Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Charles XII de Suède ou Carl de Suède

lundi 16 octobre 2017

Charles XII de Suède ou Carl de Suède (1682-1718)

Roi de l’Empire suédois de 1697 à 1718

Fils du roi Charles XI de Suède et d’ Ulrique-Éléonore de Danemark . Il exerça son pouvoir après 7 mois de régence, à l’âge de 15 ans.

En 1700, une triple alliance réunissant le Royaume de Danemark-Norvège [1], la Saxe-Pologne-Lituanie [2] et la Russie lança trois attaques simultanées, la première visant le protectorat suédois de Holstein-Gottorp [3], la seconde la province de Livonie suédoise [4] et la troisième visant l’Ingrie [5], dans le but de tirer avantage du fait que la Suède était gouvernée par un jeune roi inexpérimenté et isolé, marquant ainsi le début de la Grande Guerre du Nord [6]. Dirigeant l’exceptionnelle armée suédoise contre l’alliance, Charles éjecta de la coalition le Danemark et la Pologne-Lituanie dès 1706, la Russie demeurant la seule puissance faisant face à Charles XII.

La marche ultérieure de Charles XII sur Moscou s’acheva avec le démembrement de l’armée suédoise à Poltava [7] et au siège de Perevolotchna [8], qui vit la reddition de la dernière force suédoise. Après ses déboires, il s’exila en terres ottomanes, avant de retourner en Suède afin de tenter une campagne militaire punitive contre le Danemark, que Charles XII cherchait une fois de plus à éloigner de la guerre en prenant la Norvège, avant de se retourner contre les Russes. Deux campagnes ratées se conclurent avec sa mort au siège de Fredriksten [9] en 1718.

Il laissait un empire sous occupation étrangère, la Suède restant cependant libre. La situation fut ensuite formalisée par un traité, celui de Nystad [10]. Il ne mit pas seulement fin à l’existence d’un empire suédois, mais ébranla également ses fondements en tant qu’état guerrier, affaiblissant sa machine de guerre et l’autorité de sa couronne. En effet, la Suède devenait une monarchie constitutionnelle, chose unique en Europe continentale, qui dura plus d’un demi-siècle, avant la restauration de l’autorité royale absolue par le roi Gustave III en 1772.

Charles était un chef militaire incroyablement talentueux, doté d’un sens tactique aiguisé, mêlé à un sens politique fin, crédité pour avoir introduit d’importantes réformes fiscales et législatives.

Étant donné le fait que la guerre l’a occupé pendant tout son règne et pendant la moitié de sa vie, Charles XII ne se maria pas, et n’eut aucun enfant.

À sa mort, le baron de Gœrtz Georg Heinrich von Görtz , son principal ministre, fut décapité. Après lui, son pays disparut du nombre des grandes puissances.

Le trône de Suède revint à sa sœur Ulrique-Éléonore de Suède , qui à son tour fut forcée d’abandonner son pouvoir absolu par le Riksdag [11] des États. Elle abdiqua ensuite en faveur de son mari, qui devint roi sous le nom de Frédéric 1er de Suède .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Eric Schnakenbourg, La France, le Nord et l’Europe au début du XVIIIe siècle, Paris : Honoré Champion, 2008./ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 238

Notes

[1] Danemark-Norvège est le nom historiographique donné à l’ancienne entité politique, l’union formée entre le royaume de Danemark et celui de Norvège, incluant les dépendances norvégiennes d’Islande, du Groenland ainsi que les îles Féroé. Succédant à l’Union de Kalmar, les deux royaumes conclurent entre eux une union personnelle en 1523 qui dura jusqu’en 1814.

[2] L’union de Pologne Lituanie (ou Union polono-lituanienne) se rapporte à une série d’actes d’alliance entre le royaume de Pologne et le grand-duché de Lituanie qui aboutit à la création en 1569 d’une union entre la Pologne et la Lituanie, la république des Deux Nations, ainsi qu’à la création d’un État unitaire en 1791.

[3] Par le traité de Roskilde en 1658 et le traité de Copenhague en 1660, le Danemark libérait Gottorp de ses liens féodaux et reconnaissait la souveraineté de ses ducs sur les portions du Gottorp du duché de Schleswig. En fait, ces Schleswigers étaient déjà relativement indépendants depuis plus d’un siècle. Bien que le duché de Holstein reste officiellement un fief de l’Empire, en fait, par convention, ses ducs ont co-gouverné les deux duchés avec leur seigneur formel, le roi danois.

[4] La Livonie suédoise était un dominion de l’Empire suédois entre le 25 septembre 1629 et le 30 août 1721.

[5] L’Ingrie est une région historique située dans la Russie actuelle, au bord du golfe de Finlande, entre le sud du lac Ladoga et le fleuve Narva.

[6] La grande guerre du Nord est un conflit qui opposa une coalition menée par le tsarat de Russie à l’Empire suédois entre 1700 et 1721 et qui se déroula dans le Nord de l’Europe centrale et en Europe de l’Est. Les chefs initiaux de l’alliance anti-suédoise étaient Pierre 1er, Frédéric IV de Danemark et Auguste II de Saxe-Pologne-Lituanie. Frédéric IV et Auguste II furent respectivement sortis de l’alliance en 1700 et 1706 avant de la rejoindre en 1709. George 1er de Brunswick-Lunebourg (Hanovre) rejoignit la coalition en 1714 pour le Hanovre, et en 1717 pour le Royaume-Uni ainsi que Frédéric-Guillaume 1er de Brandebourg-Prusse en 1715. Charles XII de Suède menait l’armée suédoise et s’était allié aux Holstein-Gottorp, à de nombreux magnats polonais et lituaniens menés par Stanislas Leszczynski et des cosaques ukrainiens sous le commandement de l’hetman Ivan Mazepa. L’Empire ottoman accueillit temporairement Charles XII et intervint contre la Russie.

[7] La bataille de Poltava (ou Pultawa) eut lieu le 8 juillet 1709 entre l’armée de Pierre 1er de Russie et les troupes de Charles XII de Suède avec l’appui des cosaques d’Ukraine du hetman Ivan Mazepa dans le cadre de la Grande guerre du Nord. La victoire russe décisive a fait perdre à la Suède son rang de grande puissance militaire.

[8] Petit fort dans le gouvernement de Poltava à l’embouchure de la Vorskla dans le Dnepr

[9] Cette forteresse a été construite par le Danemark et la Norvège au 17ème siècle en remplacement de la forteresse frontalière de Bohus qui avait été perdue lorsque la province de Bohuslän a été cédée à la Suède par les termes du traité de Roskilde en 1658.

[10] Le Traité de Nystad, ou la paix de Nystad, a été signé le 30 août (10 septembre 1721) à Uusikaupunki, ville actuellement en Finlande, appartenant à l’époque à la Suède (Nystad étant le nom suédois de la ville). Ce traité mit fin à la Grande Guerre du Nord et signa la cession du duché d’Estonie, de la Livonie et de l’Ingrie ainsi que d’une grande partie de la Carélie à la Russie. La passation de pouvoir se fit donc entre Frédéric 1er de Suède et le tsar Pierre 1er de Russie. Il marque l’avènement de la Russie comme puissance européenne et le déclin de la Suède.

[11] Le Riksdag est le nom du Parlement suédois. Son siège, le palais de la Diète nationale se trouve à Stockholm sur le Helgeandsholmen.