Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Aristakès 1er Parthev ou Aristacès 1er Parthev

Aristakès 1er Parthev ou Aristacès 1er Parthev

lundi 3 juin 2019, par ljallamion

Aristakès 1er Parthev ou Aristacès 1er Parthev

Catholicos d’Arménie de 320/325 à 327/333

Armoirie du Catholicos de l'Église apostolique arménienneFils cadet de saint Grégoire 1er l’Illuminateur. Il naît, est éduqué et ordonné à Césarée de Cappadoce [1].

Tout d’abord coadjuteur [2] de son père, il lui succède comme catholicos [3] en 320 ou 325 et est consacré à Césarée.

Il est envoyé en 325 par le roi Tiridate IV d’Arménie participer au premier concile de Nicée [4], où il est enregistré sous le nom Aristanès ou Aristakios.

Il est assassiné en Sophène [5] par le prince de Tzot en 327 ou 333, et son frère aîné, Vertanès , lui succède

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de René Grousset, Histoire de l’Arménie des origines à 1071, Paris, Payot, 1947 (réimpr. 1973, 1984, 1995, 2008),

Notes

[1] Kayseri est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom, située dans la région de Cappadoce au pied du mont Erciyes. La ville se situe à 320 km de la capitale Ankara et 770 km d’Istanbul. Elle est anciennement connue sous le nom de Césarée de Cappadoce ou Mazaca.

[2] Un évêque ou archevêque coadjuteur est un évêque nommé, comme un évêque auxiliaire, aux cotés d’un évêque diocésain, mais avec droit de succession immédiate sur le siège de l’évêque à qui il est adjoint après la démission ou le décès de ce dernier. La nomination d’un coadjuteur permet une période de prise de connaissance du diocèse pour le nouvel arrivant et de transition sans interruption entre deux épiscopats.

[3] Le titre de catholicos est un titre équivalent à celui de patriarche porté par des dignitaires de plusieurs Églises orthodoxes orientales, notamment les Églises de la tradition nestorienne et les Églises monophysites, en particulier l’Église apostolique arménienne.

[4] Le premier concile œcuménique se tint à Nicée, de la fin mai au 25 juillet 325. Il eut pour objectif principal de définir l’orthodoxie de la foi, à la suite de la controverse soulevée par Arius sur la nature du Christ.

[5] La Sophène est un ancien royaume arménien situé dans le sud-est de l’actuelle Turquie. L’annexion de la Sophène en 90 av. jc marque le début de la première vague d’expansion de l’Arménie de Tigrane II. Néanmoins, son alliance avec Mithridate VI du Pont, ses démêlés avec les Romains et les intrigues de son fils Tigrane le Jeune finissent par lui coûter. Face à la pression de Pompée et de ses légions, Tigrane II cède la Sophène à son fils en 66 av.jc. Ce dernier s’y maintient à peine une année. En 54, Néron détache la Sophène de l’Arménie et fait de Sohaemus d’Émèse son roi, jusqu’après 60 (probablement jusqu’au traité de Rhandeia en 63), lorsqu’elle retourne à l’Arménie.