Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Alan de Galloway ou Alan FitzRoland

Alan de Galloway ou Alan FitzRoland

mercredi 31 décembre 2014, par ljallamion

Alan de Galloway ou Alan FitzRoland (vers 1175-1234)

Seigneur de Galloway-Baron écossais de 1200 à 1234-Connétable héréditaire d’Écosse

Carte de l'Irlande du Nord. La baronnie détenue par Alan de Galloway était composé de la plupart de ce qui est aujourd'hui le comté d'Antrim et le comté de Londonderry.Fils de Roland (ou Lachlan) , seigneur de Galloway, et d’Hélène de Morville, fille de Richard de Morville seigneur de Lauderdale et Cunninghame [1], connétable [2] héréditaire d’Écosse depuis 1162.

À la mort de William de Morville le frère de sa femme Hélène, Roland de Galloway hérite du patrimoine de la famille de celle-ci. Il devient donc connétable héréditaire d’Écosse et seigneur de Lauderdale et Cunninghame.

Alan de Galloway succède à son père en 1200, à la mort de celui-ci, et hérite de tout son patrimoine et de ses acquisitions, ainsi que de sa charge héréditaire de connétable d’Écosse.

Il dispose d’une puissance navale importante qui lui permet d’intervenir sur les côtes et dans les îles de la mer d’Irlande, du Pays de Galles à l’île de Lewis ainsi qu’en Ulster. Bien qu’il soit de facto quasi indépendant, il reconnaît la suzeraineté du roi d’Écosse et/ou de celui d’Angleterre selon ses intérêts politiques.

La famille de Galloway s’opposait dans le sud-est de l’Écosse à l’alliance formée entre Walter Stuart , 3ème Grand Sénéchal d’Écosse, Duncan, comte de Carrick [3], Maeldouen, comte de Lennox et le frère de ce dernier, Aulay, qui contrôlait la région autour du Loch Rond.

En 1212, Alan répond à l’appel de Jean Sans Terre et lui envoie une troupe de 1000 hommes pour guerroyer contre les Gallois, et une fille anonyme comme otage en Angleterre. La même année, à la suite du traité conclu entre le roi d’Écosse et Jean sans Terre, Alan de Galloway reçoit des terres en Ulster mais il doit, avec son frère Thomas comte d’Atholl [4] et Donald MacRagnald , ravager le royaume d’Aed Meith mac Aeda Ua Neill roi de Tir Éogain [5] et piller Derry [6]. En 1214, son frère Thomas et Ruaidhri Mac Raghnaill, un autre petit-fils de Somerled , pillent de nouveau les domaines d’Ua Neill en Ulster.

Ces incursions dans le Donegal [7] sont faites avec l’approbation du roi d’Écosse en représailles du soutien des Ua Neill aux prétendants Guthred MacWilliam et Donald Ban MacWilliam

En juin 1215, au même titre que le roi Alexandre II d’Écosse , il fait partie des nobles qui interviennent lors des négociations de Runnymede* pour faire accepter la Magna Carta [8] par le roi Jean Sans Terre.

En 1223, Hugues de Lacy , comte rebelle d’Ulster [9], s’était allié avec l’ennemi des Anglais Aed Meith Ua Neill afin de regagner ses possessions. L’administration royale envoie Thomas de Galloway pour réduire la rébellion. Devant l’échec de cette entreprise c’est Guillaume le Maréchal, comte de Pembroke [10], qui occupe la fonction de justiciar [11] d’Irlande, qui est chargé de rétablir l’autorité royale, mais il négocie avec les rebelles.

Alan de Galloway, qui avait reçu en 1212, l’Antrim [12] du roi Jean Sans Terre, tente d’obtenir l’assurance que ce domaine lui sera conservé en cas de rétablissement d’Hugues de Lacy. Ce dernier se réconcilie avec le roi et saisit, en 1227, les domaines concédés antérieurement aux frères Alan et Thomas de Galloway. En 1229, Alan finit par conclure un accord avec Hugues aux termes duquel il épouse sa fille Rose.

Ce demi-échec de la politique d’implantation en Ulster menée depuis 1212 est lié au fait qu’Alan devait en même temps intervenir dans le conflit entre les deux fils de Godfred V de Man qui se disputaient le Royaume des îles et de Man. En 1225, Alan de Galloway fait campagne dans les Hébrides pour soutenir Ragnald IV de Man contre son demi-frère cadet Olaf II . En 1228, il envahit l’île de Man et combat les forces navales du roi de Norvège afin de réinstaller Rognvald. Olaf chasse les « Galovidians » avant la fin de la même année.

Après la défaite et la mort de Ragnald IV de Man en 1229, Alan attaque Man. Olaf II se réfugie en Norvège et revient l’année suivante avec une flotte commandée par Uspak Haakon , roi des Hébrides pour le compte du roi de Norvège, et retrouve son trône. Alan de Galloway qui s’oppose à lui avec une flotte de 200 navires dans le sud du Kyntyre doit définitivement abandonner l’espoir d’installer son fils naturel Thomas, gendre de Ragnald, comme roi de Man.

Alan meurt en 1234 et est inhumé dans l’abbaye de Dundrennan [13] au Galloway [14]. Ses domaines sont partagés entre ses 3 filles.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Richard Oram, Domination and Lordship. Scotland 1070-1230 The new Edinburg history of Scotland, Edinburgh University Press, (Edinburgh 2011)./ Traduit par mes soins

Notes

[1] Le district historique de Cunninghame était bordé par les districts de Renfrew et Clydesdale au nord et à l’est respectivement, par le district de Kyle au sud au-delà de l’Irvine et par le Firth of Clyde à l’ouest.

[2] Après la conquête normande de l’Angleterre, constable est un titre utilisé en Angleterre pour désigner un officier à qui le roi a donné le commandement d’une armée ou de la garnison d’un important château. La dignité de lord grand connétable (lord high constable) était l’un des grands offices de la couronne anglaise. Il avait la charge de l’armée et particulièrement de la cavalerie et présidait la Court of Chivalry qui traitait toutes les affaires d’honneur entre gentilshommes. La dignité de connétable fut attachée au titre de comte de Hereford et rattachée à la couronne en 1521. Depuis lors, on ne nomme de titulaires que pour les cérémonies de couronnement.

[3] Le titre de comte de Carrick a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Écosse, et une fois dans la pairie d’Irlande. En Écosse, la première création intervint autour de 1186, quand Duncan de Galloway (dit aussi Donnchadh de Carrick) fut fait comte de Carrick. Le gros des terres associées à ce titre sont dans l’Ayrshire.

[4] Le titre de duc d’Atholl, nommé d’après Atholl, en Écosse, n’a été créé qu’une seule fois dans l’histoire britannique par la reine Anne en 1703, comme une promotion du très ancien titre de Mormaer ou comte d’Atholl. Il a une histoire très ancienne et très complexe.

[5] Avant 1185, la dynastie régnante – les Cenél nEógain – étaient rois d’Ailech. Durant le 10ème et 11ème siècles, deux importants sous-clans apparurent : les Mac Loughlainn et les Ó Néill. Cette dernière famille repoussa les Loughlainn, et, à partir de 1241, le royaume fut régi exclusivement par des membres de la famille O’Neill.

[6] Derry ou Londonderry (son nom officiel), du gaélique doire signifiant chênaie, est une cité d’Irlande du Nord. Seconde ville de la province britannique après Belfast,

[7] Le Comté de Donegal est le comté d’Irlande situé le plus au nord, rattaché au reste du pays le corridor de Donegal. C’est un des trois comtés de l’Ulster qui ne fait pas partie des six comtés d’Irlande du Nord sous souveraineté britannique.

[8] La Magna Carta Libertatum ou Grande Charte est une charte de soixante-trois articles arrachée par le baronnage anglais au roi Jean sans Terrenote 1 le 15 juin 1215 après une courte guerre civile notamment marquée par la prise de Londres, le 17 mai, par les rebelles. Les barons étaient excédés des exigences militaires et financières du roi et de ses échecs répétés en France, en particulier à Bouvines et à La Roche-aux-Moines.

[9] Le titre de comte d’Ulster a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Irlande et du Royaume-Uni. Actuellement, le titre est un titre subsidiaire du duc de Gloucester, et est actuellement utilisé comme titre de courtoisie par Alexandre Windsor, fils aîné de Richard de Gloucester.

[10] Le titre de comte de Pembroke, associé au château de Pembroke dans le Pays de Galles, fut créé par le roi Étienne d’Angleterre probablement en 1138. Le titre a été recréé neuf fois ensuite, toujours dans la pairie d’Angleterre.

[11] Dans l’Angleterre et l’Irlande médiévales, le Chief Justiciar (appelé plus tard Justiciar) occupait des fonctions semblables à celle du premier ministre du Royaume-Uni en tant que ministre en chef du roi.

[12] Le comté d’Antrim est un des six comtés qui forment l’Irlande du Nord. Il occupe le neuvième rang des comtés traditionnels irlandais pour ce qui est de la superficie et le deuxième rang pour la population après le comté de Dublin. C’est le comté le plus septentrional de la province d’Ulster.

[13] L’Abbaye de Dundrennan, à Dundrennan en Écosse, est un monastère cistercien de style roman, fondé en 1142 par des moines de l’Abbaye de Rievaulx soutenus par Fergus de Galloway et le roi David Ier d’Écosse (1124-1153).

[14] Galloway désigne aujourd’hui l’ancien comté de Wigtownshire (délimité par la côte à l’ouest, les collines de Galloway au nord, et le fleuve Cree à l’est) et la Stewartry of Kirkcudbright (qui s’étend du Nith au Cree, et est limité également par les collines de Galloway au Nord) dans le sud-ouest de l’Écosse, mais dont la taille a beaucoup varié au cours de l’Histoire.