Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jean Gilles dit de Tarascon

mercredi 29 décembre 2021, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 10 janvier 2013).

Jean Gilles dit de Tarascon (1668-1705)

Compositeur

Jean Gilles dit de Tarascon Compositeur

Né à Tarascon Gilles est d’abord enfant de chœur à la cathédrale d’Aix-en-Provence sous la direction de Guillaume Poitevin auquel il succède, en 1693, comme maître de chapelle à la cathédrale Saint-Sauveur, il quitte Aix pour à Agde en 1695 où il remplit les fonctions de maître de chapelle à la cathédrale. En 1697, grâce à l’appui de Monseigneur de Bertier, évêque de Rieux il est nommé maître de chapelle à la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse. Lors de son séjour dans cette ville, il compose sa Messe de Requiem et demande par testament au chapitre de la faire chanter à ses funérailles, pour le repos de son âme.

Cette dernière œuvre avait été commandée par 2 fils d’un capitoul de Toulouse pour leur père défunt.

Lorsque le Requiem fut terminé, plusieurs mois après le décès de leur père, les 2 fils n’étaient plus si empressés de payer le compositeur. Celui-ci, furieux, décida de ne pas le faire jouer et qu’on ne l’entendrait que lors de ses propres funérailles.

Il meurt prématurément à Avignon. Selon sa volonté, la Messe de Requiem est exécutée pour la première fois, lors de ses obsèques, sous la direction de son ami André Campra , qui va contribuer à la faire connaître.

À sa mort, il laisse une œuvre de qualité qui a conquis, depuis longtemps, tout le midi de la France. Il semble qu’il n’ait écrit que de la musique religieuse.

Sa musique est inspirée de son compatriote contemporain André Campra comme la plupart des musiciens d’alors.

Très célèbre durant tout le 18ème siècle, la Messe est notamment exécutée aux obsèques de Jean-Philippe Rameau en 1764 par 180 musiciens « symphonistes et chanteurs », appartenant à l’Académie royale de musique, à la Musique du roi et à diverses églises et pour le service funèbre de Louis XV en 1774, par les musiciens ordinaires de la Chapelle du roi.

Outre la Messe de Requiem, on conserve de Jean Gilles les manuscrits de 5 Motets à grand chœur et symphonie, 10 Motets pour voix seule et 3 Psaumes.

GIF - 3.5 ko

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Nicole LACHARTRE/ universalis /encyclopedie