Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Andrew Murray ou Moray dit Sir Andrew Moray de Petty ou Sir Andrew Murray (...)

Andrew Murray ou Moray dit Sir Andrew Moray de Petty ou Sir Andrew Murray de Bothwell

mardi 22 septembre 2020, par ljallamion

Andrew Murray ou Moray dit Sir Andrew Moray de Petty ou Sir Andrew Murray de Bothwell (1298-mars 1338)

Chef militaire écossais commandant des troupes de David II d’Écosse-Gardien de l’Écosse en 1332/1333 puis de 1335 jusqu’à sa mort

Carte des principales seigneuries d'Écosse vers 1230

Fils et homonyme de Andrew de Moray ou Murray , un fidèle compagnon de William Wallace tué lors de la bataille du pont de Stirling [1] en 1297 peu de temps avant sa naissance.   Devenu adulte il hérite de la seigneurie de Bothwell [2] dans le Lanarkshire [3] tenue par son père et il épouse Christina Bruce, l’une des sœurs du roi Robert 1er d’Écosse veuve de Gartnait comte de Mar [4] et de Christopher Seton .   Après la mort de ce souverain il est l’un des commandants des forces loyales au jeune roi David II d’Écosse contre les attaques d’Édouard Balliol le candidat au trône soutenu par Edouard III d’Angleterre durant ce que l’historiographie moderne nomme la Seconde Guerre d’Indépendance de l’Écosse [5].   Il est choisi comme Gardien de l’Écosse [6] en 1332 mais il est capturé lors d’une escarmouche l’année suivante. Prisonnier en Angleterre il est libéré en 1335 et revient en Écosse.   En mai 1334, le jeune roi David II s’est réfugié en France mais Andrew Murray, confirmé dans sa fonction de Gardien de l’Ecosse, reprend le combat malgré les offres d’amnistie de Balliol. Le 30 novembre 1335 il remporte une importante victoire contre les partisans d’Édouard Balliol menés par David III Strathbogie comte d’Atholl [7] qui attaquait son Château de Kildrummy [8] défendu par son épouse. Les deux armées se rencontrent lors de la Bataille de Culblean [9] à Ballater près du Dee [10], le jour de la Saint-André. David III de Strathbogie est vaincu et tué pendant le combat.   Andrew Murray épousa en 1326 Christina Bruce   Entre octobre 1336 et octobre 1337, Andrew Murray mène une campagne brutale contre les forces anglaises et les garnisons fidèles à Balliol en Angus [11], Fife [12] puis jusqu’à sa mort dans le sud de l’Écosse en Clydesdale [13] et Lothian [14]. Au cours de ses incursions, il détruit systématiquement les forteresses anglaises qui bordent la frontière anglo-écossaise.   Les victoires remportées par les forces écossaises et la montée en puissance des combats contre la France dans la guerre de Cent Ans obligent Edouard Balliol et le roi Édouard III d’Angleterre à retirer progressivement leurs armées d’Écosse.   Andrew Murray meurt au printemps 1338 dans son château d’Avoch et il est inhumé à Rosemarkie [15] en Moray puis son corps est transféré dans l’Abbaye de Dunfermline [16] parmi les souverains d’Écosse.

Sa disparition prive la résistance écossaise de son chef mais il a comme successeur un autre Gardien de l’Ecosse Robert Stuart l’héritier du trône, qui gouverne le pays jusqu’au retour du roi David II d’Écosse en 1341. 

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Michael Brown The Wars of Scotland 1214-1371 Edinburgh University Press (Edinburgh 2004) (ISBN 0748612386).

Notes

[1] La bataille du pont de Stirling constitue une des batailles des guerres d’indépendance de l’Écosse. Le 11 septembre 1297, les armées d’Andrew de Moray et de William Wallace affrontent celles de John de Warenne, 6ème comte de Surrey, leur infligeant une défaite.

[2] Le château de Bothwell est un château médiéval écossais, aujourd’hui en ruine, situé sur une hauteur près de la rivière Clyde. Il est situé dans le sud du Lanarkshire, en Écosse, entre Uddingston et Bothwell, à environ 16 km au sud-est de Glasgow. Le Roi David 1er accorde la baronnie de Bothwell à David Olifard (ou Olifant), Justicier de Lothian, au milieu du 12ème siècle. Les terres passent à ses descendants, et en 1242 la baronnie devient la propriété de Walter de Moravia (ou Walter de Moray) du clan Murray, qui avait épousé l’héritière du dernier baron d’Olifard. Walter commence la construction du château, mais à cause du début des guerres d’indépendance de l’Écosse de 1296, seuls le donjon principal, la tour de la prison, et de petits murs qui servent à lier les bâtiments sont achevés. Les fondations sont cependant en place. Une palissade en bois sert de défense. Le château permet de garder un point de passage stratégique de la Clyde. Il est resté le siège du chef du clan Murray jusqu’en 1360. Bothwell joue un rôle-clé dans les guerres d’indépendance, changeant plusieurs fois de mains.

[3] Le Lanarkshire est un ancien comté d’Écosse et une région de lieutenance. Il est bordé au nord par le Stirlingshire et une portion détachée du Dunbartonshire, au nord-est par le Stirlingshire, le West Lothian, à l’est par le Peeblesshire, au sud-est et au sud par le Dumfriesshire, au sud-ouest par le Dumfriesshire et l’Ayrshire, et à l’ouest par l’Ayrshire, le Renfrewshire et le Dunbartonshire.

[4] Comte de Mar est un titre créé plusieurs fois dans la pairie d’Écosse, mais qui fut, à partir du 12ème siècle, un titre porté par les successeurs des mormaers de Mar, seigneurs du territoire de Mar (en anglais Earldom of Mar). Le titre dérive de Marr, l’une des sept provinces originelles de l’Écosse au 9ème siècle. Les terres du mormaer de Mar couvraient alors les territoires des comtés historiques d’Aberdeenshire et Banffshire.

[5] Les guerres d’indépendance de l’Écosse furent une série de campagnes militaires qui opposèrent l’Écosse à l’Angleterre durant la fin du 13ème siècle et le début du 14ème siècle. La première guerre (1296-1328) débuta avec l’invasion anglaise de l’Écosse et se termina avec la signature du traité d’Édimbourg-Northampton en 1328. La deuxième guerre (1332-1357) éclata lors de l’invasion d’Édouard Balliol, soutenu par les Anglais, en 1332, et se termina en 1357 à la signature du traité de Berwick. Ces guerres firent partie d’une grande crise nationale pour l’Écosse et l’époque fut décisive pour l’histoire du pays. À la fin des deux guerres, l’Écosse maintint son statut de nation libre et indépendante, ce qui fut son objectif tout au long du conflit. Ces guerres furent notables pour d’autres raisons, comme l’émergence de l’arc long en tant qu’élément clé de l’armement médiéval.

[6] Entre les 13ème et 16ème siècles, l’histoire du royaume d’Écosse se caractérise par de nombreuses minorités, périodes au cours desquelles, les rois sont captifs, absents ou empêchés, voire de vacances du pouvoir qui impliquèrent la mise en place de régences, parfois collectives, pendant lesquelles le pouvoir fut exercé par des Régents ou des Gardiens du Royaume.

[7] Le titre de duc d’Atholl, nommé d’après Atholl, en Écosse, n’a été créé qu’une seule fois dans l’histoire britannique par la reine Anne en 1703, comme une promotion du très ancien titre de Mormaer ou comte d’Atholl. Il a une histoire très ancienne et très complexe.

[8] Le château de Kildrummy est un château en ruine près de la ville de Kildrummy dans l’Aberdeenshire, région du nord de l’Écosse. Bien qu’en ruine, c’est probablement le château le plus complet du 13ème siècle à avoir survécu dans l’Écosse de l’Est. Il s’agissait du siège des comtes de Mar.

[9] La bataille de Culblean à lieu le 30 novembre 1335, durant la Seconde Guerre d’indépendance de l’Écosse. Ce fut une victoire pour les Écossais indépendantistes menés par Sir Andrew Murray sur les forces anglo-écossaises commandées par David III Strathbogie, comte d’Atholl et partisan d’Édouard Balliol.

[10] Le Dee est un fleuve d’Écosse traversant le council area d’Aberdeenshire. Il prend sa source dans les Cairngorms et se jette dans la mer du Nord à Aberdeen après une course de 145 km.

[11] L’Angus est une région de lieutenance de l’est de l’Écosse située entre Dundee et Aberdeen sur la côte de la mer du Nord. L’Angus a pour origine l’antique royaume Picte de Circhenn ou Cirig fondé par le mythique roi picte éponyme Cirig ou Circin. La région est également associée avec le roi Uurdech ou Feradach Uclea dont la fille Mongfind est réputée être épouse de l’Eóganachta de Munster Conall Corc mac Lugaid et mère de Lughid et de Cairpre Cruithechan (le petit Picte) ce dernier étant l’ancêtre des Eóganachta de Magh Geirginn.

[12] Le Fife (officiellement Kingdom of Fife) est une région côtière de l’est de l’Écosse, entre les estuaires de la Forth (Firth of Forth) et du Tay (Firth of Tay). Formant ainsi une péninsule naturelle, ses frontières ont peu bougé à travers les âges. C’est à la fois une subdivision actuelle de l’Écosse, un comté historique, une région de lieutenance et une ancienne région d’Écosse.

[13] Clydesdale est le nom ancien d’un comté du Lanarkshire.

[14] Le Lothian est une région traditionnelle d’Écosse, s’étendant entre la rive sud du Firth of Forth et les Lammermuir Hills. Son nom provient du semi légendaire roi breton Loth ou Lot. Au 7ème siècle, il devient la partie nord du royaume saxon de Northumbria. Mais au 8ème siècle les clans pictes la revendiquèrent en profitant de l’affaiblissement de la Northumbrie. Le Lothian est connu en Écosse pour avoir été la seule partie Anglo-saxonne de cette nation, et une des rares où l’écossais n’ait pas pris racine.

[15] Rosemarkie est une ville de la côte sud-ouest de la péninsule de Black Isle au nord de l’Écosse.

[16] L’abbaye de Dunfermline est une imposante abbaye de l’ordre bénédictin dans la ville de Dunfermline, de la région de Fife en Écosse. Il s’agit d’un site historique important : à part Iona, c’est à Dunfermline que se trouvent le plus de tombes royales de Calédonie (nom donné par l’Empire romain à la partie nord de la Grande-Bretagne).