Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Hélène d’Adiabène

dimanche 28 septembre 2014

Hélène d’Adiabène (25/15 av. jc- vers 56/58)

Reine de l’Adiabène [1]

Carte situant l'Adiabène, la Gordyène (ou Corduène)C’était vraisemblablement la première épouse de Monobaze 1er . Avec Monobaze, elle était la mère d’Izatès II et de Monobaze II. Le Talmud dit qu’elle avait sept fils. Hélène se convertit au judaïsme vers l’an 30 quasiment en même temps que son fils Izatès, mais de façon indépendante, puisqu’ils vivaient tous 2 dans des pays différents. La conversion d’Hélène peut avoir été obtenue par Juda ben Bathyra .

À la mort de son mari, Hélène eut à gérer une transition difficile au cours de laquelle elle parvint à ce que son fils Izatès bar Monobaze soit reconnu comme successeur légitime, tout en sauvant la vie de ses autres fils.

Le futur Izatès II était alors le seigneur de Carrhes [2] et vivait sur ces terres que son père lui avait données pour bien marquer sa volonté de voir Izatès lui succéder. Les grands du royaume d’Adiabène acceptèrent qu’Izatés succède à son père, mais demandèrent que ses autres frères soient exécutés. C’était en effet une pratique courante dans la région pour éviter les guerres pouvant résulter de conflits dynastiques entre frères.

Elle parvint à sauver la vie de ses autres fils en temporisant. Elle fut contrainte toutefois de mettre ses fils en prison comme ceux des autres épouses de Monobaze 1er, mais elle obtint que la mise à mort ne puisse être décidée que par Izatès II, lorsque celui-ci serait rentré. Elle obtint aussi de pouvoir établir provisoirement comme régent du royaume Monobaze bar Monobaze, son fils aîné.

À partir de l’accession d’Izatès II au trône, Hélène et ses fils semblent avoir passé une bonne partie de leur vie en Judée.

Flavius Josèphe mentionne qu’Hélène possédait un palais à Jérusalem. Il semble que la famille avait aussi un palais fortifié en Galilée dans le bourg de Migdal, près de Tarychée. Mais dans aucun des épisodes où la reine Hélène apparaît, Flavius Josèphe ne donne le détail des noms des fils et parents qui l’accompagnent. Le Talmud fait aussi référence à elle et à ses fils dans la ville de Lod [3], où la famille semble aussi avoir eu une résidence.

Les Juifs de Judée et de Galilée semblent avoir voué une certaine dévotion à Hélène, en dépit des aspects de sa personnalité, difficile à accepter pour un Juif du 1er siècle.

Hélène, aidée de ses fils, est célèbre pour sa générosité et le soutien qu’elle apporta en toutes circonstances au peuple juif de Judée et de Galilée. Lors d’une famine à Jérusalem alors que Tiberius Julius Alexander était procurateur de Judée, donc vers 46-48, elle envoya des navires pour chercher du blé ou d’autres céréales à Alexandrie et chercher des figues sèches à Chypre et les fit distribuer aux victimes de la famine.

Le Talmud parle aussi d’importants cadeaux dont la reine a fait don au Temple de Jérusalem. Elle a également fait don d’une plaque d’or sur laquelle était écrit le passage du Pentateuque [4] que le grand prêtre doit lire quand une femme soupçonnée d’infidélité a été introduite devant lui. D’autres dons au Temple de Jérusalem sont attribués à son fils Monobaze.

Hélène est morte dans son territoire d’Adiabène peu après Izatès. Son corps a été ramené à Jérusalem où elle est enterrée dans la tombe pyramidale qu’elle avait construite sa vie durant, à trois stades au nord de Jérusalem.

À sa mort son titre était reine Tzada, comme l’atteste l’inscription figurant sur son sarcophage.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Hélène d’Adiabène/ Portail Israël antique et Juifs dans l’Antiquité/ Personnalité juive de l’époque romaine

Notes

[1] un royaume correspondant à peu près aux frontières des territoires kurdes aujourd’hui.

[2] au Sud d’Édesse

[3] Lydda

[4] Torah