Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Sophie de Thuringe

dimanche 1er novembre 2020, par ljallamion

Sophie de Thuringe (1224-1275)

Deuxième épouse d’Henri II duc de Brabant et de Lothier

Fille de Louis IV de Thuringe et de sainte Élisabeth de Hongrie.   Elle se marie en 1240 avec Henri II de Brabant et a 2 enfants, Henri 1er de Hesse et Élisabeth de Brabant.   Elle est l’héritière de Hesse [1] qu’elle transfère à son fils, Henri, après sa victoire partielle dans la Guerre de Succession de Thuringe [2] dans laquelle elle fut l’un des belligérants. Sophie est la fondatrice de la dynastie brabançonne de Hesse.   Elle est enterrée dans l’église collégiale de l’abbaye cistercienne de Villers-la-Ville [3], en Brabant [4].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Sophie de Thuringe/ Portail du Brabant wallon/ Duchesse de Brabant

Notes

[1] La maison de Hesse est une famille issue de la maison de Brabant (originaire de Louvain et dont la généalogie remonte à Lambert 1er, comte de Louvain). À la suite de la guerre de Succession de Thuringe, les membres de cette famille régnèrent sur le duché de Hesse. En 1567, à la mort du landgrave Philippe 1er de Hesse, le duché de Hesse fut divisé entre ses quatre fils, d’où les quatre branches de cette maison

[2] Le landgraviat de Thuringe est un ancien État du Saint-Empire romain germanique. Créé vers 1111/1112 sous le règne de l’empereur Henri V, il est attribué à la dynastie des Ludowinges lors de la nomination du landgrave Louis 1er par le roi Lothaire III en 1131. Les landgraves de Thuringe comptèrent parmi les princes les plus puissants de l’Empire, ils devaient cependant se défendre contre la concurrence des archevêques de Mayence (à Erfurt) et de nombreuses familles comtales, telles que les Schwarzbourg, les comtes de Weimar-Orlamünde, la maison d’Henneberg ou la maison Reuss.

[3] L’abbaye de Villers, dont le nom canonique est « abbaye de Villers-en-Brabant », parfois improprement appelée « abbaye de Villers-la-Ville », était un monastère de l’ordre de Cîteaux situé près de Villers-la-Ville, en Brabant wallon (Belgique). Fondée en 1146 dans la vallée de la Thyle par Bernard de Clairvaux, cette abbaye était l’une des premières filles de l’abbaye de Clairvaux. Elle fut très tôt protégée par les ducs de Brabant et ainsi rapidement féconde. Le 13ème siècle marque son apogée. Entre les 14 et 17ème siècles, l’abbaye a connu une succession de périodes calmes et troublées, durant lesquelles les moines ont quitté les lieux à 9 reprises pour raisons d’insécurité. Au 18ème siècle, l’abbaye a connu son second âge d’or, marqué par une grande ébullition architecturale. Après la Révolution française, la communauté monastique a dû se disperser, puis l’abbaye fut vendue comme bien national.

[4] Le Brabant est une région géographique à cheval sur la Belgique et les Pays-Bas. Il couvre une surface de 11 308 km². Le titre de duc de Brabant a été créé lorsque l’empereur Frédéric Barberousse éleva en 1183/1184 le landgraviat de Brabant en duché en faveur de Henri 1er de Brabant. En 1190, Henri 1er succède à son père Godefroid III de Louvain comme duc de Basse-Lotharingie (Lothier), mais sans autorité territoriale ou judiciaire en dehors de ses propres comtés. À partir de 1288, les ducs de Brabant deviennent aussi ducs de Limbourg.