Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 3ème siècle > Gaius Ceionius Rufius Volusianus

Gaius Ceionius Rufius Volusianus

mardi 3 août 2021 (Date de rédaction antérieure : 20 juillet 2013).

Gaius Ceionius Rufius Volusianus (246-330)

Sénateur romain-Consul à deux reprises, d’abord en l’an 311, et à nouveau en 314

emblème consul En 282, il fut nommé par l’empereur Carin au poste de proconsul [1] sur le centre et le sud de l’Italie . Il a occupé ce poste jusqu’en 290.

De 305 à 306, il est nommé proconsul gouverneur de l’Afrique [2]. Lorsque l’usurpateur romain Maxence fut reconnu comme empereur en Afrique, il s’attacha à sa cour. Aux environs de 309, Volusianus fut fait préfet du prétoire [3] par Maxence, poste qu’il occupa jusqu’en 310. Il fut envoyé par Maxence pour récupérer la province d’Afrique qui s’était rebellé et avait acclamé Domitius Alexander comme empereur, causant de graves pénuries alimentaires à Rome. Il passa en Afrique avec une petite armée et vainquit les rebelles mal armés. Ses troupes firent des ravages dans Carthage [4] et d’autres villes africaines. il piégea Alexander dans Cirta [5], qui fut capturé et étranglé et ses partisans furent tués. Après avoir récupéré la province, Volusianus revint à Rome.

Comme une récompense pour son service en Afrique du Nord, du 28 Octobre 310 à 28 Octobre 311, il fut fait préfet de Rome [6]. De Septembre 311 jusqu’à la fin de l’année, il fut le consul de Maxence aux côtés de Aradius Rufinus .

Avec la défaite et la mort de Maxence et la prise de l’empire par Constantin 1er en 312, il transféra sa loyauté envers le nouvel empereur. Il fut reconnu comme un Comiti domini nostri Constantini invicti et perpetui semper Augusti* ( [7]), faisant de lui l’un des nombreux sénateurs qui servirent sous Maxence et Constantin.

Volusianus a de nouveau été nommé préfet de Rome du 8 Décembre 313 jusqu’au 20 Août 315. Pendant cette période, il a également été coiffés iudex sacrarum cognitionum [8]. Ceci a été suivi par sa nomination comme consul aux côtés de Pétrone Annianus en 314.

En signe de gratitude pour ces nominations, il érigea une statue de Constantin dans le Forum de Trajan [9], dédiée au r“estaurateur de la race humaine, agrandisseur de l’empire romain, et fondateur de la sécurité éternelle.”

Cependant, à la fin de 315, il fut démis de ses fonctions et exilé par décret du Sénat.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Gaius Caeionius Rufius Volusianus/ Traduction par mes soins

Notes

[1] La fonction de proconsul dans la Rome antique correspond à la notion actuelle de gouverneur. Étymologiquement, ce terme vient du préfixe latin pro, à la place de, et consul. Le premier cas de proconsulat historiquement cité par Denys d’Halicarnasse date de 464 av. jc, lorsque Titus Quinctius Capitolinus Barbatus reçut le pouvoir de diriger une armée (imperium) pour aller au secours d’un consul assiégé. Il s’agit alors d’une solution improvisée sous la pression des événements. La fonction réapparaît avec l’agrandissement de la République romaine au 4ème siècle av. jc, lorsqu’un consul doit finir une campagne militaire ou doit gouverner un territoire au-delà de la durée normale de son mandat de consul (un an). Son pouvoir (imperium consulaire) est alors prolongé, en général pour une durée d’un an et toujours sur un territoire précis, le plus souvent une province. Le terme « proconsul » tient au fait que son titulaire exerçait un pouvoir consulaire ; cependant, tous les proconsuls n’étaient pas forcément d’anciens consuls.

[2] L’Afrique ou Afrique proconsulaire, est une ancienne province romaine qui correspond à l’actuelle Nord et sud Est Tunisien, plus une partie de l’Algérie et de la Libye actuelle. La province d’Afrique est créée en 146 av. jc, après la destruction de Carthage, au terme de la 3ème guerre punique ; ayant Utique pour capitale, elle est séparée du royaume de Numidie par une ligne de démarcation, la fossa regia. En 46 av. jc, Rome annexe la Numidie avec le nom de « nouvelle province d’Afrique » (Africa Nova) pour la distinguer de la première (Africa Vetus). Vers 40-39 av. jc, les deux provinces sont réunies dans la province dite d’Afrique proconsulaire ; ayant Carthage pour capitale, elle s’étend, d’ouest en est, de l’embouchure de l’Ampsaga (auj. l’Oued-el-Kebir, en Algérie) au promontoire de l’Autel des frères Philènes (auj. Ras el-Ali, en Libye). En 303, celle-ci est divisée par Dioclétien en trois provinces : la Tripolitaine, la Byzacène et l’Afrique proconsulaire résiduelle, aussi appelée Zeugitane.

[3] Le préfet du prétoire (præfectus prætorio) est l’officier commandant la garde prétorienne à Rome, sous le Haut-Empire, et un haut fonctionnaire à la tête d’un groupe de provinces, la préfecture du prétoire, dans l’Antiquité tardive.

[4] Carthage est une ville tunisienne située au nord-est de la capitale Tunis. L’ancienne cité punique, détruite puis reconstruite par les Romains qui en font la capitale de la province d’Afrique proconsulaire, est aujourd’hui l’une des municipalités les plus huppées du Grand Tunis, résidence officielle du président de la République, regroupant de nombreuses résidences d’ambassadeurs ou de richissimes fortunes tunisiennes et expatriées. La ville possède encore de nombreux sites archéologiques, romains pour la plupart avec quelques éléments puniques,

[5] Cirta fut capitale du royaume de Numidie, puis romaine pour laisser place à la ville actuelle de Constantine. Cirta au temps de Massinissa prend une importance stratégique de par sa position géographique.

[6] Le préfet de Rome ou préfet de la Ville est une magistrature romaine non collégiale et non élective, chargée de gouverner la ville. Si les historiens romains mentionnent durant la monarchie romaine et la République archaïque une délégation temporaire et épisodique pour défendre la ville en l’absence des titulaires du pouvoir, la préfecture de Rome n’est une magistrature réelle que sous l’Empire.

[7] compagnon de l’empereur Constantin

[8] ce qui signifie qu’il a présidé des procès judiciaires au nom de l’empereur

[9] Le forum de Trajan, à Rome, est le dernier des forums impériaux. Il est situé actuellement dans le rione de Monti. Après la célébration de son triomphe sur les Daces en 105, voulant perpétuer le souvenir de sa victoire, l’empereur Trajan décida de bâtir un forum qui, par sa grandeur et sa richesse, devait surpasser tous les autres forums de la Ville. Le forum a été conçu et construit sous la direction de l’architecte Apollodore de Damas de 106 à 113, année de son inauguration.