Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Tzazo

lundi 29 juillet 2019, par ljallamion

Tzazo (mort en 533)

Extension du royaume vandale en 526Frère du roi Gelimer, le dernier roi vandale [1], ayant régné sur le royaume vandale. C’est le plus célèbre général vandale connu après Hoamer.

Il a à son actif plusieurs victoires sur des tribus berbères [2] pillardes, hostiles aux vandales. Tzazo n’a pas participé à la bataille de l’Ad Decimum [3], parce que La bataille de l’Ad Decimum oppose le 13 septembre 533 l’armée vandale de Gélimer et l’armée byzantine de Bélisaire. Cette bataille et les événements de l’année qui ont suivi (parfois appelés Seconde bataille de Carthage) marquent traditionnellement le commencement de la fin pour les Vandales et le début de la reconquête occidentale de l’empereur Justinien., sur l’instigation possible de l’empereur Justinien, avait déclaré l’indépendance de la Sardaigne du royaume vandale.

Le roi Gélimer ignorant l’approche de la flotte Byzantine des côtes d’Afrique envoya Tzazo reprendre possession de l’île et mettre à mort Goddas l’usurpateur. À l’issue d’une campagne rapide, la Sardaigne est reconquise par les Vandales.

Après sa défaite à Ad Decimum, Gélimer savait qu’il ne pouvait plus se mesurer aux forces de Bélisaire en rase campagne, aussi, il envoya des messagers à Tzazo pour ordonner son retour de Sardaigne avec le corps expéditionnaire comprenant 120 bateaux et 5 000 Vandales.

Après avoir débarqué non loin de Bougie [4]), Tzazo et son armée rejoignit Gélimer, par voie de terre en décembre de la même année. À ce moment Gélimer crut ses forces assez solides pour reprendre l’offensive.

Une fois leurs forces réunies, ils marchèrent immédiatement sur Carthage [5], prenant soin de démolir le grand aqueduc qui approvisionnait la capitale en eau potable. Bélisaire avait passé plusieurs semaines à remettre en état les murailles de la ville, offrant la possibilité de soutenir un siège, mais il commença à douter de la fidélité des Huns [6], ainsi que des troupes barbares, Hérules [7] notamment, qui étaient approchées par les agents de Gélimer. Il donna finalement l’ordre de marcher sur les vandales, laissant les Huns et les Hérules à l’écart de ses troupes.

La bataille de Tricaméron [8] est livrée le 15 décembre 533, à 20 kilomètres de Carthage, entre les armées vandales conduites par Gélimer et son frère Tzazo, et les byzantins commandés par Bélisaire. La cavalerie lourde romaine chargea immédiatement les lignes Vandales à deux reprises, à la troisième, Tzazo, est tué sous les regards de Gélimer, qui perdit espoir et ordonna la retraite vers les montagnes de Numidie [9].

Gélimer réalisa que tout espoir était perdu, se rendit à l’empereur en mars 534.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Tzazo/ Portail du Haut Moyen Âge/ Catégories : Vandales

Notes

[1] Les Vandales sont un peuple germanique oriental. Ils conquirent successivement la Gaule, la Galice et la Bétique (sud de l’Espagne), l’Afrique du Nord et les îles de la Méditerranée occidentale lors des Grandes invasions, au 5ème siècle. Ils fondèrent également le « royaume vandale d’Afrique » (439–534) dont la capitale fut Carthage.

[2] Les Berbères sont les membres d’un groupe ethnique autochtone d’Afrique du Nord. Connus dans l’Antiquité sous le nom de Libyens, les Berbères ont porté différents noms durant l’histoire, tels que Mazices, Maures, Numides, Gétules, Garamantes et autres. Ils sont répartis dans une zone s’étendant de l’océan Atlantique à l’oasis de Siwa en Égypte, et de la mer Méditerranée au fleuve Niger en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, la majeure partie des Berbères vit en Afrique du Nord : on les retrouve au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, au Niger, au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, en Égypte, mais aussi aux Îles Canaries. De grandes diasporas vivent en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, au Canada et dans d’autres pays d’Europe

[3] La bataille de l’Ad Decimum oppose le 13 septembre 533 l’armée vandale de Gélimer et l’armée byzantine de Bélisaire. Cette bataille et les événements de l’année qui ont suivi (parfois appelés Seconde bataille de Carthage) marquent traditionnellement le commencement de la fin pour les Vandales et le début de la reconquête occidentale de l’empereur Justinien.

[4] aujourd’hui Béjaïa, en Algérie

[5] Carthage est une ville tunisienne située au nord-est de la capitale Tunis. L’ancienne cité punique, détruite puis reconstruite par les Romains qui en font la capitale de la province d’Afrique proconsulaire, est aujourd’hui l’une des municipalités les plus huppées du Grand Tunis, résidence officielle du président de la République, regroupant de nombreuses résidences d’ambassadeurs ou de richissimes fortunes tunisiennes et expatriées. La ville possède encore de nombreux sites archéologiques, romains pour la plupart avec quelques éléments puniques,

[6] Les Huns sont un ancien peuple nomade originaire de l’Asie centrale, dont la présence en Europe est attestée à partir du 4ème siècle et qui y établirent le vaste empire hunnique. L’origine des Huns est disputée. Les Huns ont joué un rôle important dans le cadre des grandes invasions qui contribuèrent à l’écroulement de l’Empire romain d’Occident. Sous le règne d’Attila, l’empire est unifié mais ne lui survit pas plus d’un an. Les descendants et successeurs des Huns occupent encore diverses parties de l’Europe de l’Est et d’Asie centrale entre les 4ème et 6ème siècles, et laissent encore quelques traces dans le Caucase jusqu’au début du 8ème siècle.

[7] Les Hérules sont un peuple germanique appartenant au groupe ostique, ou groupe des Germains dits « orientaux », issus de Scandinavie, comme les Goths, les Vandales, les Burgondes, et les Gépides entre autres. Peu connus, les Hérules apparaissent comme un peuple mineur mais furent souvent signalés dans les raids gothiques et notamment sur la Mer Noire, où ils se découvrent vite une vocation de pirates. En 267, ils pillent Athènes et mettent ainsi fin à la prestigieuse production sculpturale de la ville. Ils sont mentionnés pour la première fois dans les sources romaines au 3ème siècle lorsqu’en 268 et 269, ils prennent part à une coalition barbare qui réunit les Peucins et les Carpes, petites peuplades germaniques, mais également des Gépides, et surtout des Goths. Au 3ème siècle, un autre peuple germanique, les Lombards, alors établis en Pannonie et qui ne font irruption en Occident qu’en 568, sont alliés ou sont vassaux des Hérules. Au 5ème siècle, ces derniers possèdent un semblant de royaume le long du Danube, bien qu’étant sans doute peu nombreux, c’est probablement de là que part la bande armée dont Odoacre, par ailleurs un des leurs déjà établi en Italie, prend la tête. Ce dernier incendie Pavie, pille Rome et dépose l’empereur Romulus Augustule, se faisant proclamer « Roi d’Italie » en 476.

[8] La bataille de Tricamarum ou Tricaméron survint le 15 décembre 533 entre les armées vandales conduites par leur roi Gélimer et son frère Tzazon et l’armée byzantine, commandée par le général Bélisaire. Cette bataille mit fin à la reconquête de l’Afrique du Nord sous le règne de l’empereur Justinien et confirma l’anéantissement de la puissance militaire vandale amorcé avec la Bataille de l’Ad Decimum.

[9] La Numidie est d’abord un ancien royaume berbère, qui alterna ensuite entre le statut de province et d’état vassal de l’Empire romain. Elle est située sur la bordure nord de l’Algérie moderne, bordé par la province romaine de Maurétanie, de nos jours l’Algérie et le Maroc, à l’ouest, la province romaine d’Afrique, la Tunisie, à l’est, la mer Méditerranée vers le nord , et le désert du Sahara vers le sud. Ses habitants étaient les Numides.