Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 3ème siècle > Martial de Limoges ou saint Martial

Martial de Limoges ou saint Martial

dimanche 25 mai 2014

Martial de Limoges ou saint Martial

Évêque de Limoges

Fondateur de l’Église d’Aquitaine, il est le saint patron éponyme de multiples villes, villages et lieux de cultes catholiques, dont le plus renommé est l’abbaye Saint-Martial de Limoges [1].

Invoqué à Limoges à l’occasion du mal des ardents durant les ostensions de l’an 994, Martial obtient l’apostolicité par l’action du prédicateur Adémar de Chabannes, lors des conciles de Limoges de 1029 et 1031 [2].

Placé au rang des apôtres par Jean XIX , saint Martial draine un courant de pèlerinages fructueux pour l’abbaye Saint-Martial de Limoges et la ville. Il reste vénéré comme apôtre jusqu’en 1850 dans la liturgie de l’Église limousine. Dénoncée dès le 17ème siècle, cette apostolicité construite et plaidée par Adémar de Chabannes, maintenue par la sacrée congrégation des rites et confirmée par décret du 18 mai 1845 de Pie IX est abandonnée par l’Église catholique au début du 20ème siècle. Son culte reste aussi très populaire en Limousin.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Martial de Limoges/ Portail du Limousin/ Évêque de Limoges

Notes

[1] L’abbaye Saint-Martial est un important foyer de l’art, de la science et de la technologie qui rayonne, au Moyen Âge, sur l’ensemble du monde médio-latin. Située à Limoges, en Limousin, dans le département de la Haute-Vienne, elle naît en 848, sur ordre de Charles Le Chauve, de la transformation d’un chapitre de chanoines des servant le tombeau de saint Martial de Limoges en un établissement bénédictin Les chanoines de Saint-Martial, vivent sous le règne de Chrodegang, puis adoptent la règle de saint Benoît en 877. En 1063, ils adoptent la réforme clunisienne.

[2] Concile où il fut décidé que saint Martial devait être considéré comme apôtre. Cette décision fut confirmée en 1031 par un concile, qui s’occupa en outre de la trêve de Dieu et prononça une terrible excommunication contre ceux qui troubleraient la paix.