Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > AEthelfrith de Northumbrie ou Ethelfrith

AEthelfrith de Northumbrie ou Ethelfrith

mardi 12 février 2019, par ljallamion

AEthelfrith de Northumbrie ou Ethelfrith

Roi de Bernicie de 592 environ à sa mort vers 616

La Grande-Bretagne au début du 7ème siècle.Il envahit le royaume voisin de Deira [1] vers 604, constituant ainsi l’ébauche de la future Northumbrie [2].

Bède le Vénérable, dans son patriotisme northumbrien, est très indulgent pour ce païen sanguinaire, à l’occasion massacreur de moines, car il reconnaît en lui le véritable fondateur du royaume. Il voit en lui un grand roi, le dit avide de gloire et le compare au biblique Saül pour le nombre de Bretons qu’il a vaincus, soumis au tribut ou chassés de leurs terres.

De fait, à sa suite, l’historiographie traditionnelle associait les succès d’AEthelfrith à la vigueur de l’expansionnisme anglo-saxon au détriment des royaumes celtiques.

Le chapitre 63 de l’Historia Brittonum [3] assure qu’AEthelfrith a régné sur la Bernicie [4] pendant 12 années, puis pendant 12 autres années sur la Northumbrie unifiée.

AEthelfrith succède vers 592/593 à un obscur roi de Bernicie nommé Hussa qu’il a dû tuer ou au moins chasser du pouvoir, car on trouvera un peu plus tard un fils de Hussa allié à ses ennemis bretons du Dalriada [5]. Hussa n’apparaît pas dans la généalogie d’ Ida le fondateur de la Bernicie et paraît donc avoir appartenu à un clan rival.

AEthelfrith, lui, est un des petit-fils d’Ida, et il est le fils d’ AEthelric , roi de Bernicie de 568 à 572. Son accession au pouvoir peut donc être considérée comme une restauration de la famille du fondateur.

Bamburgh [6] était la capitale de la dynastie bernicienne, fondée et fortifiée selon la tradition par Ida lui-même. Un tel « don de mariage » n’est pas banal dans les unions anglo-saxonnes, même quand la mariée est fille d’un roi prestigieux. Si Bebba est bien la première femme d’AEthelfrith, il faut croire que le roi de Bernicie avait contracté une alliance hors du commun.

C’est par son activité guerrière qu’AEthelfrith a laissé sa trace la plus visible dans l’histoire.

C’est sous le règne d’AEthelfrith que doit se situer la célèbre bataille de Catraeth [7] dont il nous reste Y Gododdin [8]. Certains commentateurs sont d’ailleurs enclins à identifier cette bataille semi-légendaire avec la bataille de Daegsastan [9], historiquement plus certaine, où fut vaincu Áedán mac Gabráin .

Áedan survit à la bataille, mais, déjà âgé, il semble se retirer peu après en faveur de son fils Eochaid Buide . Cette succession, même si elle a pu être précipitée par la défaite, montre tout de même que l’aristocratie guerrière du Dalriada continue de faire confiance au clan d’Áedan. Néanmoins, d’après Bède, c’est la dernière fois qu’un roi des Scots [10] s’aventure en territoire anglo-saxon. Il est probable qu’AEthelfrith établit avec les Scots du Dalriada une alliance de vainqueur à vaincu qui les contraint à accepter une forme de dépendance honorable.

Æthelfrith pris pour épouse Acha, fille d’ Aella et sœur d’Edwin. Cette alliance assura la victoire posthume d’AEthelfrith : Acha sera la mère de Oswald.

Vers 615 ou 616, AEthelfrith mène une nouvelle campagne contre les Gallois. Il affronte à Caer Legion [11] les armées du roi de Powys [12] Selyf Sarffgadau . Ce dernier trouve la mort au combat, de même qu’un autre roi d’origine inconnue nommé Cetula. La bataille est restée célèbre pour le massacre des moines de Bangor [13], venus prier en faveur des Bretons.

Après la défaite celte de Chester, Edwin trouve refuge auprès de Rædwald , roi d’Est-Anglie [14]. Bède rapporte qu’AEthelfrith lui aurait promis une belle récompense en échange de la mort d’Edwin, et que Rædwald aurait envisagé d’accéder à sa demande avant d’être réprimandé par son épouse, qui l’aurait convaincu de rester fidèle à Edwin.

En tout état de cause, Rædwald mène une armée contre AEthelfrith et le vainc à la bataille de la rivière Idle, en 616 ou 617. Le vaincu trouve la mort, laissant Edwin libre de s’emparer du trône de Northumbrie. Les enfants d’AEthelfrith connaissent à leur tour l’exil, se réfugiant en Irlande ou en Écosse

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de James Fraser, From Caledonia to Pictland : Scotland to 795, Edinburgh University Press, 2009 (ISBN 978-0-7486-1232-1).

Notes

[1] Le Deira est un royaume anglo-saxon des 6ème et 7ème siècles. Selon Siméon de Durham, le royaume s’étendait de l’Humber à la Tyne, mais le pays était désert au nord de la Tees. Après l’absorption du royaume d’Ebrauc, York devint la capitale du Deira. Avant cela, la capitale se situait probablement près de Pocklington. Le premier roi angle dont nous avons connaissance est AElle, qui conquit le royaume sur les Bretons à la fin du 6ème siècle. Le royaume fut ensuite sujet du roi AEthelfrith de Bernicie, qui unifia les deux royaumes pour former le royaume de Northumbrie. Après la mort d’AEthelfrith, le fils d’AElle, Edwin de Deira, régna sur les deux royaumes, de 616 à 633. Son neveu Osric lui succéda, puis Oswine, qui fut assassiné par Oswiu, en 651. Durant les années qui suivirent, le royaume fut gouverné par AEthelwald, le fils d’Oswald de Northumbrie puis en tant que royaume vassal successivement par trois fils d’Oswiu de Northumbrie.

[2] La Northumbrie est un royaume médiéval situé dans le nord de l’actuelle Angleterre et constituait l’un des principaux royaumes de l’Heptarchie. Sa notoriété est surtout liée à son rôle dans la propagation du christianisme nicéen dans l’île et à la constitution d’un centre culturel d’importance européenne avec l’archevêché d’York. Le nom de Northumbria désigne à l’origine les terres envahies par les Angles au 6ème siècle situées au nord de la rivière Humber. La Northumbrie en tant que royaume se constitue au début du 7ème siècle par l’union de deux autres entités Angles : celle de Bernicie (Bernicia) au nord et celle de Deirie (Deira) au sud.

[3] L’Historia Brittonum est un ouvrage ayant trait à l’histoire de l’île de Bretagne, et notamment à celle du pays de Galles. Il est très difficile à dater, dans la mesure où il s’agit de juxtaposition de textes de différentes époques. Mais on peut considérer que le plus ancien date du 9ème siècle, et le plus récent du 11ème siècle.

[4] La Bernicie est un royaume anglo-saxon situé dans le nord de l’Angleterre et le sud de l’Écosse actuelles. Fondé au 6ème siècle, il est uni au royaume voisin de Deira au début du 7ème siècle pour former le royaume de Northumbrie. Son territoire se serait étendu depuis la Tyne vers le nord, atteignant finalement le Firth of Forth. Sa frontière occidentale s’est graduellement étendue, mordant sur les royaumes de langue brittonique de Rheged, Gododdin et Dumbarton. La résidence royale principale est le château de Bamburgh, près de l’île de Lindisfarne.

[5] Dál Riata ou Dál Riada (également Dalriada) est un royaume gaël comprenant une partie du nord-est de l’Irlande et de l’ouest de l’Écosse de chaque côté du Canal du Nord. À son apogée à la fin du 6ème siècle et au début du 7ème siècle, il comprenait ce qui est aujourd’hui l’Argyll en Écosse et une partie de l’actuel comté d’Antrim d’Ulster, en Irlande du Nord

[6] Bamburgh est un village et une paroisse civile du Northumberland, en Angleterre. Il est situé sur la côte de la mer du Nord. Au 7ème siècle, Bamburgh est la capitale du royaume anglo-saxon de Bernicie. Au 10ème siècle, Bamburgh retrouve une certaine importance comme siège des seigneurs anglo-saxons qui règnent sur une partie de la Northumbrie, indépendamment du royaume viking d’York. Le château de Bamburgh est mis à sac par une armée viking en 993.

[7] La bataille de Catraeth est un affrontement qui aurait eu lieu vers le début du 7ème siècle entre les Bretons du royaume de Gododdin et les Angles de Bernicie ou du Deira.

[8] la série d’élégies composées par le barde Aneirin en l’honneur des guerriers tombés au combat

[9] La bataille de Degsastan ou de Degastan oppose les rois Ethelfrith de Bernicie et Áedan mac Gabráin de Dal Riada, qui a envahi le royaume d’Ethelfrith. Bède le Vénérable date la bataille de 603, et indique que malgré l’infériorité numérique des Northumbriens et la mort de Théodbald, frère d’Ethelfrith, avec la majeure partie de ses forces, Áedan est vaincu et forcé de fuir. L’emplacement de Degsastan (Theakstone dans la Chronique anglo-saxonne) est inconnu.

[10] Les Scots sont un peuple celte originaire de l’est de l’Irlande qui commença à s’établir dans l’île de Bretagne entre les rivières Clyde et Solway aux 3ème et 4ème siècles de l’ère chrétienne. L’Écosse actuelle leur doit son nom (Scotland). Les premiers Scots affrontèrent les Britto-romains lors de raids qui se transformèrent en établissements durables, profitant sans doute d’un dépeuplement précoce des régions où ils effectuaient leur piraterie. Peu avant 500, ces Scots s’établirent sur les côtes du Devon et du pays de Galles, mais ils n’y établirent pas d’ensembles politiques durables. On leur doit toutefois l’introduction de l’écriture oghamique sur l’île. Plus au nord, les Scots devinrent dans un premier temps les voisins immédiats et les rivaux occidentaux des Pictes, les anciens habitants de la Calédonie. Cette région, qui n’avait jamais été conquise par Rome, passa progressivement sous leur contrôle du 6ème au 9ème siècle. Dès le 6ème siècle, les Scots durent cependant résister aux Anglo-Saxons, établis durablement au sud du Forth avant 500, contrairement aux Bretons, les Scots nouèrent de nombreux contacts avec ces nouveaux venus, surtout à l’est avec le royaume septentrional de Northumbrie. Au 7ème siècle, les Scots chrétiens jouèrent en particulier un rôle important dans l’évangélisation des Anglo-Saxons, rôle qui fut ensuite éclipsé par Rome.

[11] Chester

[12] Le royaume de Powys est un royaume médiéval situé dans l’est de l’actuel Pays de Galles.

[13] L’Abbaye de Bangor est une abbaye située à Bangor en Irlande du Nord. Elle est fondée par Comgall de Bangor en 558 ou 559. L’abbaye est connue au Moyen Âge comme centre de formation important pour les missionnaires. Elle est aussi connue pour sa règle monastique austère, sa vie de prières et de jeûne qui attire les fidèles. Elle gagne le surnom de « lumière du monde » (Light of the World). À la mort de Comgall en 601, 3 000 moines sont formés à l’abbaye. Colomban de Luxeuil devient moine à l’abbaye vers 560 avant d’en partir vers 580 pour évangéliser l’Europe. Nennius, abbé de Bangor en 620, a donné une Histoire de Bretons qui retrace la vie de Saint Patrick. L’abbaye est largement détruite par les Danois en 824, qui tuent aussi 900 moines et profanent le tombeau de Comgall.

[14] L’Est-Anglie, ou royaume des Angles de l’Est, est un royaume anglo-saxon établi au cours du Haut Moyen Âge sur les actuels comtés anglais du Suffolk et du Norfolk. Sa fondation légendaire, vers le milieu du 6ème siècle, aurait été le fait d’envahisseurs germaniques appartenant à la tribu des Angles. Il disparaît comme entité indépendante après les invasions vikings du 9ème siècle, mais le titre de comte d’Est-Anglie continue à être donné au sein du royaume d’Angleterre jusqu’à la fin du 11ème siècle, et la région conserve le nom d’Est-Anglie à ce jour.