Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Earpwald, Eorpwald ou Erpenwald

Earpwald, Eorpwald ou Erpenwald

vendredi 3 juillet 2020, par ljallamion

Earpwald, Eorpwald ou Erpenwald

Souverain du royaume d’Est-Anglie dans la première moitié du 7ème siècle.

Fils de Rædwald, il accède au pouvoir vers 624, puis se convertit au christianisme sous l’influence d’Edwin de Northumbrie à une date incertaine. Peu après avoir reçu le baptême, il est assassiné par un noble nommé Ricberht , dont les motifs sont vraisemblablement aussi politiques que religieux, et l’Est-Anglie [1] retourne au paganisme pour quelques années, jusqu’à l’avènement de Sigeberht.

Earpwald est le premier roi anglo-saxon à mourir pour la foi chrétienne, ce qui lui vaut d’être vénéré comme un saint martyr de l’Église. Son règne n’est quasiment connu que par l’entremise de l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais [2] de Bède le Vénérable. Il pourrait avoir été inhumé à Sutton Hoo [3].

Au début du 7ème siècle, le Sud de l’Angleterre est presque entièrement sous le contrôle des différents souverains anglo-saxons. Ces envahisseurs d’origine germanique, constitués d’Angles [4], de Saxons [5], de Jutes [6] et de Frisons [7], sont arrivés en Grande-Bretagne au 5ème siècle. Dès l’an 600, plusieurs royaumes se forment au sein des territoires conquis, dont le royaume d’Est-Anglie, qui correspond aux actuels comtés du Norfolk [8] et du Suffolk [9]. L’histoire de ce royaume n’est pratiquement pas documentée avant le règne de Rædwald, qui s’achève vers 624, mais il est possible de glaner les noms de ses prédécesseurs de la dynastie des Wuffingas [10] dans l’Histoire ecclésiastique, une chronique rédigée par le moine northumbrien Bède le Vénérable dans les années 730.

En 616, Rædwald remporte une victoire militaire décisive contre Æthelfrith de Northumbrie sur la rivière Idle [11] et installe le prince exilé Edwin sur le trône de Deira [12]. Cette victoire sur les Northumbriens [13] fait de Rædwald l’un des plus puissants souverains de l’île, et la Chronique anglo-saxonne [14] lui attribue a posteriori le titre de Bretwalda [15]. Il est possible qu’il ait été inhumé dans le somptueux bateau funéraire de Sutton Hoo.

Earpwald est encore païen lorsqu’il devient roi d’Est-Anglie à la mort de Rædwald vers 624.

En 627, Edwin de Northumbrie entreprend de convertir les habitants de la Northumbrie, du Lindsey [16] et de l’Est-Anglie au christianisme, ce qui convainc Earpwald de se convertir d’après Bède. D’après le nombre d’années passées par Félix de Burgondie à la tête du diocèse d’Est-Anglie, cette conversion s’est produite en 627, mais la Chronique anglo-saxonne la date de 632. On ignore où il a été baptisé, mais il est très probable que ce soit Edwin qui le mène vers les fonts baptismaux.

Les conditions de la conversion d’Earpwald tendent à montrer qu’Edwin assume désormais une position dominante vis-à-vis de l’Est-Anglie. À la suite de ce baptême, les prêtres northumbriens d’Edwin ont toute latitude pour éradiquer le paganisme du royaume d’Earpwald et convertir ses sujets. L’Est-Anglie ne bénéficie cependant pas encore de la création d’un diocèse dédié. Toute la côte est de l’Angleterre se retrouve ainsi sous la coupe d’Edwin et de ses alliés chrétiens, de la Northumbrie jusqu’au Kent [17], à l’exception notable de l’Essex [18]

Le retour au paganisme après la mort d’Earpwald ne trahit pas nécessairement une rivalité entre l’ancienne et la nouvelle religion : il pourrait s’agir d’une réaction d’ordre politique à la domination d’Edwin sur le royaume. Ricberht lui-même est une énigme. Ses origines ne sont pas connues et s’il est possible qu’il se soit emparé du pouvoir après son crime, le texte de Bède ne l’indique pas clairement. Ce qui est certain, c’est qu’il faut attendre l’avènement de Sigeberht, en 630 ou 631, pour que la christianisation de l’Est-Anglie reprenne son cours.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Eorpwald of East Anglia »

Notes

[1] L’Est-Anglie, ou royaume des Angles de l’Est, est un royaume anglo-saxon établi au cours du Haut Moyen Âge sur les actuels comtés anglais du Suffolk et du Norfolk. Sa fondation légendaire, vers le milieu du 6ème siècle, aurait été le fait d’envahisseurs germaniques appartenant à la tribu des Angles. Il disparaît comme entité indépendante après les invasions vikings du 9ème siècle, mais le titre de comte d’Est-Anglie continue à être donné au sein du royaume d’Angleterre jusqu’à la fin du 11ème siècle, et la région conserve le nom d’Est-Anglie à ce jour.

[2] L’Histoire ecclésiastique du peuple anglais (Historia ecclesiastica gentis Anglorum en latin) est un ouvrage de Bède le Vénérable écrit vers 731. Comme son titre le suggère, il s’agit d’une histoire de l’Angleterre qui s’intéresse tout particulièrement à sa christianisation.

[3] Sutton Hoo, près de Woodbridge (Suffolk, Royaume-Uni), est un site archéologique anglo-saxon où ont été mis au jour en 1939 un cimetière et un bateau funéraire datant du début du 7ème siècle.

[4] Le peuple des Angles, qui donne son nom aux Anglais et à l’Angleterre, est une peuplade germanique possiblement originaire de la péninsule d’Angeln dans l’actuel Schleswig, en Allemagne, ou bien de l’Angrie, autre région historique de l’Allemagne, située plus au sud. Durant les années 449-455, le roi breton Vortigern fit appel aux Angles pour se battre à ses côtés contre les Pictes.

[5] Sans doute dès le 6ème siècle, les Saxons constituent quatre royaumes au sud de l’île : l’Essex, le Sussex, et le Wessex (respectivement terres saxonnes de l’Est, du Sud et de l’Ouest) ainsi que le Middlesex, plus éphémère puisqu’il fut annexé à la terre des Angles, l’Angleterre (Englalånd > England). Dans l’ensemble, les Saxons montrent également une résistance assez forte au Christianisme, alors en plein essor dans le royaume de Kent au début du 7ème siècle sous l’influence du missionnaire romain Paulinus. Si dès le 7ème siècle, la présence de Bretwaldas, sortes de « sur-rois », est attestée parmi les Anglo-Saxons de Grande-Bretagne. C’est seulement au 10ème siècle qu’une dynastie saxonne, à savoir celle de Wessex, s’impose finalement sur l’île sous le règne d’Alfred le Grand, pour une courte période jusqu’à l’invasion normande. La langue des Saxons donne naissance au vieil anglais, remplaçant dans une grande partie des îles britanniques les anciens dialectes celtiques.

[6] Les Jutes sont un peuple germanique de la mer du Nord localisé aux premiers siècles de l’ère chrétienne dans la partie méridionale de la péninsule du Jutland au Danemark, à laquelle ils ont donné leur nom. Aux côtés des Angles et des Saxons, ils font partie des peuples germaniques qui contribuent à la colonisation de l’Angleterre à partir du 5ème siècle. D’après Bède le Vénérable, ils s’installent principalement dans le Kent, ainsi que sur l’île de Wight et dans le sud du Hampshire, en face de l’île de Wight, dans la vallée de la Meon

[7] Les Frisons sont un peuple germanique appartenant sur le plan ethnolinguistique au rameau westique. Chez les Anglo-Saxons et les Néerlandais entre autres, on distingue les Frisons de l’Antiquité de ceux des périodes ultérieures qui portent un autre nom (Frisians, Friezen). Au 8ème siècle, les Anglo-Saxons de l’île de Bretagne conservaient le souvenir de cette origine commune : elle fut, selon Bède le Vénérable, le facteur qui déclencha l’envoi de missions chrétiennes anglaises sur le continent germanique du 7ème jusqu’au 9ème siècle.

[8] Le Norfolk est un comté situé dans l’est de l’Angleterre. Sa ville principale est Norwich. Il compte également plusieurs bourgs comme Thetford, Wymondham, Dereham ou encore Fakenham.

[9] Le Suffolk a des frontières au nord avec le Norfolk, à l’ouest avec le Cambridgeshire et au sud avec l’Essex. Il est bordé à l’est par la mer du Nord. La capitale du comté est Ipswich et les autres villes importantes sont Lowestoft et Bury St Edmunds. La ville de Felixstowe est, quant à elle, l’un des plus grands ports de containers d’Europe.

[10] Les Wuffingas sont une dynastie anglo-saxonne qui règne sur le royaume d’Est-Anglie jusqu’au milieu du 8ème siècle. Elle doit son nom à Wuffa, un ancêtre semi-légendaire qui aurait vécu vers la fin du 6ème siècle. Le premier membre historiquement attesté de cette dynastie, qui est également celui sous lequel son pouvoir atteint son apogée, est Rædwald, mort vers 624. Son dernier représentant, Ælfwald, meurt en 749, laissant le trône à des rois dont l’ascendance est inconnue. La famille compte également plusieurs religieuses considérées comme des saintes, dont la plus célèbre est Æthelthryth d’Ely.

[11] L’Idle est une rivière du Nottinghamshire, en Angleterre. Elle prend sa source de la confluence de la Maun et de la Meden, coule vers de nord, arrose Retford et Bawtry, et se jette dans la Trent près de Misterton.

[12] Le Deira est un royaume anglo-saxon des 6ème et 7ème siècles. Selon Siméon de Durham, le royaume s’étendait de l’Humber à la Tyne, mais le pays était désert au nord de la Tees. Après l’absorption du royaume d’Ebrauc, York devint la capitale du Deira. Avant cela, la capitale se situait probablement près de Pocklington. Le premier roi angle dont nous avons connaissance est AElle, qui conquit le royaume sur les Bretons à la fin du 6ème siècle. Le royaume fut ensuite sujet du roi AEthelfrith de Bernicie, qui unifia les deux royaumes pour former le royaume de Northumbrie. Après la mort d’AEthelfrith, le fils d’AElle, Edwin de Deira, régna sur les deux royaumes, de 616 à 633. Son neveu Osric lui succéda, puis Oswine, qui fut assassiné par Oswiu, en 651. Durant les années qui suivirent, le royaume fut gouverné par AEthelwald, le fils d’Oswald de Northumbrie puis en tant que royaume vassal successivement par trois fils d’Oswiu de Northumbrie.

[13] La Northumbrie est un royaume médiéval situé dans le nord de l’actuelle Angleterre et constituait l’un des principaux royaumes de l’Heptarchie. Sa notoriété est surtout liée à son rôle dans la propagation du christianisme nicéen dans l’île et à la constitution d’un centre culturel d’importance européenne avec l’archevêché d’York. Le nom de Northumbria désigne à l’origine les terres envahies par les Angles au 6ème siècle situées au nord de la rivière Humber. La Northumbrie en tant que royaume se constitue au début du 7ème siècle par l’union de deux autres entités Angles : celle de Bernicie (Bernicia) au nord et celle de Deirie (Deira) au sud.

[14] La Chronique anglo-saxonne est un ensemble d’annales en vieil anglais relatant l’histoire des Anglo-Saxons. Le manuscrit original est probablement rédigé dans le royaume de Wessex sous le règne d’Alfred le Grand, à la fin du 9ème siècle. De multiples copies sont distribuées aux monastères d’Angleterre et ensuite mises à jour indépendamment les unes des autres.

[15] Bretwalda ou brytenwealda est un terme vieil-anglais employé dans la Chronique anglo-saxonne, un ensemble d’annales compilé vers la fin du 9ème siècle, pour désigner une série de huit souverains anglo-saxons ayant régné à partir du 5ème siècle qui sont censés avoir dominé une grande partie ou la totalité des autres royaumes anglo-saxons. Cette liste reprend celle des 7 rois ayant exercé un imperium proposée par Bède le Vénérable dans son Histoire ecclésiastique du peuple anglais (achevée en 731) en y ajoutant un huitième nom, celui d’Egbert, roi du Wessex au début du 9ème siècle.

[16] Le Lindsey est un royaume anglo-saxon situé dans le nord de l’actuel Lincolnshire, entre la Witham et l’Humber. Il apparaît dans le Tribal Hidage sous le nom Lindesfarona mid Haeþfeldlande (« Lindsey avec Hatfield Chase ») et une superficie de 7 000 hides, soit autant que le royaume d’Essex ou celui des Hwicce. Malgré cela, son histoire est presque entièrement inconnue. La région a été longtemps disputée entre la Mercie et la Northumbrie. Elle possède son propre évêché à partir de 678.

[17] Le Kent est un royaume anglo-saxon fondé au 5ème siècle par les Jutes dans le sud-est de l’Angleterre. Il correspond approximativement au territoire occupé par le peuple celtique des Cantiaci avant la conquête romaine, et à l’actuel comté de Kent. C’est le premier royaume anglo-saxon converti au christianisme, et il atteint son apogée au début du 7ème siècle sous le roi Æthelberht.

[18] L’Essex est un comté cérémonial et non métropolitain du Royaume-Uni. Il est l’un des Home Counties situés au nord-est de la ville de Londres. Il est bordé par le Suffolk et le Cambridgeshire au nord, le Hertfordshire à l’ouest, le Kent et l’estuaire de la Tamise au sud et le Grand Londres au sud-ouest. Le conseil de comté d’Essex est la principale autorité locale pour une grande partie du comté, avec les douze conseils de districts. La capitale du comté est Chelmsford.