Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Édouard II de Bar

mercredi 16 mars 2016, par ljallamion

Édouard II de Bar (1339-1352)

Comte de Bar de 1344 à 1352

Blason de Édouard II de Bar Fils aîné d’Henri IV comte de Bar, et de Yolande de Flandre. Mineur à la mort de son père, la régence fut assurée par sa mère.

Comme Edouard était de faible constitution, Yolande demanda et obtint du pape Clément VI pour lui et son frère Robert l’autorisation de manger de la viande pendant les périodes d’abstinence.

Yolande fut en lutte contre Pierre de Bar , seigneur de Pierrefort [1], et Thiébaud de Bar , seigneur de Pierrepont [2], qui estimaient devoir participer au conseil de régence. Nouant des alliances avec Philippe VI de Valois, roi de France, et Raoul de Lorraine , elle parvint à les cantonner à des rôles mineurs.

Édouard fut déclaré majeur le 10 octobre 1349. En 1350, les troupes de Marie de Châtillon , duchesse régente de Lorraine et du comte de Salm ravagèrent le Barrois. En représailles, Yolande, Édouard et l’évêque de Metz ravagent les environs de Nancy.

Une trêve met fin au conflit le 14 août 1351. Edouard meurt peu après et son frère lui succède.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Georges Poull, La Maison souveraine et ducale de Bar,‎ 1994

Notes

[1] PIERREFORT, château célèbre dans les forêts de la Lorraine, et aujourd’hui ferme importante sur le territoire de Martincourt

[2] La seigneurie de Pierrepont consistait en un château avec l’exercice de la justice haute, moyenne et basse, une taille réelle et personnelle, la rente des bans des vins, des cens et rentes, chapons et poules, un jardin, droits de vinage, de rouage, d’afforage, de tonlieu, d’herbage, de stellage, de poids, d’aunage, de chasse, de garenne, de pêche, quatre rivières, un petit lac, les fortifications de la bourgade, la prévôté, 83 jalois 54 verges de pré, les 582 jalois de bois de la châtellenie tant à Pierrepont, Mâchecourt, Chivres qu’ailleurs, 129 jalois 30 verges de terres (soit en un domaine foncier 795 jalois 24 verges ou 243 hectares 74 ares), la moitié d’un moulin, la garde des justices de l’hôtel-Dieu de Pierrepont, de la maladrerie de Saint-Ladre audit lieu, de la seconde moitié du moulin de Pierrepont, de la ferme de Savy, de la cense de Favières, celle de Brazicourt, et d’une partie des terres du prieuré de Chantrud.