Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Adalbert de Magdebourg

Adalbert de Magdebourg

lundi 15 avril 2019, par ljallamion

Adalbert de Magdebourg (vers 910-981)

Archevêque de Magdebourg et apôtre des Slaves et des Russes

Adalbert de Magdebourg sur une gravure de 1830Vers 950 Adalbert travaille avec Brunon, archevêque de Cologne [1] et frère cadet du roi Otton 1er. En 953, il est au service du roi. En 958 ou en 959, il entre au monastère bénédictin de Saint-Maximin de Trèves [2].

Sur la recommandation de l’archevêque Guillaume de Mayence , le roi Otton l’envoie en 961 diriger une mission évangélisatrice à Kiev [3], à la demande de la régente Olga de Kiev , convertie à Constantinople en 957.

Mais à Kiev, le fils d’Olga, Sviatoslav, qui est resté païen, prend le pouvoir. La mission est attaquée dès son entrée en Russie, des prêtres sont tués, et Adalbert échappe de peu à la mort. Il rentre à Mayence en 962 où il écrit la suite de la chronique universelle de Réginon de Prüm pour les années 907 à 967.

En 966 il est nommé par Otton 1er abbé de Wissembourg [4] en Alsace. Il adopte la réforme monastique de l’abbaye de Gorze [5]. En 967, il accompagne en Italie Otton, désormais empereur.

Le pape Jean XIII confirme la fondation du diocèse de Magdebourg [6] au synode de Ravenne [7] en avril 967.

Le 18 octobre 968, Adalbert devient le premier évêque titulaire du diocèse de Magdebourg avec le consentement du pape et de l’empereur, avec pour mission d’évangéliser les Slaves au-delà de l’Elbe [8].

Il fonde en 968 une école cathédrale dans son diocèse, où étudie à partir de 972 le futur Adalbert de Prague.

À sa mort, le 20 juin 981, il est inhumé dans la cathédrale de Magdebourg [9]. Plus tard, il est canonisé.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Adalbert von Magdeburg »

Notes

[1] Le diocèse de Cologne, en Allemagne, fut fondé au 4ème siècle et devint archidiocèse métropolitain de rite romain au 8ème siècle. Son nom latin est Archidioecesis Coloniensis. Au 13ème siècle, l’archevêque de Cologne prend le rang prestigieux de Prince Électeur du Saint Empire, le territoire de l’archevêché se muant en Électorat de Cologne.

[2] Saint-Maximin de Trèves est une abbaye bénédictine fondée à Trèves en Austrasie (actuellement Rhénanie-Palatinat en Allemagne) aux alentours du 4ème siècle. Elle fut à l’origine d’une réforme monastique qui se diffusa dans le Saint Empire romain germanique.

[3] dans l’actuel Ukraine

[4] Wissembourg est une commune française, située dans le département du Bas-Rhin en région Alsace. Wissembourg est située au nord de l’Alsace, à la pointe nord-est de la France. Elle est à la frontière avec l’Allemagne, plus précisément l’État de Rhénanie-Palatinat. La commune est traversée par la Lauter, affluent gauche du Rhin, qui prend sa source en Allemagne.

[5] L’abbaye Saint-Gorgon de Gorze est une abbaye bénédictine fondée à Gorze près de Metz, vers 747. À partir de 933, elle est à l’origine d’une réforme de la règle bénédictine qui va se diffuser à tout le Saint Empire.

[6] L’archevêché de Magdebourg est un archevêché aujourd’hui disparu de l’Église catholique à l’intérieur du Saint Empire romain germanique. Il est situé le long de l’Elbe. Sa capitale était Magdebourg. Établi en l’an 968, l’archevêché est gouverné par des princes archevêques et sert aussi de point de départ des missions d’évangélisation vers les terres de l’Est. Il commença à être gouverné par des administrateurs en 1545. Certains d’entre eux furent luthériens. L’archevêché fut sécularisé et hérité par le Brandebourg Prusse en 1680 et remplacé par le duché de Magdebourg.

[7] Ravenne est une ville italienne de la province de Ravenne en Émilie-Romagne. Elle est considérée comme la capitale mondiale de la mosaïque. Ravenne fut une cité de première importance au tournant de l’Antiquité et du Moyen Âge. En 402, pendant le règne d’Honorius, elle fut, du fait de sa position stratégique plus favorable, élevée au rang de capitale de l’Empire romain d’Occident en lieu et place de Milan, trop exposée aux attaques terrestres des barbares. Son port de grande capacité, sur l’Adriatique, la mettait en communication aisée avec Constantinople, capitale de l’Empire romain d’Orient. La cité continua d’être le centre de l’Empire d’Occident jusqu’à la chute de celui-ci en 476. Elle devint alors la capitale du royaume d’Italie d’Odoacre, puis à partir de 493 celle du royaume des Ostrogoths, sous Théodoric le Grand, qui englobait l’Italie, la Rhétie, la Dalmatie et la Sicile. En 540, sous le règne de Justinien 1er, Ravenne fut conquise par le général de l’Empire d’orient Bélisaire ; elle fut ensuite reconquise par les Ostrogoths avant d’être à nouveau reprise par le général de l’Empire d’orient Narsès en 552. C’est pour contrer le danger né de l’invasion des Lombards en Italie à partir de 568, que Ravenne devint le siège de l’exarchat byzantin d’Italie, par décision de l’empereur Maurice. La concentration de tous les pouvoirs civils et militaires entre les mains de l’exarque, représentant personnel de l’empereur byzantin favorisa, à long terme, l’émancipation des territoires du nord de l’Italie vis-à-vis du pouvoir impérial. Ravenne fut prise en 752 par Aistolf, roi des Lombards. Deux ans après, Pépin le Bref, roi des Francs, la lui enleva et la donna au Saint-Siège.

[8] L’Elbe est un fleuve d’Europe centrale qui prend sa source en République tchèque dans les monts des Géants et, après un parcours situé en majeure partie en Allemagne, se jette dans la mer du Nord par un long estuaire d’une centaine de kilomètres sur lequel se trouve Hambourg, premier port d’Allemagne. La longueur de ce fleuve est de 1 091 kilomètres.

[9] La cathédrale de Magdebourg ou cathédrale Saint-Maurice-et-Sainte-Catherine est la première cathédrale gothique d’Allemagne, et aussi la plus vaste et la plus haute d’Allemagne centrale avec ses deux tours qui se dressent à 99,25 et 100,98 m. Magdebourg est la capitale du land de Saxe-Anhalt et sa cathédrale, qui est le siège épiscopal de l’Église évangélique depuis la Réforme, abrite le tombeau de l’empereur Othon 1er le Grand.