Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Olympiodore le Jeune ou Olympiodore d’Alexandrie le Jeune

Olympiodore le Jeune ou Olympiodore d’Alexandrie le Jeune

dimanche 1er septembre 2019, par ljallamion

Olympiodore le Jeune ou Olympiodore d’Alexandrie le Jeune (495/505-vers 565)

Philosophe alexandrin néoplatonicien-Astrologue

Olympiodore le Jeune- recteur, de l'école néoplatonicienne d'AlexandrieOlympiodore fut à Athènes disciple de Damascios le Diadoque avant 529, date à laquelle Justinien 1er ferma l’école néoplatonicienne d’Athènes [1]. Il fut le disciple à Alexandrie [2] d’Ammonios fils d’Hermias.

Il obtint une chaire en 541 à Alexandrie. Il admirait Proclos. Il eut pour disciples l’Arménien Davit Anhaght et Hélias, autres commentateurs. Il fut le dernier scolarque [3], recteur, de l’école néoplatonicienne d’Alexandrie [4].

Seule une partie de son œuvre est conservée sous forme de notes de cours de ses élèves. Cette œuvre comprend une biographie de Platon, des commentaires sur les dialogues de Platon, ainsi que sur des traités d’Aristote. On y trouve des informations sur les premiers néoplatoniciens Jamblique et Damascios.

Olympiodore le Jeune semble anti-chrétien, au point, par exemple, de justifier le suicide.

La seule innovation qu’apporte Olympiodore dans la tradition néoplatonicienne réside dans le mode d’exposition. Il est le premier à composer ses commentaires sur un modèle scolaire, les divisant en praxis [5]. Chaque praxis est elle-même constituée de deux parties : la théôria [6] et la lexis [7].

Il oppose chez les néoplatoniciens les contemplatifs aux théurgistes [8].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Olympiodore le Jeune/ Portail de la philosophie/ Portail de la Grèce antique/ Catégories : Philosophe de la Grèce antique

Notes

[1] L’École néoplatonicienne d’Athènes est un courant à l’intérieur du vaste mouvement du néoplatonisme, allant du milieu du 4ème au milieu du 6ème siècle qui réussit à « se greffer sur l’antique Académie de Platon », pourtant disparue sous Sylla en 86 av. jc.

[2] Alexandrie est une ville en Égypte. Elle fut fondée par Alexandre le Grand en -331 av. jc. Dans l’Antiquité, elle a été la capitale du pays, un grand centre de commerce (port d’Égypte) et un des plus grands foyers culturels hellénistiques de la mer Méditerranée centré sur la fameuse bibliothèque, qui fonda sa notoriété. La ville d’Alexandrie est située à l’ouest du delta du Nil, entre le lac Maréotis et l’île de Pharos. Cette dernière était rattachée à la création de la ville par l’Heptastade, sorte de digue servant aussi d’aqueduc, qui a permis non seulement l’extension de la ville mais aussi la création de deux ports maritimes.

[3] En Grèce antique, le scholarque est le directeur d’une école de philosophie, garant de la cohérence de la doctrine. C’est un recteur La tradition des écoles grecques veut que le premier scholarque soit désigné par le fondateur de l’école et que les suivants soient élus par le collège des élèves et des maîtres.

[4] L’école néoplatonicienne d’Alexandrie est un courant dans le mouvement du néoplatonisme, qui regroupe, à Alexandrie, divers néoplatoniciens depuis le début du 5ème siècle jusqu’au milieu du 7ème siècle, jusqu’à la conquête arabe en 640.

[5] cours

[6] interprétation globale du texte commenté

[7] explication mot à mot

[8] La théurgie est une forme de magie, qui permettrait à l’homme de communiquer avec les « bons esprits » et d’invoquer les puissances surnaturelles aux fins louables d’atteindre Dieu. Cette pratique s’oppose à la goétie.