Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Narseh ou Narses

vendredi 27 septembre 2013

Narseh ou Narses

Empereur de Perse de 293 à 302

Narseh ou Narses Empereur de Perse de 293 à 302

Fils de Shapur 1er, il apparaît ensuite après comme roi vassal d’Arménie de 273 à 279/280 puis d’Arménie orientale de 279/280 à 293.

Il accède au trône de Grand-roi en s’opposant à son petit-neveu Vahram III en 293 et devient bientôt le seul empereur.

Narseh attaque l’Empire romain, mais après, dans un premier temps, avoir battu l’empereur Galère près de Callinicum [1] sur l’Euphrate en 296, il est complètement défait en Mésopotamie en 297 par ce même Galère qui capture ses épouses, ses enfants et ses trésors.

Narseh lui envoie en ambassade pour solliciter la paix un certain Apharbann qui est très mal reçu et qui lui reproche le traitement indigne infligé à Valérien prisonnier. Galère et Dioclétien se concertent ensuite à Nisibis [2] et se mettent d’accord pour envoyer à leur tour comme ambassadeur Sicorius Probus, maître du bureau des archives.

Narseh l’accueille avec bienveillance mais tente de tergiverser devant les exigences romaines. Il est finalement forcé à conclure un traité de paix à Nisibis, par lequel cinq provinces de la rive gauche du cours supérieur du Tigre sont cédées aux Romains. le Tigre marquant désormais la limite des 2 empires. La forteresse de Zirtha aux confins de la Médie [3] est la limite du royaume d’Arménie qui, comme le royaume d’Ibérie [4], reconnaît la suzeraineté de Rome. Nisibis, ville située sur le Tigre, sert enfin de lieu d’échanges commerciaux.

Cette paix, conclue en 298/299, dure près de 40 ans, jusqu’en 337. Après un règne de 7 ans et 5 mois, Narseh laisse en 302 le trône à son fils Hormizd II. Il semble qu’il soit mort peu après. Il avait épousé une noble persane, Sapor-Doukhtak .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Portail de l’Iran/ Empire sassanide

Notes

[1] Racca, Rakka, Raqqa(h), ar-Raqqa ou ar-Raqqah selon les ouvrages, est une ville du centre de la Syrie sur les rives de l’Euphrate en aval du Lac el-Assad, à environ 160 km à l’est d’Alep. C’est la capitale de la région homonyme. La ville fut fondée par Alexandre le Grand, sous le nom de Nicephorium, en souvenir d’une de ses victoires, et fit partie de l’Osroène. Elle s’est nommée ensuite successivement Callinicum, Constantinopolis, Léontopolis.

[2] Nusaybin Nisibe ou encore Nisibis, est une ville du sud-est de la Turquie située dans la province de Mardin, à la frontière turco syrienne. Elle est un haut lieu de l’histoire du christianisme de langue syriaque. C’est l’ancienne Antioche de Mygdonie. En 298 un accord de paix y est conclu entre l’Empire romain et les Sassanides à la suite de la victoire l’année précédente de Galère sur le « Grand Roi » Narseh.

[3] À l’époque hellénistique, la Médie tombe sous le contrôle des Grecs, et est incluse après les conflits opposant les Diadoques dans les territoires contrôlés par les Séleucides, après avoir été un temps dominée par Antigone le Borgne. L’ancien général Atropatès qui dirigeait le contingent mède de l’armée perse à la bataille de Gaugamèles, se rallie par la suite à Alexandre le Grand et devient satrape du nord de la Médie, qui devient la Médie Atropatène, futur Azerbaïdjan, qu’il parvient à rendre autonome du pouvoir séleucide. La capitale de ce royaume se trouvait à Gazaca. Après plusieurs décennies d’indépendance, le roi Artabanzanes doit conclure un traité de vassalité avec Antiochos III en 220 av.jc. Cette région reste peu hellénisée, à la différence du sud de la Médie, centré autour d’Ecbatane. Plusieurs villes nouvelles y sont fondées par les souverains séleucides, et l’ancienne Rhaga est renommée Europa. Un satrape local, Molon, se révolte en 220 contre Antiochos III, qui le défait. Entre 163 et 160, c’est un autre satrape de Médie, Timarque, qui se révolte contre Démétrios 1er Sôter, et réussit à prendre le pouvoir en Babylonie, avant d’être finalement soumis. Les révoltes qui secouent le royaume séleucide vers 150 profitent au roi parthe Mithridate 1er qui prend alors la Médie, ainsi que l’Atropatène. Après plusieurs décennies de luttes, le pouvoir des Arsacides est finalement assuré en Médie, en dépit des attaques des nomades orientaux, Scythes ou Tokhariens. La région est réorganisée administrativement, et la ville de Rhaga/Europa est renommée Arsacia.

[4] L’Ibérie, aussi connue sous le nom d’Ivérie, est le nom donné par les Grecs et les Romains à l’ancien royaume de Karthlie et correspondant approximativement aux parties méridionale et orientale de l’actuelle République de Géorgie. Les Ibères du Caucase forment une base pour le futur État géorgien et, en même temps que les Colches de Colchide, le noyau de la population géorgienne actuelle. La région n’était, jadis, habitée que par quelques tribus qui faisaient partie du peuple appelé « Ibères ».