontés de l’évêque, et de mettre l’église de Soissons en possession de la rente de 10 sous d’or ainsi que de la terre de Sablonnières [4], près de Coulommiers [5].

Loup, après avoir occupé la chaire de Soissons une quarantaine d’années, meurt vers l’an 540. Il est inhumé au côté de saint Prince dans la petite chapelle de Sainte-Thècle. Au 9ème siècle, ses restes sont transférés en la cathédrale de Soissons [6] où ils sont conservés et vénérés jusqu’au 16ème siècle, époque à laquelle les Calvinistes les livrent aux flammes

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Loup de Soissons/ Portail du catholicisme/ Catégories : Saint catholique et orthodoxe/ Évêque de Soissons

Notes

[1] Soissons est une commune française située dans le département de l’Aisne. Soissons est historiquement connue pour avoir été la première capitale de la France. La ville connaît la prospérité aux 12ème siècle et 13ème siècle qui ont laissé de nombreux édifices gothiques.

[2] Le concile d’Orléans de 511 ou premier concile d’Orléans est le premier des six conciles nationaux réunis aux 6ème et 7ème siècles dans la ville du Royaume franc : Aurelianum, actuellement Orléans. Le concile est réuni en juillet 511, sur convocation et en la présence de Clovis 1er. Il réunit 32 évêques, la moitié de ceux du « royaume des Francs ». Il condamne l’arianisme, et définit des règles régissant les relations entre le pouvoir royal et l’Église, établissant une coopération entre les rois de France et l’Église catholique romaine. Enfin, il réaffirme le droit d’asile.

[3] Bazoches est une commune française, située dans le département de la Nièvre. La commune est connue pour le château de Bazoches, où a résidé le maréchal de Vauban. La petite église Saint-Hilaire datant du 12ème siècle abrite le tombeau de la famille de Vauban.

[4] Seine et Marne

[5] Coulommiers est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne.

[6] C’est au 4ème siècle que débute l’histoire du diocèse de Soissons, à la suite du démembrement de celui de Reims. Mais l’emplacement de la première cathédrale reste inconnu à ce jour. En 815, la deuxième cathédrale, consacrée par Rothade (évêque de 814 à 831), semblait se trouver à l’emplacement de la cathédrale actuelle. Cette cathédrale carolingienne subit en 948 des dommages dus à l’incendie de son cloître, provoqué par les troupes d’Hugues le Grand, père d’Hugues Capet, mais les documents d’archives nous donnent peu de détails quant à l’étendue des dégâts.