Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Abu Al-Walîd Abd al-Malik ibn Marwan dit Abd al-Malik

Abu Al-Walîd Abd al-Malik ibn Marwan dit Abd al-Malik

dimanche 12 juillet 2015 (Date de rédaction antérieure : 14 septembre 2011).

Abu Al-Walîd Abd al-Malik ibn Marwan dit Abd al-Malik (647-705)

Cinquième calife omeyyade

Il succéda à son père en 685. Il régna à Damas de 685 à 705, étendit ses conquêtes dans l’Afrique, l’Arabie et l’Inde et reprit la Mecque qui s’était déclarée indépendante.

Il fit le premier frapper de la monnaie arabe puisqu’en 696, il créa le système monétaire omeyyade basé sur un dinar d’or.

Bassora [1] et sa région connaissaient des troubles suscités par les kharidjites [2] eux-mêmes en proie à des divisions internes. Koufa [3] et le reste de l’Irak connaissaient aussi une situation anarchique. Le kharidjite Al-Mukhtar ben Abi Ubayd avait pris la tête de l’insurrection. Marwân avait envoyé une armée sous le commandement de Ubayd Allah ben Ziyâd pour combattre Al-Mukhtar. Il renouvela les ordres donnés par son père, mais l’armée resta un an bloquée en apprenant qu’Al-Mukhtar ben Abi Ubayd avait réussi à prendre le pouvoir dans tout l’Irak.

En 688, il part vers l’Irak laissant à Amr ben Saïd le gouvernement de Damas. Amr avait reçu de Marwân la promesse qu’il serait son successeur. Mais Marwân en nommant Abd al-Malik avait violé cette promesse. Amr profita du départ d’Abd al-Malik et se fit proclamer calife. Mais celui-ci revint sur ses pas et fit le siège de Damas, Amr dut traiter car les troupes se rangeaient du côté d’Abd al-Malik. Amr fut décapité peu après.

En 689, l’empereur byzantin Justinien II attaqua la Syrie. Il fit des propositions de paix acceptant de payer à l’empereur 5000 dinars d’or chaque mois.

En 690, il avait suffisamment assuré son pouvoir à Damas en ayant fait mourir tous ceux qui lui étaient hostiles, pour entreprendre la reconquête de l’Irak. Il prit Koufa puis Bassora et une partie du Fars [4] avant de revenir à Damas. Cependant le Hedjaz [5], l’Égypte et le Yémen restaient au pouvoir d’Abd Allah ben Zubayr.

Il prit le Khorasan [6] et nomma Al-Hajjaj ben Yusef à la tête d’une armée pour affronter Abd Allah ben Zubayr. La Mecque fut assiégée pendant 8 mois. Au cours de ce siège, la Kaaba [7] fut endommagée par les jets de pierres envoyés par les balistes de l’armée Syrienne. Abd Allah ben Zubayr fut pris et décapité.

Il nomma Al-Hajjaj gouverneur de l’Irak en 697, et lui laissa toute liberté dans ses territoires. Cela lui permit d’agir en Ifriqiya [8]. La reine Dihya dite la Kahina fut vaincue en 702 près d’un puits nommé désormais Bîr al-Kahina près de Tabarka [9].

Abd al-Malik réussi à augmenter la taille de l’empire. Le contrôle de l’Afrique du nord fut confirmé et la construction de la ville de Tunis commença. Les dernières années de son règne furent plutôt paisibles.

Parmi ses réformes, il y a l’arabisation du gouvernement dans tout l’empire et l’organisation d’un système postal. Il fit une réforme monétaire faisant disparaître les monnaies anciennes grecques et sassanide et romaines. Il fit réparer la Kaaba et initia la coutume de couvrir la Kaaba d’un drap de soie tissé à Damas. Il fit aussi construire le Dôme du Rocher à Jérusalem en 692.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Th. Bianquis, P. Guichard et M. Tillier (éd.), Les débuts du monde musulman (VIIe-Xe siècle). De Muhammad aux dynasties autonomes, Presses Universitaires de France, Paris, 2012/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 11

Notes

[1] Bassora est la seconde ville d’Irak, après Bagdad, la capitale. C’est la capitale de la province d’Al-Basra. Principal port du pays, la ville est située sur le Chatt-el-Arab, estuaire commun des fleuves Tigre et Euphrate, à 55 km en amont du golfe Persique et à 550 km de Bagdad.

[2] Le kharidjisme ou kharijisme est une secte de l’islam apparue lors de la première fitna et le conflit entre Ali et Mu’awiya. Selon al-Shahrastani, un khariji est toute personne qui se révolte contre le dirigeant autour duquel sont réunis les musulmans. Les khawarij sont ainsi considérés comme des dissidents. Le kharijisme est l’une des toutes premières factions apparues en Islam. Les kharijites se divisèrent, par la suite, en une multitudes de groupes (près d’une vingtaine). Sept d’entre eux ont été principalement recensés : les mouhakkimites, les azraqites, les najadites, les thaalabites, les ajradites, les ibadites et les sufrites. Tous partagent des fondements communs comme l’excommunication (takfir) des musulmans commettant des grands péchés, l’obligation de se révolter contre le dirigeant injuste ou débauché, ou encore l’excommunication de certains compagnons de Mahomet.

[3] Koufa ou Kûfa est une ville d’Irak, environ 170 km au sud de Bagdad, et à 10 km au Nord-est de Nadjaf. Elle est située sur les rives du fleuve Euphrate.

[4] Le Fars ou Pars est une des trente provinces d’Iran, au sud-ouest du pays. Sa capitale est Chiraz. Le Fars a une superficie de 122 416 km².

[5] Le Hedjaz est la région ouest de l’actuelle Arabie saoudite, comprenant notamment les provinces de Tabuk, Médine, La Mecque et Al Bahah ; sa principale ville est Djeddah, mais les cités les plus connues sont les villes saintes de La Mecque et Médine.

[6] Le Khorassan est une région située dans le nord-est de l’Iran. Le nom vient du persan et signifie « d’où vient le soleil ». Il a été donné à la partie orientale de l’empire sassanide. Le Khorassan est également considéré comme le nom médiéval de l’Afghanistan par les Afghans. En effet, le territoire appelé ainsi englobait en réalité l’Afghanistan actuel, le sud du Turkménistan, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan, ainsi que le nord-est de l’Iran.

[7] La Kaaba, Ka’ba ou Ka’aba est une grande construction cuboïde au sein de la masjid al-Haram (« La Mosquée sacrée ») à La Mecque. C’est avant tout vers elle que les musulmans se tournent pour faire leurs prières quotidiennes. La symbolique de la Kaaba vide signifie qu’il ne peut y avoir d’objet d’adoration pour le croyant. Elle symbolise l’unité des musulmans qui adorent un Dieu unique, et représente le lieu vers lequel se dirige la prière. C’est autour de la Kaaba que les pèlerins effectuent les sept tours du tawaf, également appelé la circumambulation.

[8] L’Ifriqiya, également orthographié Ifriqiyya, est une partie du territoire d’Afrique du Nord pour la période du Moyen Âge occidental, qui correspond aux provinces d’Afrique romaine dans l’Antiquité tardive. Le territoire de l’Ifriqiya correspond aujourd’hui à la Tunisie, à l’est du Constantinois (est de l’Algérie) et à la Tripolitaine (ouest de la Libye). C’est sous ce nom que ce territoire est connu au moment de l’arrivée des Arabes musulmans et de la résistance qui leur est opposée par les populations berbères païennes, chrétiennes ou juives.

[9] Tabarka est une ville côtière du Nord-ouest de la Tunisie située à 175 kilomètres de Tunis et à quelques kilomètres de la frontière algéro-tunisienne. Son nom est étymologiquement d’origine berbère et signifierait « pays des bruyères ».