Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Gérold II de Genève

samedi 29 décembre 2018, par ljallamion

Gérold II de Genève (vers 1020-1080)

Comte de Vienne

Carte du royaume de Haute-Bourgogne (en vert) et le pagus major Genevensis, vers l'an 1000.De père inconnu, fils de Berthe de Flandre ou de Berthe fille de Mathilde de Bourgogne, petite-fille de Mathilde de France et du roi Conrad.

Durant le conflit de succession du roi, deux camps s’opposent. Le comte Gérold prend le parti de Eudes II de Blois contre l’empereur du Saint Empire Conrad II dit Le Salique, duc de Franconie [1].

Le comte de Genève, soutenu également par l’archevêque de Lyon [2], Burchard II, est défait dans sa cité en 1034 par le comte Humbert.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Gérold II de Genève/ Portail du Moyen Âge central/ Comte de Genève

Notes

[1] Le duché de Franconie, était un des duchés originels du Saint Empire, fondé au 10ème siècle. Il avait pour capitale Nuremberg et comprenait les évêchés de Bamberg, de Würtzbourg, d’Eichstätt, la maîtrise de l’Ordre teutonique à Bad Mergentheim, les États princiers de Brandebourg-Bayreuth, Brandebourg-Ansbach, Henneberg-Schleusingen, Henneberg-Rœmhild, Henneberg-Schmalkalden, Löwenstein-Werthheim, Hohenlohe-Waldenbourg, les villes impériales de Nuremberg, Rothenburg ob der Tauber, Bad Windsheim, Schweinfurt, Weissenburg, outre plusieurs comtés, entre autres celui de Hohenlohe.

[2] L’archidiocèse de Lyon est un des archidiocèses métropolitains de l’Église catholique en France. l’Église de Lyon exerça une autorité temporelle et à ce titre administra un territoire, la ville épiscopale et ses environs et fut détentrice des droits régaliens (droit de justice, de lever une armée et de battre monnaie) à la suite de la dévolution à la famille royale de la fonction épiscopale. Burchard 1er de Lyon puis Burchard II, respectivement frère et fils illégitime de Conrad III de Bourgogne, posent les premiers jalons d’une principauté épiscopale lyonnaise dès la seconde moitié du 10ème siècle. À ce titre et à la suite du rapprochement avec le royaume de France, l’évêque Jean II de Belles-Mains édifia à la fin du 11ème siècle un château à motte ; motte de Béchevelin. La motte, outre le rôle symbolique et politique, tête de pont sur la rive gauche du Rhône de l’église de Lyon, contrôlait le passage sur le fleuve et surveillait le « compendium » antique Lyon-Vienne ; un péage y était attaché. Ce même évêque favorisa également la construction du pont du Rhône, pont de la Guillotière actuel. Il est à noter que ce territoire sur lequel l’église de Lyon avait autorité était contesté par le comte de Savoie, les seigneurs de Chandieu et les dauphins de Viennois