Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Berthe de Bretagne ou Berthe de Cornouaille

Berthe de Bretagne ou Berthe de Cornouaille

vendredi 3 avril 2015

Berthe de Bretagne ou Berthe de Cornouaille (1114-1156

Fille de Conan III de Bretagne et de Mathilde d’Angleterre, fille illégitime de Henri 1er Beauclerc, fut “suo jure” [1] duchesse de Bretagne de 1148 à 1156. Elle est le dernier membre de la maison de Cornouaille à régner sur la Bretagne.

En 1138, Berthe se marie à Alain le Noir, comte de Penthièvre, créé 1er comte de Richmond par Étienne d’Angleterre pour le récompenser de son rôle lors de la déposition de Mathilde l’Emperesse. Le mariage entre Berthe et Alain aurait eu comme but de réunir la Bretagne au camp mené par Étienne lors de l’Anarchie anglaise.

En 1146, son époux meurt, Berthe retourne en Bretagne où elle se marie à Eudon II , vicomte de Porhoët. Deux ans plus tard, son père le duc Conan III, sur son lit de mort, désavoue Hoël III de Bretagne , au motif que ce dernier serait un bâtard. Il reconnaît alors son petit-fils Conan pour héritier sous la tutelle d’Éudon de Porhoët. Berthe devenant l’héritière de Bretagne. Le refus d’Hoël d’accepter cette mise à l’écart provoque une grave crise successorale.

Quand Berthe décède en 1156, une guerre éclate entre son fils Conan et Eudon, allié à Hoël, qui souhaite s’approprier le pouvoir. À la fin de 1156, Conan arrivera cependant à vaincre son beau-père et à sauvegarder l’héritage de sa mère.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Bertha, Duchess of Brittany »

Notes

[1] Suo jure est une expression latine qui signifie « de son plein droit ». Il est généralement employé lorsqu’on parle d’une femme ayant hérité d’un titre « de son plein droit », c’est-à-dire de naissance. L’expression s’oppose à jure uxoris, qui s’emploie lorsqu’on parle d’un homme ayant obtenu ses titres en se mariant.