Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Artémis

mardi 23 juin 2020, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 10 avril 2020).

Artémis

Personnage de la mythologie grecque

Artémis accompagnée d'un cerf et d'un chien (par Jean-Baptiste Tuby)Artémis est la déesse de la Chasse, et une des déesses associées à la Lune par rapport à Apollon, qui est lui, associé au Soleil. Elle est assimilée dans la mythologie romaine à la déesse Diane . Ses attributs sont le cerf, l’arc en or le carquois et les flèches.

Fille de Zeus et de Léto et sœur jumelle d’Apollon, avec lequel elle partage beaucoup de traits communs.

Née sur l’île d’Ortygie [1], appelée plus tardivement Délos, Artémis fait du pays des Hyperboréens [2] sa résidence principale où elle règne en maîtresse de la nature sauvage et des animaux.

Elle erre aussi dans les agroi [3]. Toujours située à la frontière entre le monde civilisé et le monde sauvage, préside à l’initiation des petits d’hommes et d’animaux et les accompagne jusqu’au seuil de la vie adulte.

Armée d’un arc et de flèches offerts par les Cyclopes [4], Artémis assiste son frère Apollon dans son combat contre le serpent Python ainsi que dans la gigantomachie [5]. Pendant la guerre de Troie [6], elle est également aux côtés des Troyens. Comme lui, elle pourfend de ses flèches les Niobides [7]. Elle l’aide à se venger de Coronis et de Tityos . De manière générale, elle envoie sur les femmes la mort soudaine, alors qu’Apollon se charge des hommes. Dans l’Iliade, Héra la qualifie ainsi de lionne pour les femmes. On lui chante, comme à Apollon, le péan [8].

Coureuse des forêts, sauvageonne insoumise et fière, Artémis appartient avant tout au monde sauvage, alors que son frère Apollon se présente comme un dieu civilisateur. Seule parmi les dieux, à l’exception de Dionysos, elle est constamment entourée d’une troupe d’animaux sauvages. Elle est aussi à la tête d’une troupe de nymphes [9] et de jeunes mortelles, qu’elle mène à travers les forêts.

Surnommée la Bruyante, elle mène sa meute et les pousse de la voix. Artémis possède en effet le double visage de la compagne des animaux sauvages et de la chasseresse. La biche symbolise bien son ambivalence : la bête est sa compagne favorite, et de nombreuses représentations la montrent à son côté. Néanmoins, Artémis est aussi celle qui est réputée pour suivre de ses flèches cerfs et biches, même si peu de textes l’attestent.

Artémis, encore appelée la radiante, est aussi celle qui guide les égarés, les étrangers, ou les esclaves en fuite au cœur de la nuit. Aussi Artémis porte-t-elle en latin le nom de Trivia, celle qui éclaire la route aux carrefours de la vie.

Sa dextérité à l’arc est illustrée dans l’épisode nommé “catastérisme” où elle tue par erreur son amant Orion .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Artémis/ Portail de la mythologie grecque/ Divinités olympiennes/

Notes

[1] l’Île aux cailles

[2] Les Hyperboréens sont un peuple mythique de l’Antiquité. Au sens étymologique, ce sont ceux qui vivent par-delà les souffles du froid Borée (le vent du nord).

[3] les terres en friches, incultes et peu fréquentées

[4] Les cyclopes, que l’on pourrait traduire par « œil rond », forment une espèce de créatures fantastiques dans la mythologie grecque. Ce sont des géants n’ayant qu’un œil au milieu du front. Selon Hellanicos, ils tirent leur nom de leur père, Cyclope, fils d’Ouranos.

[5] Les Gigantomachies, littéralement « combats entre Géants » sont des épisodes courants des cosmogonies, et notamment dans la mythologie grecque, avec la Titanomachie.

[6] La guerre de Troie est un conflit légendaire de la mythologie grecque, dont l’historicité est controversée. Elle est parfois appelée Deuxième guerre de Troie en référence à l’expédition menée contre la cité par Héraclès après la quête de la Toison d’or que certains nomment Première guerre de Troie.

[7] Dans la mythologie grecque, les Niobides sont les enfants d’Amphion et de Niobé, fille de Tantale. Leur mère s’étant vantée d’avoir eu plus d’enfants que Léto, mère d’Apollon et Artémis, les deux dieux les massacrent de leurs flèches.

[8] Chez les Grecs archaïques, Péan, Péon est d’abord un dieu guérisseur associé à un chant. Le mot devient ensuite une épiclèse d’Apollon et d’Asclépios, avant de désigner un chant d’action de grâces en l’honneur du dieu.

[9] Dans la mythologie grecque et romaine, les nymphes sont des divinités subalternes, membres d’un large groupe d’esprits de sexe féminin associé à la nature. De fait, les nymphes personnifient les activités créatives et productives de la nature. Elles sont quelquefois liées à un lieu ou un élément particulier, et pouvaient faire l’objet d’un culte local. Elles accompagnent parfois d’autres divinités, dont elles forment le cortège.