Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Maslama ben Abd al-Malik

Maslama ben Abd al-Malik

dimanche 17 novembre 2019

Maslama ben Abd al-Malik (vers 685-738)

Commandant des armées arabes sous la dynastie Omeyyade

Né à Damas [1], fils du calife omeyyade [2] Abd al-Malik. On le décrit comme un homme très pieux. Il mena le jihad [3] contre l’Empire byzantin [4]. Cependant, parce que sa mère, Um-Walad, était une esclave, il ne fut pas désigné comme successeur du calife alors que quatre de ses demi-frères le furent.

Il est surtout connu pour ses combats contre l’Empire byzantin et pour avoir mené, pendant 2 ans, le 2ème siège de Constantinople [5].

Maslama vainc les byzantins à Tyana [6] en 707 et met la ville à sac.

Il prend la forteresse d’Amorium [7] en 708, donnant ainsi l’accès à l’Anatolie [8] centrale aux Arabes.

Il fait des incursions en Isaurie [9] en 709.

Il termine la conquête de Mélitène [10], met à sac Amasya [11] et Mistia [12] et passe l’hiver 711/712 à Mistia.

Il prend possession d’Antioche de Pisidie [13]) en 712, la ville détruite ne s’en étant jamais relevée. Il poursuit vers la Galatie [14] l’empereur Anastase II ; ce dernier essaie de traiter avec le calife Al-Walid, qui refuse. Les arabes préparent alors une flotte pour s’attaquer directement à Constantinople. Anastase se prépare à résister, il accumule des vivres pour 3 ans de siège, et relève les défenses de la ville.

En 717 Maslama transfère une partie de son armée sur la rive européenne du Bosphore [15], il attaque Constantinople à la fois sur mer et sur terre. La flotte arabe ne parvient pas à faire le blocus de la ville à cause de la flotte byzantine. Maslama demande un renforcement de la flotte arabe.

En 718 deux flottes arabes le renforcent, 400 navires venant d’Égypte et 300 venant de Tunisie. Une partie de la flotte venant d’Égypte ayant des équipages chrétiens détruit les vivres et déserte. Des troupes viennent en renfort depuis l’Anatolie. Elles sont prises en embuscade à Nicomédie [16] tandis que ses lieutenants sont battus par les Bulgares, alliés des Byzantins, à la bataille d’Andrinople [17]. Les troupes arabes affamées finissent par se replier en Anatolie. La flotte est en partie détruite par une tempête dans la mer de Marmara [18]. Maslama est démis de ses fonctions.

En 720 Maslama est nommé gouverneur de Bassora [19], de Koufa [20] et du Khorasan [21]. Il tue son prédécesseur, Yazîd ben al-Muhallab qui avait été nommé par Umar II et désigné comme rebelle par le calife Yazîd II.

À la suite de la défaite de Al-Jarrah al-Hakami contre les Khazars [22] à la bataille de Marj Ardabil [23], ou Bataille d’Ardabil, qui eut lieu dans les plaines aux alentours d’Ardabil, et de la mort au combat d’Al-Jarrah al-Hakami, le calife Hichâm ben Abd al-Malik nomma un nouveau gouverneur de l’Arménie, Sa`îd ben Amr al-Harachî. Celui-ci mena quelques campagnes amenant surtout du butin.

Le calife releva Al-Harachî de ses fonctions et nomma Maslama à sa place en 731.

Il reprend le terrain occupé par les Khazars. Tombé en disgrâce il est remplacé dans ses fonctions de gouverneur de l’Arménie par Marwan ben Muhammad et rentre à Damas en 732.

Il meurt à Damas en 738.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Maslama ben Abd al-Malik/ Portail de l’islam/ Catégories : Omeyyades/Chef de guerre musulman

Notes

[1] Damas est l’une des plus anciennes villes continuellement habitées. Elle est aussi la ville la plus peuplée de la grande Syrie (Assyrie) (des traces archéologiques remontent au 4ème millénaire av. jc). Elle est citée dans la Bible, dans le livre de la Genèse, et plusieurs fois dans les Livres des Rois et des Prophètes. Damas connut l’influence de nombreuses civilisations dont celles des Assyriens, Perses, Grecs, Séleucides, Romains, Arabes et Turcs. De la fin du 12ème siècle av. jc à 734 av. jc, elle est la capitale du royaume d’Aram-Damas. Elle fut l’un des berceaux du christianisme et vit saint Paul prononcer ses premières prédications, notamment dans la maison d’Ananie, où celui-ci a ouvert une église domestique dès l’année 37. Cette dernière est la plus vieille de Syrie (aujourd’hui dans le quartier chrétien de Bab Touma). En 635, Damas se soumit aux musulmans et devint la capitale de la dynastie des Omeyyades de 661 à 750. Avec l’adoption de la langue arabe, elle devint le centre culturel et administratif de l’empire musulman durant près d’un siècle. Par la suite, elle demeura un foyer culturel majeur et un pôle économique de premier plan profitant de sa situation géographique privilégiée, à la croisée des chemins de La Mecque, l’Afrique, l’Anatolie, la mer Méditerranée et l’Asie (route de la soie en direction de la Chine et du commerce des épices avec l’Inde).

[2] Les Omeyyades, ou Umayyades sont une dynastie arabe de califes qui gouvernent le monde musulman de 661 à 750. Ils tiennent leur nom de leur ancêtre Umayya ibn Abd Shams, grand-oncle de Mahomet. Ils sont originaires de la tribu de Quraych, qui domine La Mecque au temps de Mahomet. À la suite de la guerre civile ayant opposé principalement Muʿāwiyah ibn ʾAbī Sufyān, gouverneur de Syrie, au calife ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib, et après l’assassinat de ce dernier, Muʿāwiyah fonde le Califat omeyyade en prenant Damas comme capitale, faisant de la Syrie la base d’un Califat qui fait suite au Califat bien guidé et qui devient, au fil des conquêtes, le plus grand État musulman de l’Histoire.

[3] Le djihad, est un devoir religieux au sein de l’islam et du babisme. En arabe, ce terme signifie « abnégation », « effort », « lutte » ou « résistance », souvent traduit à tort par « guerre sainte ». Le mot jihâd est employé à plusieurs reprises dans le Coran, souvent dans l’expression idiomatique « al-ǧihād bi amwalikum wa anfusikum » qui peut se traduire par « lutter avec vos biens et vos âmes ». Ainsi, le djihad peut aussi être défini par l’expression « faites un effort dans le chemin de Dieu ». Le concept de djihad a varié au cours du temps et, parfois, ses interprétations successives ont été en concurrence. Le djihad est parfois considéré comme le sixième pilier de l’islam par une minorité au sein du sunnisme bien qu’il n’en ait pas le statut officiel. Dans le chiisme duodécimain, il est considéré comme l’une des dix pratiques religieuses du culte.

[4] L’Empire byzantin ou Empire romain d’Orient désigne l’État apparu vers le 4ème siècle dans la partie orientale de l’Empire romain, au moment où celui-ci se divise progressivement en deux. L’Empire byzantin se caractérise par sa longévité. Il puise ses origines dans la fondation même de Rome, et la datation de ses débuts change selon les critères choisis par chaque historien. La fondation de Constantinople, sa capitale, par Constantin 1er en 330, autant que la division d’un Empire romain de plus en plus difficile à gouverner et qui devient définitive en 395, sont parfois citées. Quoi qu’il en soit, plus dynamique qu’un monde romain occidental brisé par les invasions barbares, l’Empire d’Orient s’affirme progressivement comme une construction politique originale. Indubitablement romain, cet Empire est aussi chrétien et de langue principalement grecque. À la frontière entre l’Orient et l’Occident, mêlant des éléments provenant directement de l’Antiquité avec des aspects innovants dans un Moyen Âge parfois décrit comme grec, il devient le siège d’une culture originale qui déborde bien au-delà de ses frontières, lesquelles sont constamment assaillies par des peuples nouveaux. Tenant d’un universalisme romain, il parvient à s’étendre sous Justinien (empereur de 527 à 565), retrouvant une partie des antiques frontières impériales, avant de connaître une profonde rétractation. C’est à partir du 7ème siècle que de profonds bouleversements frappent l’Empire byzantin. Contraint de s’adapter à un monde nouveau dans lequel son autorité universelle est contestée, il rénove ses structures et parvient, au terme d’une crise iconoclaste, à connaître une nouvelle vague d’expansion qui atteint son apogée sous Basile II (qui règne de 976 à 1025). Les guerres civiles autant que l’apparition de nouvelles menaces forcent l’Empire à se transformer à nouveau sous l’impulsion des Comnènes avant d’être disloqué par la quatrième croisade lorsque les croisés s’emparent de Constantinople en 1204. S’il renaît en 1261, c’est sous une forme affaiblie qui ne peut résister aux envahisseurs ottomans et à la concurrence économique des républiques italiennes (Gênes et Venise). La chute de Constantinople en 1453 marque sa fin.

[5] Le second siège arabe de Constantinople en 717-718 est un siège terrestre et maritime de Constantinople, la capitale de l’Empire byzantin, par les Arabes du Califat omeyyade. La campagne est le point culminant de 30 ans d’attaques et d’empiètement par les Arabes sur les régions frontalières de l’Empire byzantin alors en plein désordre interne. Les Arabes dirigés par Maslama ben Abd al-Malik envahissent l’Asie Mineure byzantine en 716. Ils espèrent initialement exploiter la guerre civile en cours entre le général Léon l’Isaurien et Théodose III mais Léon parvient à mettre la main sur le trône avant le début du siège.

[6] actuellement Kemerhisar dans la province de Niğde en Turquie

[7] à 12 km d’Emirdağ

[8] L’Anatolie ou Asie Mineure est la péninsule située à l’extrémité occidentale de l’Asie. Dans le sens géographique strict, elle regroupe les terres situées à l’ouest d’une ligne Çoruh-Oronte, entre la Méditerranée, la mer de Marmara et la mer Noire, mais aujourd’hui elle désigne couramment toute la partie asiatique de la Turquie

[9] L’Isaurie est une ancienne région d’Asie Mineure, située entre la Phrygie au nord, la Cilicie au sud, la Lycaonie à l’est et la Pisidie à l’ouest. Elle était située sur ce qui forme maintenant les monts Taurus en Turquie. Région rebelle à l’autorité grecque d’Alexandre le Grand, des Séleucides et du royaume de Pergame, l’Isaurie est conquise en 76 av jc par le Romain Publius Servilius Vatia Isauricus et fut définitivement incorporée à l’Empire romain en 279/280, sous Probus. Héritée par l’Empire byzantin, dont elle devient une région frontalière avec le monde musulman, elle est le berceau des empereurs byzantins Zénon et Léon III. Elle est conquise par les Turcs Seldjoukides au 11ème siècle et fait successivement partie des sultanats de Roum, de Karaman et de l’Empire ottoman.

[10] Malatya est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom. La population de Malatya est principalement turque, mais la ville accueille aussi une minorité arménienne et kurde. Il s’agit de l’ancien emplacement de Mélitène, fort et chef lieu de la province romaine de l’Arménie. Mélitène fut un grand centre du christianisme monophysite. Byzantine, la ville tombe aux mains des Arabes au 7ème siècle. Basile 1er l’isole mais ne réussit pas à la prendre. Reprise par les Byzantins en 934, la cité est ensuite intégrée aux possessions de Philaretos Brakhamios, serviteur arménien de l’empire qui prend son autonomie à la mort de Romain IV Diogène, en 1071. Après sa chute en 1085, Mélitène est défendue par son lieutenant Gabriel contre les Seldjoukides, qui assiègent la cité en 1097. L’arrivée des Croisés les oblige cependant à lever le siège et à quitter la région. Malgré l’alliance avec Baudouin du Bourg, comte d’Édesse, Mélitène est prise en 1103 par les Danichmendides. Militène fut le siège du patriarcat jacobite de 1094 à 1293.

[11] Amasya est la ville capitale de la province turque de même nom. Sous le nom d’Amasée ou Amasia elle était la capitale de la province de Diospontus ou Hélénopont créée par Dioclétien, rattachée au diocèse du Pont.

[12] près du lac de Beysehir

[13] Yalvaç

[14] La région historique de Cappadoce se trouve au centre de l’Anatolie, en Turquie. En 17, par suite de la disgrâce du roi Archélaos, la Cappadoce est intégrée par Tibère à l’Empire romain, dont elle devient une province impériale, à laquelle sont bientôt incorporées les régions du Pont et de l’Arménie Mineure. La Galatie est une région historique d’Anatolie (autour de l’actuelle Ankara). Géographiquement, elle est délimitée par le royaume du Pont et la Paphlagonie au nord, la Cappadoce à l’est, le royaume de Pergame au sud et la Bithynie à l’ouest. À la mort d’Amyntas, en 25 av. jc, Auguste transforme en province cette région stratégique pour les territoires romains en Asie mineure. Il s’agissait d’une province impériale proprétorienne car administrée par un légat d’Auguste propréteur. Sa métropole était Ancyre (actuelle Ankara).

[15] Le royaume du Bosphore est un royaume grec antique établi sur les rives du Bosphore cimmérien, nom antique de l’actuel détroit de Kertch, qui reliait le Pont-Euxin (l’actuelle mer Noire) au lac Méotide (l’actuelle mer d’Azov), et sur la Tauride. Il est fondé au 5ème siècle av. jc par les Archéanactides.

[16] Nicomédie est une ville d’Asie mineure, capitale du royaume de Bithynie. Elle est appelée Izmit aujourd’hui. Hannibal s’y donna la mort en 183 av. jc et l’historien Arrien y naquit vers 90.

[17] La bataille d’Andrinople (718) est une bataille des guerres arabo-byzantines où le khanat bulgare du Danube intervient comme allié des Byzantins. Les Arabes, au terme d’une série d’expéditions maritimes contre l’Empire byzantin, s’emparent d’Andrinople (l’actuelle Edirne). L’empereur Léon III l’Isaurien fait appel au khan bulgare Tervel, allié à qui il avait conféré le titre de César. Les Bulgares battent les Arabes et reprennent la ville. Selon le chroniqueur Théophane le Confesseur, les Arabes perdent 22 000 hommes dans cette bataille. Les Bulgares se portent ensuite au secours de Constantinople assiégée par les Arabes. Le 15 août 718, le général arabe Maslama ben Abd al-Malik ordonne à son armée d’abandonner le siège et de se rembarquer. Cet épisode met fin à l’expansion arabe en Méditerranée orientale

[18] La mer de Marmara, autrefois appelée la Propontide, est une mer située entre l’Europe orientale et l’Asie Mineure et qui relie la mer Noire à la Méditerranée (mer Égée). Elle s’étend sur une superficie de 11 500 km² et une profondeur maximale de 1 261 mètres. Elle est bordée au nord et au sud par la Turquie et est située sur une faille responsable de nombreux et dramatiques séismes. Elle communique au nord-est avec la mer Noire par le Bosphore et au sud-ouest avec la mer Égée par le détroit des Dardanelles.

[19] *

[20] Koufa ou Kûfa est une ville d’Irak, environ 170 km au sud de Bagdad, et à 10 km au Nord-est de Nadjaf. Elle est située sur les rives du fleuve Euphrate. C’est la deuxième ville de la province de Nadjaf. Avec Kerbala, et Nadjaf, Koufa est une des trois villes irakiennes de grande importance pour les musulmans chiites. Sur une décision du calife `Omar, Koufa a été construite pour être un pôle d’immigration arabe dans le sud de la Mésopotamie, et de devenir la capitale. Les Arabes recherchaient un endroit où ils ne souffriraient pas de maladies. À l’emplacement de Koufa, il y avait une ville Sassanide qui faisait partie d’une province perse. Les quartiers arabes de la ville ont été construits en 638, à peu près au même moment qu’à Bassora, quand les armées arabes combattaient les Sassanides. La ville fut construite en briques cuites. On commença par construire la mosquée au centre de la ville à 1,5 km de l’Euphrate. On creusa un réservoir d’eau prévu pour 20 000 habitants. La population de Koufa était formée d’immigrants arabes venant soit de la région de La Mecque, soit du sud de l’Arabie, Yémen et Hadramaout, certains d’entre eux étaient chrétiens ou juifs. En 655, les habitants de Koufa soutiennent `Alî contre le calife `Uthman.

[21] Le Khorassan est une région située dans le nord-est de l’Iran. Il a été donné à la partie orientale de l’empire sassanide. Le Khorassan est également considéré comme le nom médiéval de l’Afghanistan par les Afghans. En effet, le territoire appelé ainsi englobait en réalité l’Afghanistan actuel, le sud du Turkménistan, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan, ainsi que le nord-est de l’Iran.

[22] Les Khazars étaient un peuple semi-nomade turc d’Asie centrale ; leur existence est attestée entre le 6ème et le 13ème siècle. Au 7ème siècle les Khazars s’établirent en Ciscaucasie aux abords de la mer Caspienne où ils fondèrent leur Khaganat ; une partie d’entre eux se convertirent alors au judaïsme qui devint religion d’État. À leur apogée, les Khazars, ainsi que leurs vassaux, contrôlaient un vaste territoire qui pourrait correspondre à ce que sont aujourd’hui le sud de la Russie, le Kazakhstan occidental, l’Ukraine orientale, la Crimée, l’est des Carpates, ainsi que plusieurs autres régions de Transcaucasie telles l’Azerbaïdjan et la Géorgie. Les Khazars remportèrent plusieurs séries de succès militaires sur les Sassanides. Ils luttèrent aussi victorieusement contre le Califat, établi en deçà de la Ciscaucasie, empêchant ainsi toute invasion arabo-islamique du sud de la Russie. Ils s’allièrent à l’Empire byzantin contre les Sassanides et la Rus’ de Kiev. Lorsque le Khaganat devint une des principales puissances régionales, les Byzantins rompirent leur alliance et se rallièrent aux Rus’ et Petchenègues contre les Khazars. Vers la fin du 10ème siècle, l’Empire Khazar s’éteignit progressivement et devint l’un des sujets de la Rus’ de Kiev. S’ensuivirent des déplacements de populations rythmées par les invasions successives des Rus’, des Coumans et probablement de la Horde d’Or mongole. Les Khazars disparurent alors de l’histoire n’étant plus mentionnés dans aucun récit historique.

[23] Ardebil, également Ardabil, anciennement Artavil, est une ville historique de nord-ouest de l’Iran et la capitale de la province d’Ardabil. La ville est réputée pour sa tradition de fabrication de soie et de tapis. C’est ici que se trouve la tombe de Sheikh Safî ad-Dîn, qui donna son nom à la dynastie Safavide.