Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Louis de Caix d’Hervelois

vendredi 14 mai 2021 (Date de rédaction antérieure : 25 janvier 2014).

Louis de Caix d’Hervelois (1680-1760)

Compositeur baroque-Violiste français

Portrait présumé de Louis de Caix d'Hervelois et sa fille Marie-Anne (collection privée).

Né à Amiens [1], bien qu’il fut l’un des principaux joueurs français de viole de gambe [2] de son époque, peu est connu de ses origines ou de sa vie. Comme bon nombre de ses contemporains, ce sont finalement les éditions de ses œuvres qui nous apporteront les maigres éléments chronologiques permettant d’affiner le déroulement de sa vie.

On sait, par l’édition de son second Livre de pièces de viole, que le jeune Louis XV lui accorda en novembre 1719 la permission “de faire imprimer et graver et donner au public divers ouvrages de Musique, tant Vocale qu’instrumentale, et pour la basse de Viole à deux, ou plusieurs parties”, et ce pour 9 années consécutives. Visiblement, Caix d’Hervelois ne fit renouveler ce privilège pour 6 ans qu’en juillet 1731 à l’occasion de sa 3ème œuvre.

Il fut sans doute élève de Marin Marais . Il est connu principalement pour 8 collections éditées de morceaux, et publia 4 volumes de pièces de viole entre 1725 et 1752 et 2 volumes de pièces pour la flûte.

On perd ensuite la trace de nouveaux privilèges malgré la publication du Quatrième Livre en 1740 puis du Cinquième en 1748. Il poursuivit néanmoins sa production en 1751 et 1753 avec 2 recueils.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Louis de Caix d’Hervelois/ Portail de la musique classique/ Compositeur français de la période baroque

Notes

[1] Amiens est la préfecture du département de la Somme. Capitale historique de la Picardie. De la fin du 14ème siècle au milieu du 15ème siècle, l’économie amiénoise est en difficulté. La guerre entre la France et l’Angleterre met à mal les échanges commerciaux fructueux entre Amiens et les villes d’outre-Manche ; le renforcement des remparts grève les finances et la concurrence de la draperie étrangère provoquent un déclin du commerce. En 1435, par le traité d’Arras, la ville est cédée à la Bourgogne avant de retourner à la couronne en 1477 sur la volonté de Louis XI. Le souverain réaffirme alors les libertés communales d’Amiens et lui accorde la devise qu’elle conserve toujours : Liliis tenaci vimine jungor (Un lien puissant m’unit au lys). Dans le dernier tiers du 15ème siècle, Amiens trouve un nouvel élan économique grâce à la sayetterie, une draperie légère. Les marchands amiénois développent un important négoce de tissus avec l’Artois et le Hainaut. Les laines viennent de toute la Picardie et les étoffes se débitent au Portugal, en Suisse, en Italie jusqu’aux Antilles. Le roi autorise deux foires annuelles dans la ville, de sorte que non seulement elle s’accroisse mais également que n’augmente pas la fuite des devises du royaume vers Anvers et Bruges

[2] La viole de gambe, ou viole, est un instrument de musique à cordes et à frettes joué à l’aide d’un archet. La famille des violes, qui a dominé la vie musicale européenne dès le 15ème siècle, se distingue de celle des violons principalement par le nombre des cordes (six et non quatre, en boyau), la présence de frettes qui divisent la touche comme sur le luth ou la guitare, la tenue de l’instrument sur ou entre les genoux et la tenue de l’archet, qui permet de modifier la tension des crins.