Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Saint Loup ou Leu

dimanche 9 octobre 2022, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 20 août 2011).

Saint Loup ou Leu (383-478)

Saint Loup ou Leu Moine à Lérins

Moine à Lérins [1], il est évêque de Troyes [2] en 426. Il accompagne Germain d’Auxerre en Angleterre pour lutter contre le pélagianisme [3].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Nominis/ la vie des saints/ Saint Loup ou Leu

Notes

[1] Le monastère de l’île Saint-Honorat est fondé vers 410 par l’ermite Honorat. Son expansion est rapide, et les disciples accourent de l’Europe entière vers la retraite d’Honorat, tout comme les pèlerins, qui y reçoivent les mêmes indulgences que pour un voyage en Terre Sainte. Ils font, pieds nus, le tour de l’île, s’arrêtant à chacune des sept chapelles périphériques

[2] Le diocèse de Troyes est un diocèse de l’Église catholique en France. Érigé au 4ème siècle, il est un des diocèses historiques de l’ancienne province de Champagne. De 1801 à 1822, il couvre les départements de l’Aube et de l’Yonne. Depuis 1822, il ne couvre plus que celui de l’Aube. Jusqu’en 1801, il est suffragant de l’archidiocèse métropolitain de Sens et relève de la province ecclésiastique de Sens.

[3] Le pélagianisme est le courant considéré comme hérétique par l’Église catholique, issu de la doctrine du moine Pélage. Pélage minimisait le rôle de la grâce et exaltait la primauté et l’efficacité de l’effort personnel dans la pratique de la vertu. Il soutenait que l’homme pouvait, par son seul libre arbitre, s’abstenir du péché, niait la nécessité de la grâce, le péché originel, les limbes pour les enfants morts sans baptême. En effet, pour le moine breton les hommes ne doivent pas supporter le péché originel d’Adam dans leurs actions et ne doivent donc pas se rédimer à jamais. Trois conciles s’étaient opposés à cette doctrine : ceux de Carthage, 415 et 417, et celui d’Antioche en 424. Le Concile oecuménique d’Éphèse, en 431, condamna cette hérésie en dépit des correctifs que Pélage inséra dans ses apologies. Le pélagianisme subsista jusqu’au 6ème siècle. Il fut surtout combattu par saint Augustin qui a tout fait pour que Pélage soit excommunié car il le considérait comme un disciple du manichéisme. En 426, l’Église catholique romaine excommunie Pélage.