Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Nabuchodonosor II

vendredi 13 décembre 2019, par ljallamion

Nabuchodonosor II (mort en 562 av. jc)

Roi de l’empire néo-babylonien entre 605 et 562 av. jc

Inscription sur un cylindre d'argile commémorant la reconstruction d'un temple par Nabuchodonosor II, musée d'Israël.Il régna sur le plus vaste empire qu’ait dominé Babylone, ville où il a fait ériger de nombreux monuments [1]. On lui a imputé quelque temps les jardins suspendus de Babylone [2], dont n’est visible aucune trace [3], comptant parmi les 7 merveilles du monde. Il est mentionné dans la Bible hébraïque/l’Ancien Testament, notamment comme destructeur du Temple de Salomon [4].

Après avoir abattu l’empire assyrien [5] entre 612 et 609 av. jc, le roi de Babylone [6] Nabopolassar , désormais âgé, confie la direction des opérations militaires à son fils aîné, Nabuchodonosor, qui avait sans doute déjà combattu lors de la lutte contre l’Assyrie, menée avec l’appui des Mèdes [7]. Dans le cadre de la politique de son père, il aurait d’ailleurs épousé la fille ou petite-fille du roi mède Cyaxare , celle que les sources grecques nomment Amytis, pour laquelle il aurait fait construire plus tard les jardins suspendus de Babylone.

Après la victoire contre les Assyriens, Nabuchodonosor mène les armées babyloniennes en Syrie [8] où l’armée égyptienne a pénétré pour essayer de dominer la région à la place de l’empire déchu. Il lui faut 2 ans pour renforcer ses lignes arrières, puis il passe à l’action en 605 av. jc, et écrase la coalition adverse à la bataille de Karkemish [9] puis soumet les royaumes côtiers dont celui de Juda [10]. Il doit rentrer à Babylone à la mort de son père.

Lorsqu’il devient roi, Nabuchodonosor II ne manque ni d’expérience ni d’ambition. Aussitôt sa prise de pouvoir officialisée, il retourne sur les bords de la Méditerranée, où le souverain d’Ascalon [11] s’est révolté et où il veut aussi affirmer sa domination sur les souverains des royaumes de Phénicie [12], et également sur le roi de Juda. Mais les Égyptiens sont toujours présents dans la région pour soutenir les révoltes de ces derniers. En 601, le choc entre les opposants, Babyloniens d’un côté, Égyptiens et alliés de l’autre, a lieu. Nabuchodonosor essuie une défaite, et doit se retirer dans ses forteresses de Syrie. Il décide d’attaquer en Arabie [13] l’année suivante. Puis il retourne au Levant pour recevoir le tribut des souverains de la région.

Celui de Juda, Joiaqim , refuse de payer, et subit la répression : sa capitale Jérusalem est assiégée puis prise en 597, il perd la vie, et son fils Joachin et les autres notables et lettrés du royaume sont déportés à Babylone. Pour mieux contrôler la région, Nabuchodonosor bâtit un fort à Riblah [14], au Liban. Mais cela n’empêche pas les rois locaux de continuer à se révolter, et d’être le principal souci du souverain. Une révolte a lieu en Babylonie même en 593, et est vite réprimée avec violence.

En 589 av. J.-C., les Égyptiens s’emparent de Gaza [15], et assiègent Tyr [16] et Sidon [17]. Puis ils forment une coalition avec les Phéniciens, à laquelle se rallie Sédécias , le nouveau roi de Juda, en poste aux ordres de Nabuchodonosor II. Celui-ci revient donc à Riblah, d’où il prépare sa contre-attaque. Il assiège Jérusalem en 588, et après environ 2 ans de siège, la ville tombe. Les fils de Sédécias sont tués, alors que lui même est mutilé et déporté à Babylone avec la majorité des élites de son royaume. Jérusalem est ensuite brûlée.

Parallèlement, Tyr est aussi assiégée. La situation met plus de temps à se résoudre, et ce n’est qu’au bout de 13 années que Nabuchodonosor II peut faire entrer ses troupes dans la ville. En 585, le roi babylonien arbitre un conflit opposant son allié le Mède Cyaxare au roi Alyatte de Lydie [18], et en profite pour s’emparer de quelques villes en Cilicie [19]. Peu après, la Judée [20] se révolte en 582 ce qui oblige les Babyloniens à y retourner. La situation au Proche-Orient ne s’arrange qu’en 568, lorsque Nabuchodonosor II met en déroute les Égyptiens près de Gaza.

La fin du règne de Nabuchodonosor II est obscure. On sait qu’il meurt en 562 av. jc à Babylone, peut-être de maladie. Son fils Amel-Marduk n’occupe le trône que 2 ans avant d’être renversé par le beau-fils de Nabuchodonosor, Nériglissar .

Le sommet du pouvoir babylonien après Nabuchodonosor II est caractérisé par une instabilité chronique qui se manifeste par deux coups d’État en 560 et 556, et la contestation à laquelle fait face le dernier roi Nabonide. Pour autant, l’empire hérité des conquêtes de Nabuchodonosor et de son père ne se disloque pas, ce qui semble témoigner de la solidité de leur construction politique. En 539 av. jc, Cyrus II de Perse s’empare de Babylone et par là de tout son empire.

Sur la longue durée, le règne de Nabuchodonosor participe donc au renforcement et à la stabilisation des empires de plus en plus vastes qui dominent le Moyen-Orient à partir du 1er millénaire av. jc, entre celui des Assyriens et celui des Perses achéménides [21].

Nabuchodonosor reprend les immenses travaux de restauration et d’embellissement de Babylone initiés par son père [22] La ville forme un rectangle grossier de 1,5 km sur 2,4 km. Construite primitivement sur la rive orientale de l’Euphrate [23], elle est reliée à ses quartiers populaires sur la rive occidentale par un pont.

L’organisation intérieure [24] repose essentiellement sur un plan quadrillé, ce qui suppose un plan d’urbanisme. Certaines rues sont assez larges pour permettre le passage de chars et de chariots. Une grande artère nord-sud, la voie processionnelle, au sol recouvert de dalles cuites jointoyées au bitume, passe par la porte d’Ishtar pour desservir le palais et les principaux sanctuaires.

Le palais s’étend au nord entre la voie processionnelle et un énorme bastion aux murs larges de 25 m. Les jardins suspendus dont la construction est attribuée à Nabuchodonosor, qui n’ont pas été retrouvés au cours des fouilles, ont pu être situés à cet endroit s’ils ont effectivement existé.

La structure administrative de l’empire babylonien est en grande partie calquée sur celle de l’empire assyrien qu’il supplante, les charges de la cour étant souvent identiques entre l’un et l’autre. Nabuchodonosor s’appuie sur un groupe d’aristocrates, les « Grands du pays d’Akkad », disposant des plus hautes charges administratives et militaires, comme Neriglissar, général et gouverneur qui épouse sa fille Kashaya, et qui monte sur le trône peu après sa mort fort de ce lien matrimonial. L’armée de Nabuchodonosor reste mal connue, et ne semble pas beaucoup différer de celle de l’Assyrie.

Les grands temples jouent un rôle économique et administratif important en Babylonie. Celui d’Uruk [25] a fourni une ample documentation écrite. Son administration hiérarchisée se retrouvait, semble-t-il, dans les autres sanctuaires, à Babylone ou à Borsippa [26]. Le roi y a ses représentants dont l’action paraît être devenue plus stricte avec l’arrivée de Nabonide au pouvoir.

Ces organismes semblent avoir été favorisés par les premiers souverains ; ils forment en effet une structure administrative préexistante qui contrôle la production économique, donc les revenus, du territoire qui en dépendent et allègent la charge administrative qui relève directement du palais.

L’essentiel de la vie économique est fondé sur l’agriculture. Les terres sont affectées selon leurs qualités et les possibilités d’irrigation à l’élevage, aux palmeraies et aux céréales. Elles sont concédées contre redevance à ceux qui les exploitent. Certains exploitants sont propriétaires, mais ils restent soumis au temple pour leurs redevances.

Une activité d’affaires fondée sur le commerce de l’argent et des biens matériels se développe dans les villes. Elle connaît une certaine expansion avec l’apparition de la monnaie qui commence à circuler.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de F. Joannès, « Nabuchodonosor II », dans F. Joannès (dir.), Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, Paris, 2001/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 907

Notes

[1] dont la porte d’Ishtar et Etemenanki, la Tour de Babel

[2] Les jardins suspendus de Babylone sont un édifice antique, considéré comme une des 7 Merveilles du monde antique. Ils apparaissent dans les écrits de plusieurs auteurs grecs et romains antiques (Diodore de Sicile, Strabon, Philon d’Alexandrie, etc.), qui s’inspirent tous de sources plus anciennes disparues, dont le prêtre babylonien Bérose. C’est à ce dernier que l’on doit l’histoire de la construction de ces jardins par Nabuchodonosor II afin de rappeler à son épouse, Amytis de Médie, les montagnes boisées de son pays natal.

[3] selon Stephanie Dalley, Oxford, spécialisée dans l’assyriologie, ils auraient en fait été construits à Ninive par son souverain Sennacherib, un siècle avant Nabuchodonosor

[4] Le Temple de Salomon (hébreu : מקדש שלמה mikdash Shlomo), également connu comme le premier temple de Jérusalem est selon la Bible hébraïque (I Rois 6-8 & II Chroniques 3-5), un lieu de culte édifié par le roi Salomon sur le mont Moria et détruit lors du siège de Jérusalem par l’armée babylonienne de Nabuchodonosor II.

[5] L’Assyrie est une ancienne région du Nord de la Mésopotamie, qui tire son nom de la ville d’Assur, qui est aussi celui de sa divinité tutélaire, le dieu Assur. À partir de cette région s’est formé au 2ème millénaire av. jc un royaume puissant qui est devenu par la suite un empire. Aux 8ème et 7ème siècles av. jc, l’Assyrie contrôle des territoires s’étendant sur la totalité ou sur une partie de plusieurs pays actuels tels l’Irak, la Syrie, le Liban, la Turquie ou encore l’Iran.

[6] Le royaume de Babylone s’est épanoui en Mésopotamie du sud du début du 2ème millénaire avant jc jusqu’en 539 av. jc, date de la prise de sa capitale par le roi Cyrus II de Perse. Cet État s’affirme à partir de la cité de Babylone dans le courant du 18ème siècle av. jc, sous l’impulsion du plus grand roi de sa première dynastie, Hammurabi. Après son pillage par les Hittites en 1595 av jc, Babylone passe sous l’autorité d’une dynastie d’origine kassite qui stabilise ce royaume pendant plus de quatre siècles. Cette période marque le début de la rivalité avec le royaume voisin situé au nord, l’Assyrie, qui marque les siècles suivants. Après plusieurs siècles d’instabilité entre 1100 et 800 av. jc, la Babylonie passe sous la coupe de l’Assyrie pendant plus un siècle (728-626 av. jc), avant d’initier une réaction qui aboutit à la destruction de l’Assyrie et à la formation de l’empire néo-babylonien (626-539 av. jc) par Nabopolassar et Nabuchodonosor II. Cette dernière phase de l’histoire du royaume de Babylone est brève, s’achevant en 539 av. jc par sa conquête par le roi perse Cyrus II. Dès lors, Babylone n’est plus dominée par une dynastie d’origine autochtone : aux Perses Achéménides (539-331 av. jc) succèdent les Grecs Séleucides (311-141 av. jc), puis les Parthes Arsacides (141 av. jc-224 ap. jc). La Babylonie conserve néanmoins sa prospérité jusqu’aux débuts de notre ère, tandis que sa culture millénaire s’éteint lentement.

[7] Les Mèdes sont un peuple de l’Iran ancien, voisin des Perses, avec lesquels ils ont souvent été confondus dans les témoignages antiques. Durant le 1er millénaire av. jc, ils occupaient un territoire recouvrant le Nord-Ouest de l’actuel Iran, dans le Zagros occidental, autour de leur capitale Ecbatane (Hamadan de nos jours).

[8] La Syrie fut occupée successivement par les Cananéens, les Phéniciens, les Hébreux, les Araméens, les Assyriens, les Babyloniens, les Perses, les Grecs, les Arméniens, les Romains, les Nabatéens, les Byzantins, les Arabes, et partiellement par les Croisés, par les Turcs Ottomans et enfin par les Français à qui la SDN confia un protectorat provisoire pour mettre en place, ainsi qu’au Liban, les conditions d’une future indépendance politique.

[9] La Bataille de Karkemish a lieu à Karkemish en 605 av. jc entre les armées égyptiennes et babyloniennes. Quand Ninive, la capitale assyrienne, est prise par les Mèdes et les Babyloniens en 612 av. jc, ceux-ci déplacent leur capitale vers Harran. Cette dernière est capturée par les Mèdes et les Babyloniens en 610 av. jc. L’Égypte, alors alliée des Assyriens, se porte à leur secours en 609 av. jc date à laquelle Assur-uballit II, dernier roi assyrien, perd la vie en tentant vainement de reconquérir Harran.

[10] Le royaume de Juda est un royaume du Proche-Orient ancien. Selon la tradition, il a existé à partir de 931 av.jc concomitamment avec le royaume d’Israël, et en rivalité avec lui. Sa disparition intervient en 587 av.jc lors d’une campagne menée par Nabuchodonosor II contre Jérusalem.

[11] Ashkelon ou Ascalon est une ville balnéaire d’Israël sur la côte méditerranéenne dans le district sud, au nord de la Bande de Gaza. Elle est située à 54 km au sud de Tel-Aviv.

[12] Le territoire de la Phénicie correspond au Liban actuel auquel il faudrait ajouter certaines portions de la Syrie et de la Palestine. Les Phéniciens étaient un peuple antique d’habiles navigateurs et commerçants. Partis de leurs cités États en Phénicie, ils fondèrent dès 3000 av jc de nombreux comptoirs en bordure de la Méditerranée orientale, notamment Carthage en 814. Rivaux des Mycéniens pour la navigation en Méditerranée au 2ème millénaire av jc, ils furent d’après ce qu’on en sait les meilleurs navigateurs de l’Antiquité. L’invasion des Peuples de la Mer va ravager les cités phéniciennes, de même que Mycènes et les autres territoires qu’ils traversent, mais c’est ce qui va permettre aux Phéniciens de trouver leur indépendance vis-à-vis des puissances voisines qui les avaient assujettis puisque celles-ci seront elles aussi détruites par ces invasions. La chute de Mycènes en particulier va leur permettre de dominer les mers. Après avoir supporté les assauts des Athéniens, des Assyriens, de Nabuchodonosor puis de Darius III, la Phénicie disparut finalement avec la conquête par Alexandre le Grand en 332 av jc.

[13] L’Arabie est bordée par les golfes de Suez et d’Aqaba et la mer Rouge à l’ouest, par le golfe d’Aden au sud-ouest, par l’océan Indien au sud, par la mer d’Arabie au sud-est et par le golfe d’Oman et le golfe Persique à l’est. Sa limite nord est plus subjective mais peut être définie géographiquement par la faille du Levant au nord-ouest et la plaine de Mésopotamie (notamment l’Euphrate) au nord-est. La péninsule arabique est traversée par le tropique du Cancer. Cette péninsule de près de deux millions et demi de kilomètres carrés est dominée par un immense désert baptisé Rub al-Khali. Un massif de granite et de laves de plus de 3 000 mètres se dresse dans l’extrême Sud. Dès l’Antiquité, le nom d’Arabie Heureuse a été donnée à cette région compte tenu de son climat non désertique. Le reste de la péninsule subit une sécheresse quasi totale. Pendant deux mois d’hiver, le froid est très vif. Le reste de l’année subit une chaleur torride.

[14] L’ancienne ville de Riblah, aujourd’hui un tell recouvert d’un cimetière non loin de la ville de Ribleh du côté syrien de la frontière avec le Liban, était à l’époque biblique situé à la frontière nord du pays de Canaan. Le site est situé sur la rive orientale de l’Oronte, dans une plaine large et fertile, à 35 miles au nord-est de Baal beket à 10 ou 12 miles au sud du lac artificiel de Homs créé par les Romains.

[15] Gaza, parfois appelée en anglais Gaza City pour la distinguer de la bande de Gaza qui désigne la région dans son ensemble, est la ville qui donne son nom à ce territoire longiligne appelé « bande de Gaza ».

[16] Tyr se situe dans la Phénicie méridionale, à un peu plus de 70 km au sud de Beyrouth et à 35 km au sud de Sidon, presque à mi-chemin entre Sidon au nord et Acre au sud, et à quelques kilomètres au sud du Litani.

[17] Sidon ou Saïda en arabe est une ville du Liban. Elle fut dans l’antiquité la capitale incontestée de la Phénicie. La ville était construite sur un promontoire s’avançant dans la mer. Ce fut le plus grand port de la Phénicie sous son roi Zimrida, au 18ème siècle.

[18] La Lydie est un ancien pays d’Asie Mineure, situé sur la mer Égée et dont la capitale était Sardes. Elle était connue par Homère sous le nom de Méonie. La Lydie est évoquée dans les légendes d’Héraclès et Omphale, ou de Tantale et Pélops. La Lydie était une région occidentale de l’Asie Mineure, bordée au nord par la Mysie, au sud par la Carie et à l’est par la Phrygie. Comprenant les vallées de l’Hermos et du Méandre, la Lydie était située sur le parcours des grandes routes commerciales, et disposait de nombreuses ressources minières propres.

[19] La Cilicie est une région historique d’Anatolie méridionale et une ancienne province romaine située aujourd’hui en Turquie. Elle était bordée au nord par la Cappadoce et la Lycaonie, à l’ouest par la Pisidie et la Pamphylie, au sud par la mer Méditerranée et au sud-est par la Syrie. Elle correspond approximativement aujourd’hui à la province turque d’Adana, une région comprise entre les monts Taurus, les monts Amanos et la Méditerranée.

[20] La Judée est le nom historique et biblique d’une région montagneuse qui correspond aujourd’hui à une partie de la Cisjordanie et du sud d’Israël. Son nom vient de la tribu de Juda dont elle constituait le territoire. Dans l’Antiquité, c’était une région plutôt reculée au relief escarpé. La Judée a été le centre de plusieurs royaumes et provinces antiques : le royaume de Juda à l’âge du fer, la province perse de Yehoud Medinata, les dynasties des hasmonéens et des hérodiens puis la province romaine de Iudaea.

[21] L’Empire achéménide est le premier des Empires perses à régner sur une grande partie du Moyen-Orient. Il s’étend alors au nord et à l’ouest en Asie Mineure, en Thrace et sur la plupart des régions côtières du Pont Euxin ; à l’est jusqu’en Afghanistan et sur une partie du Pakistan actuels, et au sud et au sud-ouest sur l’actuel Irak, sur la Syrie, l’Égypte, le nord de l’Arabie saoudite, la Jordanie, Israël et la Palestine, le Liban et jusqu’au nord de la Libye.

[22] sanctuaire de Marduk, ziggourat, un grand nombre de temples de la ville, reconstruction de l’enceinte avec deux murs parallèles, porte d’Ishtar, etc.

[23] L’Euphrate est un fleuve d’Asie de 2 780 km de long. Il forme avec le Tigre dans sa partie basse la Mésopotamie. Son débit est particulièrement irrégulier puisque plus de la moitié de son flux s’écoule de mars à mai et que le débit peut tomber à 300 m3/s contre un débit moyen de 830 m3/s à l’entrée en Syrie. En période de crue, il peut atteindre 5 200 m3/s pouvant provoquer de graves inondations. Les deux branches mères de l’Euphrate naissent sur le haut-plateau anatolien : celle de l’ouest, ou Karasu, naît près d’Erzurum, dont elle traverse la plaine ; celle de l’est, le Murat, se forme au Nord du lac de Van, sur les flancs d’un contrefort occidental de l’Ararat. Il traverse ensuite la zone de piémont, zone aride partagée entre la Syrie et l’Irak. Arrivé aux environs de Ramadi en Irak, il entre dans la plaine fertile de Mésopotamie, passant par Fallujah à proximité de Bagdad, et puis à environ 1 km à l’ouest des ruines de Babylone. Il rejoint le Tigre dans le sud-est du pays à Qurna à environ 100 km au nord-ouest de Bassorah pour former le Chatt-el-Arab et se jeter dans le golfe Persique.

[24] fouilles du quartier du Merkès

[25] Uruk ou Ourouk est une ville de l’ancienne Mésopotamie, dans le sud de l’Irak. Le site est aujourd’hui appelé Warka, terme dérivé de son nom antique, qui vient de l’akkadien, lui-même issu du nom sumérien ou pré-sumérien Unug, et qui a aussi donné l’hébreu Erekh dans la Bible. Le site d’Uruk fut occupé à partir de la période d’Obeïd (v. 5000 av. J.-C.), et ce jusqu’au 3ème siècle de notre ère. Cette ville joua un rôle très important sur les plans religieux et politiques pendant quatre millénaires. Uruk est l’une des agglomérations majeures de la civilisation mésopotamienne. Elle passe pour être la plus ancienne agglomération à avoir atteint le stade urbain dans la seconde moitié du 4ème millénaire av. jc, pendant la période à laquelle elle a donné son nom (période d’Uruk), et c’est vraisemblablement là que l’écriture a été mise au point au même moment.

[26] Borsippa, ou Barzipa, est une ville antique de Mésopotamie. Elle correspond au site actuel de Birs Nimrud, à environ 20 km au sud-ouest de Babylone. C’est la cité du dieu du savoir et de la sagesse, Nabu, et de sa parèdre, Tashmêtum. Borsippa existait peut-être dès l’époque d’Ur III. Elle prend de l’importance à la période paléo-babylonienne (première moitié du 2ème millénaire), où elle est un centre important du royaume de Babylone, auquel elle appartient dès lors. On sait qu’Hammurabi y restaure l’Ezida, le temple principal de la ville. Borsippa est cependant mieux connue tant historiquement qu’archéologiquement pour le 1er millénaire av. jc. Si elle subit les aléas politiques du temps (exactions des Araméens et des Chaldéens, invasions assyriennes, révoltes), elle prend néanmoins de l’importance grâce à sa divinité tutélaire, Nabû, qui est l’un des dieux les plus vénérés de la période, en particulier par les rois assyriens et babyloniens. C’est donc une ville sainte important lieu de pèlerinage.