Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Marinus ou Marin de Tyr

Marinus ou Marin de Tyr

vendredi 30 août 2019, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 8 août 2011).

Marinus ou Marin de Tyr

Astronome et géographe

Carte basée sur les données de la Géographie de Claude Ptolémée (100–161 ap. jc), dessinée en 1544 par le Bâlois Sebastian Münster.Né vers la fin du 1er siècle et décédé au début du 2ème siècle. D’origine phénicienne [1] mais Romain par le cours de l’Histoire. Il dressa une carte commentée, en optant pour un canevas inspiré de celui d’Hipparque de Nicée. Il choisit comme méridien d’origine celui des Îles Fortunées [2], mais il traça un réseau de méridiens et de parallèles équidistants formant des rectangles donnant une projection correcte au niveau du parallèle de 36°, qui est celui de l’île de Rhodes [3] et autour duquel s’articule l’ensemble des terres émergées connues alors, allant de la côte atlantique à la Chine. Cet ensemble est appelé l’écoumène. Ce type de carte, qui se révélait très pratique, fut adopté par les marins et annonçait la projection de Mercator [4], apparue 14 siècles plus tard.

Malheureusement, il ne s’en tint pas là. En effet, après avoir accepté inconsidérément la valeur trop petite de Posidonius pour la longueur de la circonférence terrestre, il va aussi remettre en question celle de l’écoumène.

Il estima que les terres habitées, de l’Espagne à la Chine, devaient s’étaler sur 225° au lieu des 130° réels. Ses travaux fournissaient donc des terres beaucoup trop grandes sur un globe beaucoup trop petit environ 30 000 kilomètres de circonférence au lieu de 40 000 kilomètres en réalité. Christophe Colomb s’appuya, en partie, sur les estimations de Marin de Tyr.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Imago Mundi/ Marin de Tyr

Notes

[1] Le territoire de la Phénicie correspond au Liban actuel auquel il faudrait ajouter certaines portions de la Syrie et de la Palestine. Les Phéniciens étaient un peuple antique d’habiles navigateurs et commerçants. Partis de leurs cités États en Phénicie, ils fondèrent dès 3000 av jc de nombreux comptoirs en bordure de la Méditerranée orientale, notamment Carthage en 814. Rivaux des Mycéniens pour la navigation en Méditerranée au 2ème millénaire av jc, ils furent d’après ce qu’on en sait les meilleurs navigateurs de l’Antiquité. L’invasion des Peuples de la Mer va ravager les cités phéniciennes, de même que Mycènes et les autres territoires qu’ils traversent, mais c’est ce qui va permettre aux Phéniciens de trouver leur indépendance vis-à-vis des puissances voisines qui les avaient assujettis puisque celles-ci seront elles aussi détruites par ces invasions. La chute de Mycènes en particulier va leur permettre de dominer les mers. Après avoir supporté les assauts des Athéniens, des Assyriens, de Nabuchodonosor puis de Darius III, la Phénicie disparut finalement avec la conquête par Alexandre le Grand en 332 av jc.

[2] c’est-à-dire les îles Canaries

[3] Rhodes est une île grecque, la plus grande île du Dodécanèse. Elle est située au sud-est de la mer Égée, à 17,7 km de la Turquie, entre la Grèce et l’île de Chypre. Le colosse de Rhodes, l’une des sept merveilles du monde, était une statue gigantesque, traditionnellement située à l’entrée du port de la ville de Rhodes.

[4] La projection de Mercator ou projection Mercator est une projection cylindrique tangente à l’équateur du globe terrestre sur une carte plane formalisée par le géographe flamand, Gerardus Mercator en 1569. Elle s’est imposée comme le planisphère standard dans le monde grâce à sa précision pour les voyages marins. La projection de Mercator est une projection conforme, c’est-à-dire qu’elle conserve les angles. Elle a cependant pour effet des déformations sur les distances et les aires. En effet, une distorsion s’accroît au fur et à mesure de l’éloignement de l’équateur vers les pôles. Une carte de Mercator ne peut ainsi couvrir les pôles : ils seraient infiniment grands. Cela a par exemple pour conséquence la vision d’une égalité de surface entre le Groenland et l’Afrique alors que cette dernière est 14 fois plus grande.