Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Theudesinde

jeudi 26 décembre 2019, par ljallamion

Theudesinde

Theudesinde épouse de Grimoald II Maire du palais de Neustrie.Fille de Radbod, roi des Frisons [1], et l’épouse du pépinide [2]Grimoald II.

À la fin du 7ème siècle, les Frisons constituent une menace permanente pour les royaumes francs et le maire du palais [3] Pépin de Herstal doit organiser plusieurs campagnes pour écarter cette menace et soumettre le peuple. Radbod est battu à plusieurs reprises, à Dorestad [4] en 689, puis en 692 et enfin de nouveau à Dorestad en 697. En même temps Pépin occupe Utrecht [5], en fait le siège d’un évêché qu’il confie à Willibrord et le charge d’évangéliser les Frisons, toujours païens.

Vers 710, une paix est conclue entre Pépin et Radbod, assortie d’un mariage entre Grimoald, le fils de Pépin, et Theudesinde, la fille de Radbod. Radbod refuse de se convertir, mais autorise le baptême de sa fille. Le mariage est célébré en 711, ainsi que le note les “Chronicon Moissaciense”. Grimoald est alors père d’un enfant de 3 ans Théodebald, qu’il a eu d’une concubine.

Grimoald est assassiné par un Frison en avril 714, Pépin de Herstal meurt le 16 décembre 714 et Thedebald devient maire du palais. Les Neustriens [6] en profite pour se révolter contre les Austrasiens [7] et s’allient aux Frisons contre Theodebald et sa grand-mère Plectrude. On ignore le sort de Theudesinde.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Christian Settipani, La Préhistoire des Capétiens (Nouvelle histoire généalogique de l’auguste maison de France, vol. 1), Villeneuve d’Ascq, éd. Patrick van Kerrebrouck, 1993, 545 p. (ISBN 978-2-95015-093-6)

Notes

[1] La Frise occidentale est une région historique des Pays-Bas. Son étendue a varié au cours du temps. La région administrative actuelle de Frise-Occidentale est comprise dans cette région historique. On considère généralement qu’elle comprend les territoires protégés par la Westfriese Omringdijk (« digue circulaire de Frise occidentale »), soit le nord de la Hollande-Septentrionale. La partie occidentale de la province de Frise est parfois également incluse.], de l’embouchure de l’Escaut[[L’Escaut est un fleuve européen de 355 km de long, qui traverse trois pays (France, Belgique et Pays-Bas) et cinq régions, avant de se jeter en mer du Nord. Après la division de l’ancien royaume des Francs au traité de Verdun, l’Escaut a longtemps servi de frontière naturelle officielle entre le royaume de France et le Saint Empire romain germanique.

[2] Les Pépinides ou Pippinides sont les membres d’une dynastie de la noblesse franque d’Austrasie dont plusieurs se nommèrent Pépin. Le terme désigne au sens strict la famille de Pépin de Landen en ligne agnatique, c’est-à-dire par les hommes. Suite au mariage de l’arnulfien Ansegisel avec la pépinide Begga, les Arnulfiens sont parfois appelés improprement Pépinides. Le prestige de la famille de Pépin de Landen a rejailli sur les Arnulfiens qui puisèrent dans le stock anthroponymique des Pépinides les noms des membres de leur famille issus de cette union et donc cognatiquement des Pépinides. Ainsi, Ansegisel nomma son fils Pépin. La puissance acquise par Pépin de Herstal ajoutée à son héritage maternel fut à l’origine de l’accession à la royauté de sa descendance avec Pépin le Bref en 751. Ce fait contribue également à l’attribution du nom de Pépinides aux Arnulfiens qui n’en sont issus que cognatiquement. À partir de Charles Martel, les Arnulfiens issus des Pépinides sont nommés Carolingiens.

[3] A l’origine intendant général, chargé de diriger les services politiques et domestiques de la maison du roi, le maire du palais apparaît, dès le milieu du 7ème siècle, comme le personnage principal de l’Etat. C’est lui, de fait, qui exerce la réalité du pouvoir.

[4] Dorestad est le nom d’un des ports les plus importants de l’Europe médiévale. Dorestad était situé sur l’un des bras de l’embouchure du Rhin, sur les vestiges d’un ancien fort romain, en un lieu situé près de la ville actuelle de Wijk bij Duurstede, aux Pays-Bas. Entre 600 et 850, le port a souvent fait l’objet de guerre entre les Frisons et les Francs. Au sein de l’Empire carolingien, Dorestad est une possession personnelle de Charlemagne, comme Quentovic en France. Ces deux villes géraient l’essentiel du trafic maritime des Carolingiens. Dorestad fut l’une des capitales du royaume de Frise. Le site occupait un espace d’une trentaine d’hectares le long du Rhin. À cause de l’importance de son centre de commerce, Dorestad attire l’attention des Vikings. Elle est pillée en 834, 835, 836, 837, 846, 847, 857 et 863. Les historiens estiment qu’environ 7 000 Vikings ont pris part au premier raid en 834. La ville est devenue le centre du pouvoir de la principauté viking de Dorestad, entre 850 et 885. Des travaux sur le Rhin ont comblé le port après 863 et la ville décline rapidement. Elle est définitivement détruite en 876

[5] Utrecht est une ville néerlandaise, chef-lieu de la province d’Utrecht. Au 6ème siècle, la contrée rhénane d’Utrecht passe sous l’influence franque, en particulier celle du grand royaume mérovingien dont les jalons sont posés par Clovis. Utrecht aurait été, selon la légende de la Magna Frisia, la capitale du royaume de Frise pendant le règne d’Aldgisl 1er et éventuellement pendant celui de son fils. Avant 690, le chef missionnaire anglo-saxon, de tradition irlandaise, Willibrord s’installe à Utrecht, et en 690 selon son hagiographie, avec ses frères-compagnons, il y rénove et déploie les institutions chrétiennes avec le titre de père (papa selon la tradition) : la vaste contrée évangélisée est ensuite promue terre épiscopale lors de son retour dans le royaume mérovingien. L’évêché d’Utrecht sera pour les Pays-Bas le centre de la foi chrétienne pendant tout le Moyen Âge.

[6] Royaume franc qui couvrait le nord-ouest de la France actuelle, et avait pour capitale Soissons. Néanmoins, il semble que le terme de Neustrie ne soit apparu qu’un siècle après la création du royaume. La Neustrie avait été créée lors du partage qui suivit la mort de Clovis 1er, en 511, et revint à Clotaire 1er, qui, au terme de son long règne de 50 ans, avait réussi à reconstituer le royaume de son père. Elle fut le 2ème grand royaume franc né lors des partages successoraux mérovingiens à partir des territoires conquis sur Syagrius. Son aire géographique était limitée par la Loire au sud, l’océan Atlantique et la Basse-Bretagne à l’ouest, et la Champagne à l’est. Elle s’étendait jusqu’en Flandre au nord.

[7] L’Austrasie désignait durant la période mérovingienne un royaume franc couvrant le nord-est de la France actuelle, les bassins de la Meuse et de la Moselle, jusqu’aux bassins moyen et inférieur du Rhin. La capitale en fut d’abord Reims, puis Metz. Les habitants de l’Austrasie étaient les Austrasiens. Ce royaume est apparu à la mort de Clovis en 511, lorsque le territoire de celui-ci est partagé entre ses fils. Berceau de la dynastie carolingienne, l’Austrasie disparaît en 751 avec le dernier roi mérovingien pour être intégrée dans le grand royaume franc que réunirent Pépin le Bref et Charlemagne.