Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Saint Antoine le Grand dit Antoine d’Égypte ou Antoine l’Ermite

Saint Antoine le Grand dit Antoine d’Égypte ou Antoine l’Ermite

dimanche 28 septembre 2014

Saint Antoine le Grand dit Antoine d’Égypte ou Antoine l’Ermite (vers 251-vers 356)

Il est considéré comme le fondateur de l’érémitisme [1] chrétien. Sa vie nous est connue par le récit qu’en a fait Athanase d’Alexandrie vers 360.

Né en Égypte à Côme [2] dans une famille assez riche d’agriculteurs égyptiens fervents chrétiens, il devient orphelin à 18 ans avec une sœur cadette à élever. Ayant des terres à cultiver, il prend l’Évangile à la lettre, à l’âge de 20 ans, il distribue tous ses biens aux pauvres, après avoir installé sa sœur selon ses vœux dans une communauté féminine comme « vierge consacrée », puis il commence sa vie d’anachorète dans un lieu isolé près d’un de ses champs.

Vêtu d’une haire en crin, il partage son temps entre la prière et le travail auprès de la cabane d’un vieil ascète qui l’initie à la vie érémitique. Il décide de renforcer sa retraite en partant vivre pendant 13 ans dans le désert, fondant la communauté des Kellia, vivant dans des huttes, des grottes ou de petits ermitages, il célèbre avec sa communauté le synaxe [3] avec son disciple Ammonas qui s’est précédemment installé à Nitrie [4].

L’afflux de nombreux disciples troublant son isolement, il part en 285 vivre en ermite à Pispir, en plein désert, dans un fortin romain abandonné sur la route de la mer Rouge, imitant les nombreux anachorètes qui vivaient dans la pauvreté et la chasteté aux alentours des bourgs. Là, à la manière du Christ, il subit les tentations du Diable. Mais, si pour le Christ cela ne dure que 40 jours, pour Antoine c’est beaucoup plus long et plus difficile, les démons s’attaquent à sa vie. Antoine résiste à tout et ne se laisse pas détourner par les visions enchanteresses qui se multiplient.

Peu à peu, Antoine le Grand a des disciples qui viennent suivre son enseignement. Ils vivent à proximité dans des grottes et l’écoutent prêcher, s’associent à lui pour prier. Au fil des ans, ils se regroupent en différents noyaux de disciples choisissant un plus ancien à leur tête et choisissant tous Antoine comme guide spirituel. Ils sont à l’ouest et à l’est du Nil. Hilarion de Gaza le sollicite en 307 pour obtenir des conseils sur la façon d’organiser un monastère dans l’actuelle région de Gaza, considéré comme l’un des premiers de la chrétienté.

En 312, Antoine s’éloigne davantage pour s’isoler. Il va en Thébaïde, sur le mont Qolzum [5]. Le Diable lui apparaît encore de temps en temps, mais ne le tourmente plus comme autrefois. Vénéré par de nombreux visiteurs, Antoine leur donne chaque fois des conseils de sagesse, les invitant à la prière plutôt qu’à la violence.

Les religieux ayant adopté le mode de vie solitaire de saint Antoine sont appelés anachorètes, s’opposant aux cénobites qui choisissent la vie en communautés monastiques.

Les reliques de saint Antoine l’Égyptien ont été ramenées de Terre sainte par un seigneur du Dauphiné Disdier Guigues accompagné par son beau-Frère Jocelin de Châteauneuf, en 1070. Elles sont déposées dans le village de La Motte aux Bois, qui deviendra Saint Antoine l’Abbaye [6].

Les Bénédictins commencent alors la construction d’une église et d’un hôpital destiné à soigner les victimes du Mal des Ardents. Au 13ème siècle, le pape confie les lieux aux chanoines de l’ordre de Saint-Antoine.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Antoine le Grand/ Portail des chrétiens d’Orient/ Philocalie des Pères neptiques/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 81

Notes

[1] L’ermite ou l’anachorète est une personne (le plus souvent un moine) qui a fait le choix d’une vie spirituelle dans la solitude et le recueillement. Les ermites étaient à l’origine appelés anachorètes, l’anachorétisme (ou érémitisme) étant l’opposé du cénobitisme. L’ermite partage le plus souvent sa vie entre la prière, la méditation, l’ascèse et le travail. Dans l’isolement volontaire, il est à la recherche ou à l’écoute de vérités supérieures ou de principes essentiels.

[2] aujourd’hui Qeman, Fayyoum

[3] le samedi

[4] Nitrie est un haut-lieu du monachisme orthodoxe en Egypte, à partir du 4ème siècle. Le site monastique de Nitrie a été fondé vers 325 par Amoun, contemporain d’Antoine le Grand. Peu après, vers 338, Amoun se voit obligé de fonder Kellia (Les Cellules) – à 18 km sud de Nitrie –, comme un skite en dépendance de Nitrie, un lieu plus tranquille et plus solitaire que le centre monastique de Nitrie, où la population monastique était dans un continuel accroissement.

[5] où se trouve aujourd’hui le monastère Saint-Antoine

[6] Implanté en Isère, aux portes de la Drôme, à mi-chemin de Grenoble et de Valence, le village médiéval est considéré comme un des joyaux incontournable du patrimoine rhônalpin.