Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Uspak/Óspakr Haakon des Hébrides dit Gilleasbuig

Uspak/Óspakr Haakon des Hébrides dit Gilleasbuig

samedi 28 février 2015

Uspak/Óspakr Haakon des Hébrides dit Gilleasbuig (mort en 1231)

Roi des Hébrides de 1230/1231

Troisième fils de Dughall mac Somhairle . Après la mort de son père il rejoint la Norvège et se met au service du roi Sverre de Norvège et de sa famille et devient un vétéran des luttes des Birkebeiners [1].

En 1230 le petit-fils de Sverre le roi Håkon IV de Norvège inquiet de la monté en puissance du royaume d’Écosse dans les domaines vassaux de la Norvège de l’Île de Man [2] et des Hébrides [3] et notamment des agressions d’Alan de Galloway, réunit une flotte de 12 navires renforcée par 20 autres en provenance des Orcades [4], pour lancer une expédition.

Il met à sa tête Óspakr à qui il donne son propre nom royal d’Haakon et le titre de roi des Hébrides et il lui adjoint Olaf II de Man qui voulait recueillir la succession de son frère Ragnald IV de Man.

La flotte d’Ospakr navigue par la route des Orcades et de l’Ile de Skye [5] jusqu’au sound of Islay [6]. Les Hébridais pro-norvégiens obtiennent des renfort d’îles en îles et se trouvent finalement à la tête de 80 vaisseaux. En descendant par Mull of Kintyre [7] et le fort royal de Tarbert [8] en direction du Firth of Clyde [9] elle atteint Bute [10] sur laquelle se trouve la forteresse écossaise de Rothesay [11] qui est prise après trois jours de siège et une perte de 360 hommes chez les assaillants.

Malheureusement Ospakr, grièvement blessé par un jet de pierre pendant le combat, meurt peu après au Kintyre [12] en 1231.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jean Renaud Les Vikings et les Celtes Ouest-France Université (Rennes 1992)

Notes

[1] Dans le souci de légitimer leur combat, ils apportèrent leur soutien à tous les prétendants, rejetons vrais ou supposés de la famille royale. On les appela « Birkebeiner » (i.e jambières de bouleau) parce qu’ils étaient parfois obligés de recouvrir leurs pieds d’écorce de bouleau à la place de chaussures. Dans leur combat contre le régime « tyrannique » d’Erling et du roi mineur Magnus, les Birkebeiner devaient se transformer en parti « patriotique » qui peu après sous la conduite d’un chef extraordinaire réalisa une révolution et fit revivre l’idéal perdu d’un Norvège unie et indépendante dirigée par une monarchie forte. Dans un premier temps les Birkebeiner se rallièrent en 1174 autour d’Eystein Eysteinsson un petit-fils d’Harald IV et un fils naturel du roi Eystein Haraldsson.

[2] Le royaume de Man et des Îles était un royaume norrois qui exista dans les îles Britanniques entre 1079 et 1266. Ce royaume se divisait en deux parties : une constituée des îles du sud (les Hébrides et l’île de Man), nommée Sodor, et une autre des îles du nord (les Orcades et les Shetland), nommée Norðr. Les souverains portaient le nom latin de Rex Manniae et Insularum (« roi de Man et des Îles »). En 1164, il est divisé en deux royaumes : le royaume des Hébrides et le royaume de Man.

[3] Les Hébrides, sont un archipel du Royaume-Uni situé dans l’ouest de l’Écosse. Ces îles sont divisées en deux grands groupes séparés entre eux par le bras de mer baptisé The Little Minch et la mer des Hébrides

[4] Les Orcades, en anglais Orkney, en gaélique écossais Arcaibh, sont un archipel situé au nord de l’Écosse à 16 km de la côte de Caithness. Cet archipel compte 67 îles légèrement vallonnées, dont 16 seulement sont habitées.

[5] Skye est l’île la plus vaste et la plus au nord de l’archipel des Hébrides intérieures en Écosse. Skye se situe dans la mer des Hébrides et fait partie du Council area de Highland.

[6] Le Sound of Islay est un étroit détroit entre les îles de Islay et Jura au large de la côte ouest de l’Écosse.

[7] Le Mull of Kintyre est un cap d’Écosse situé à l’extrémité méridionale de la péninsule du Kintyre, Il s’avance dans le canal du Nord, face à l’Irlande.

[8] Le château de Tarbert est situé sur la rive sud de Tarbert Bay, à Tarbert, en Argyll, en Écosse, à l’extrémité nord de Kintyre. Le château de Tarbert est une forteresse royale stratégique au Moyen Âge et un des trois châteaux de Tarbert. Le château permet de surveiller le port et bien qu’il date d’avant le 14ème siècle, les tours datent de 1494 et de la visite de Jacques IV d’Écosse dans les Western Highlands.

[9] Le Firth of Clyde constitue une vaste étendue d’eau côtière du Royaume-Uni, abritée de l’océan Atlantique par la péninsule de Kintyre, qui renferme le firth extérieur d’Argyll et Ayrshire en Écosse. Sa partie supérieure inclut une vaste surface à la jonction du Loch Long et du Gare Loch. Elle est séparée de l’estuaire de la Clyde par un banc de sable, bien que la Clyde soit encore large à cet endroit et que sa plus haute limite de marée soit dans le centre de la ville de Glasgow. La vaste zone de mouillage de Greenock est connue sous le nom de Tail of the Bank, en référence à ce banc de sable.

[10] L’île de Bute, est une île du Royaume-Uni située en Écosse et baignée par le Firth of Clyde.

[11] Le château de Rothesay est en château en ruine dans la ville de Rothesay, la principale de l’île de Bute, dans la division administrative écossaise d’Argyll and Bute. Ce château a été décrit comme « l’un des plus remarquables d’Écosse » pour sa longue histoire remontant jusqu’au début du 13ème siècle et son plan circulaire peu commun. Il est constitué d’un mur d’enceinte massif, renforcé par quatre tours rondes, avec un ouvrage défensif avancé du 16ème siècle, l’ensemble entouré par de larges douves. Il fut bâti par la famille Stewart et survécut aux attaques des scandinaves pour devenir une résidence royale.

[12] Le Kintyre est une péninsule du sud-ouest de l’Écosse, dans le Council area d’Argyll and Bute. Cette région s’étend sur une longueur de près de cinquante kilomètres, de Tarbert au nord jusqu’au Mull of Kintyre au sud.