Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Alexandre 1er (pape)

samedi 11 janvier 2020, par ljallamion

Alexandre 1er (pape)

6ème Pape de l’Église catholique de 107 à 116

Alexandre 1er 6ème Pape de l'Église catholiqueDe ce personnage on ne connaît que ses origines, sans doute romaines de la région de “Caput tauri”, et encore cela est incertain. Il aurait institué l’eau bénite. Cette contribution à l’histoire de la papauté, comme son martyre, n’est pas historiquement certaine. Une partie de ses restes se trouverait dans l’église Sainte-Sabine [1], sur le mont Aventin [2], l’autre dans un monument funéraire de la ville de Lucques [3].

Saint Irénée de Lyon, qui a écrit dans le dernier quart du 2ème siècle, fait de lui le cinquième pape dans la succession apostolique, mais il ne dit rien de son martyre.

Selon une tradition existant dans l’Église romaine à la fin du 5ème siècle, et consignée dans le Liber Pontificalis [4], il a subi le martyre par décapitation sur la Via Nomentana [5], à Rome, le 3 mai. La même tradition fait de lui un Romain de naissance qui a dirigé l’Église sous le règne de Trajan. De même, elle lui attribue, mais de façon peu précise, l’insertion dans le canon du Qui Pridie [6], ou des paroles commémoratives de l’institution de l’Eucharistie, qui sont certainement primitives et originales dans la Messe.

Il aurait aussi introduit l’usage de l’eau bénite mélangée à du sel pour purifier les maisons chrétiennes des mauvaises influences [7].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Alexandre Ier (pape)/ Portail du Vatican/ Catégories : Pape de la Rome antique

Notes

[1] Sainte-Sabine est une basilique mineure située à Rome sur l’Aventin, près du Tibre. C’est aussi l’église conventuelle du couvent homonyme de l’Ordre des Prêcheurs (dominicains) depuis le 13ème siècle. Ce couvent abrite de nos jours le gouvernement de l’Ordre. Construite sous le Bas-Empire au 5ème siècle, et restaurée au début du 20ème siècle pour en retirer quelques ajouts et décors postérieurs, c’est aujourd’hui l’une des églises à plan basilical les mieux préservées et les plus représentatives de l’architecture paléochrétienne de Rome.

[2] L’Aventin est l’une des sept collines de Rome, la plus méridionale, située entre le Tibre, le mont Cælius et le mont Palatin.

[3] Lucques Lucca en italien, est une ville italienne, chef-lieu de la province du même nom, située en Toscane. Elle fut autrefois, avant la réalisation de l’unité italienne, une ville libre puis la capitale de la principauté souveraine puis duché de Lucques (1815-1847). Elle se trouve non loin de la mer Tyrrhénienne, plus exactement à une vingtaine de kilomètres de la côte ligure (mer Ligure). C’est une ville fortifiée avec un grand nombre de monuments historiques, principalement des églises, mais aussi des villas et des palais comme le palais Pfanner et son célèbre jardin.

[4] Le Liber Pontificalis (« Livre Pontifical ») est un catalogue chronologique de tous les papes et évêques de Rome, compilé à Rome dans des milieux proches de la curie à partir du 6ème siècle et qui s’arrête au 9ème siècle. C’est une source de l’histoire du haut Moyen Âge ; ses données doivent être reçues avec prudence, surtout pour la période antérieure à sa première rédaction qui reflète surtout l’état des connaissances de ceux qui l’ont écrit.

[5] La via Nomentana est une ancienne voie romaine reliant la ville de Rome à Mentana (ancienne Nomentum) située à 23 kilomètres au nord-est de la capitale. Initialement appelée Via Ficulnensis en raison de son tracé original s’arrêtant au village de Ficulnea, cette voie secondaire fut prolongée jusqu’à Nomentum où elle finit quelques kilomètres plus loin par fusionner avec la via Salaria. Elle démarrait à la porta Collina du mur servien, puis fut au 3ème siècle bornée par le nouveau mur d’Aurélien à la porta Nomentana. Le pape Pie IV décide vers 1560 de l’initier à la porta Pia nouvellement construite par Michel-Ange.

[6] Le Missel romain est le livre liturgique qui rassemble les textes (ordinaire de la messe, chants, lectures jusqu’en 1969, oraisons, etc.) et les indications rituelles et musicales (rubriques), nécessaires à la célébration de la messe par le prêtre, selon le rite romain.

[7] constituit cum aquam sparsionis vente benedici dans habitaculis hominum