Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Le 15ème siècle en France

Le 15ème siècle en France

mardi 27 novembre 2012

Le 15ème siècle en France

En ce début du 15ème siècle, l’État français n’est plus. La France est “anglaise”. Depuis le traité de Troyes signé le 21 mai 1420 qui a suivi le désastre d’Azincourt où la chevalerie française s’est enlisée dans la boue “jusque au gros des jambes”, et littéralement étouffée elle-même sous le poids de ses armures. Une hécatombe dans les rangs de la noblesse du royaume. Selon les clauses du traité, Charles VI renie et déshérite son fils le dauphin Charles et reconnaît le roi d’Angleterre Henri V comme héritier du royaume de France. A la mort de ce dernier en 1422, son fils Henri VI lui succède. C’est un bébé de 6 mois. Son oncle le duc de Bedford exerce en son nom la régence en France.

Quelle France ? En fait il en existe trois. La France “anglaise” : elle comprend la Normandie, la Guyenne et une partie des régions situées au nord de la Loire. La France du “royaume de Bourges” : en gros la moitié méridionale du pays dans laquelle s’est réfugié le dauphin Charles avec des partisans fidèles, qui l’ont reconnu roi après le décès de son père. Enfin la France de “l’État bourguignon” : donné en apanage au duc de Bourgogne. Ce vaste territoire s’est agrandi de l’Artois, de la Flandre, du Brabant et des Pays-Bas. De Philippe III le Hardi à Jean sans Peur et au dernier duc Philippe le Bon, tous ont contribué à consolider leur puissance en faisant de leur apanage un véritable État indépendant. Restée à l’écart des opérations militaires, la France bourguignonne est la plus riche et, malgré les malheurs des temps, la cour des ducs brille par son faste et sa magnificence.

Qui gouverne la France ? Le régent anglais le duc de Bedford ? Le petit roi de Bourges ? Le duc de Bourgogne Philippe le Bon ? Cette situation politique extrêmement confuse ajoute encore à l’état pitoyable de la France.

Mais les difficultés ne datent pas d’hier. Elles sont le résultat de plusieurs facteurs conjugués : la crise dynastique, les ravages des épidémies et de la guerre, le marasme économique qui en est la conséquence. Depuis Hugues Capet, la belle continuité monarchique a été brisée. Quand le dernier roi capétien meurt sans laisser d’héritier mâle, les évêques et les barons du royaume sont alors contraints d’élire un neveu du souverain, Philippe VI de Valois. Avec lui naissait une nouvelle dynastie. Mais ce changement ne fait pas l’adhésion de tous. En France, il sert de prétexte aux prétendants évincés pour se rebeller, pour former des partis hostiles, pour faire de leurs apanages des états dans l’État, bafouant ainsi l’autorité royale. En Angleterre, le roi qui se considère également comme un prétendant possible au trône, entre en conflit avec le nouveau roi de France. C’est le début de la guerre de Cent Ans ou plus exactement de cent ans d’hostilités entre les deux royaumes. Cette longue période de conflits intermittents (en moyenne une année de guerre sur cinq), coupée de trêves et de négociations est cependant désastreuse pour le pays. Bien que n’affectant que quelques cantons successivement, la guerre est profonde et destructrice. Les campagnes sont dévastées, soit par le pillage des troupes anglaises qui vivent dans le pays, soit par les destructions tactiques des Français qui visent à priver l’ennemi de ravitaillement. De plus la guerre a changé dans ses techniques et dans la mentalité des guerriers. Les armes à poudre sont de plus en plus employées, et l’artillerie seconde les toujours redoutables archers et les nouveaux arbalétriers. Pour s’en protéger, les chevaliers endossent une armure complète, exagérément lourde (de 20 à 60 kg) qui les entrave et rend le combat à cheval quasiment impraticable. La chevalerie anglaise s’adapte mieux. Elle a introduit la lutte au sol avec des armes courtes, des poignards qui se glissent facilement dans les jointures des armures. A l’inverse des chevaliers français qui dédaignent leur aide, les Anglais s’entourent d’archers montés, donc très mobiles. Tactique qui va leur apporter une supériorité décisive et tous les succès militaires.

Nouveaux moyens, nouvel esprit. Les guerriers sont désormais des spécialistes qui traitent la guerre en hommes de métier et non plus comme une joute réglée par un code de courtoisie et des gestes “chevaleresques”. Rares sont les batailles rangées où deux blocs s’affrontent toutes lances dehors. La guerre est faite d’embuscades, d’escarmouches, de chevauchées rapides. La ruse et la surprise priment. L’ennemi est harcelé par des petites bandes bien armées et d’une grande mobilité.

Ce sont exclusivement des entrepreneurs de combats. Le roi traite avec ses mercenaires, aventuriers de toutes origines (Allemands, Bretons, Comtois, Basques, Espagnols etc.). Moyennant une rémunération substantielle, ces capitaines, issus pour la plupart de la noblesse, mettent à la disposition du roi leurs “compagnies ou routes”, d’où leur nom de “routiers”. Le groupe d’une quinzaine ou trentaine d’hommes au plus est fortement solidaire sous l’autorité du chef. Mais quand viennent les trêves les compagnies se dissolvent. Dès lors les hommes astreints au chômage pillent, attaquent les caravanes, exigent tribut aux villes en échange de leur “ protection ”. Mais ceux que les citadins et les villageois appellent les “écorcheurs” ou “retordeurs” grossiront bientôt les rangs des compagnons de Jeanne d’Arc.

Jamais terminée malgré les trêves, la guerre est coûteuse, dévoreuse de monnaie, ruineuse pour le trésor royal. Où trouver de nouvelles ressources pour la financer ? Le temps féodal n’est plus où l’on pouvait lever une armée sans la payer, où nobles vassaux et simples soldats devaient aide au souverain. Les soldats comme les routiers ont désormais une solde. La gabelle (taxe sur le sel), la taille (impôt sur chaque feu c’est à dire sur chaque famille paysanne) ne suffisent plus. Des levées “extraordinaires”, les maltôtes, constituent des ponctions supplémentaires dans l’épargne privée des bourgeois ou dans celle des paysans. Le coût insupportable de la guerre frappe également la noblesse qui doit réunir l’argent de rançons énormes pour délivrer un seigneur prisonnier. Elle n’en a souvent plus les moyens et le combattant captif peut rester des années aux mains de l’ennemi. Par dizaines des lignages se sont ainsi éteints. Par domaines entiers les terres ont été laissées à un abandon forcé. Poussés par la guerre, les paysans se sont enfuis à l’abri des murailles des cités. Car à moins d’une ruse ou d’une trahison, la ville fortifiée demeure imprenable. Le siège, interminable pour les deux parties, est souvent abandonné. Mais les terres environnantes gardent longtemps les empreintes des exactions ennemies. Après le passage des hommes en armes, la campagne ressemble à un désert. Les bâtiments de ferme sont brûlés, les récoltes saccagées, les outils volés, les vignes, fours et moulins anéantis pour longtemps. Pour les paysans c’est le début de l’exode. En quête de sécurité ou de conditions de vie moins misérables, ils abandonnent derrière eux la terre laissée en friche, qui retourne vite à la forêt, au taillis ou en “ épines ”.

Pour les contemporains de Charles VII le bon temps était l’époque où tous avaient toujours de quoi manger. Ce temps est révolu. Mais l’occupant anglais et la guerre n’en sont pas les seuls responsables. Après un formidable essor, la France comme toute l’Europe subit une crise massive.

Recul des espaces cultivés, mais aussi stagnation des rendements, pas d’amélioration dans l’outillage, régression de la production vivrière. Avant les méfaits de la guerre, c’était déjà le déclin des campagnes et leur dépeuplement : la courbe démographique a chuté. Les intempéries répétées et les famines qui s’ensuivent en sont les causes premières. Durant des décennies la hantise de la faim va obséder le paysan comme l’homme de la ville. Cependant le fléau majeur reste la Peste noire. Apparue au milieu du 14ème siècle, se prolongeant par poussées intermittentes au 15ème siècle, la peste a traversé la France du sud au nord. Souffrant d’une sous-alimentation chronique, la population résiste mal aux chocs de l’épidémie.

Selon les régions, le quart, le tiers, la moitié, parfois 80 % de la population disparaît. De 1330 à 1450, le pays passe de 20 millions à 10 millions d’habitants ! Le mal a gagné partout en dépit des cordons sanitaires aux portes des villes, des feux d’herbes aromatiques dites “désinfectantes de l’air”, des pénitences collectives, des processions de flagellants, du massacre des Juifs rendus responsables de la calamité ou des recherches nombreuses de la Faculté de médecine. La mort qui fauche pareillement chevaliers ou vilains, pauvres ou riches, faibles ou forts, hante toute la population. La religion constitue un recours et devient plus individuelle. On appelle au repentir. Des prêcheurs haranguent les foules des villes. Pour leur édification on multiplie la représentation des Passions, des Mystères à grand renfort de machineries et de figurants. L’image de la mort est partout, dans les livres ou ornant tombeaux. On se prépare à la mort en pratiquant une religion plus profonde, moins tournée vers la contemplation de Dieu que fondée sur l’idée du péché et de la crainte de l’Enfer.

Aux malheurs des temps s’ajoute l’effondrement économique. L’économie d’échanges n’est plus regroupée autour de l’axe routier Flandre Italie. Traversant les pays français, cet axe avait fait leur étonnante prospérité aux siècles précédents. Jadis carrefour commercial, la France se situe maintenant un peu à l’écart, dans une Europe qui a créé de nouveaux foyers économiques et des itinéraires marchands par mer, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Italie ou en Espagne. Bruges, Gand, Anvers, Gènes, Barcelone, Londres ont remplacé les foires grouillantes de marchandises de la Champagne et de la Brie. La pénurie du numéraire, les désordres monétaires, l’abaissement très net du pouvoir d’achat du haut clergé comme des seigneurs ruraux, expliquent la paralysie de l’activité commerciale autant que les déplacements des grands circuits marchands. Comme celle des campagnes, l’activité urbaine a beaucoup décliné. Ruines, maisons branlantes, quartiers désertés attestent de l’appauvrissement général. Comme en milieu rural, le nombre des habitants a parfois diminué de moitié (de 40 000 à 20 000 à Toulouse).

Les associations de métiers se durcissent et se sclérosent. Comparé à son confrère italien, le marchand des cités provinciales paraît singulièrement retardataire. Il vend un peu de tout (produits de première nécessité) sans pouvoir se spécialiser. En temps de disette, il est essentiellement pourvoyeur de grain. Symptôme des temps difficiles, la grande industrie drapière elle-même entre en décadence. Arras résiste cependant grâce à la fabrication nouvelle de la tapisserie de haute lisse, très à la mode dans les demeures nobles. Car le marasme n’est pas absolument général. En dépit du commun fléchissement de la fortune, quelques hommes s’enrichissent. Des entrepreneurs de guerre placent leurs immenses profits dans des seigneuries foncières. Des familiers du prince ou du souverain, directement branchés sur la fiscalité, font de prodigieuses ascensions. Tel Jacques Cœur, fils d’un pelletier de Bourges devenant l’homme le plus riche du royaume, maître des monnaies, grand argentier de Charles VII et anobli par lui. Il construit en moins de dix ans, son hôtel particulier à Bourges qui a coûté la somme folle pour l’époque de 100 000 écus d’or.

Quelques îlots exceptionnels de prospérité subsistent donc dans un pays politiquement cloisonné. Ainsi par exemple les capitales politiques comme Bourges mais aussi Paris ou Dijon. Les villes où résident les cours royales ou princières sont devenues des places de commerce ou d’argent. Là converge tout l’or des impôts. Levées sous prétexte de guerre, des sommes fabuleuses sont dépensées dans le luxe et les fêtes par les princes. La cour de Bourgogne est la plus brillante. Son palais de Dijon et ses châteaux de campagne regorgent d’objets et d’œuvres d’art commandés aux Pays-Bas ou en Italie. On fait appel aux meilleurs compositeurs pour élaborer un nouveau style musical ; on charge les plus habiles artistes d’éclairer de vitraux des chapelles privées. Les tombeaux des ducs de Bourgogne, avec à leurs pieds un cortège sculpté des princes du sang et des grands vassaux, ont vite fait école hors du duché. Moins fastueuse la cour de Charles VII à Bourges, va néanmoins retrouver tout son éclat à Paris, après qu’une petite paysanne sera entrée en scène, triomphera de l’Anglais et permettra le sacre du roi à Reims, le 17 juillet 1429. La France a de nouveau un vrai souverain, oint du Seigneur. En le sortant de son “ exil ”, Jeanne d’Arc semble avoir insufflé au roi l’énergie de se battre, et redonné aux Français la force de relever la tête. Ceux qui vivaient encore dans les territoires occupés ont compris que les Anglais “ne recherchaient qu’à les accabler et à les faire périr sous le poids des misères”.

Le sursaut est général, enflammé par le revirement de la fortune des armes. Les soulèvements se multiplient, villes et places fortes tombent successivement aux mains des Français. Sagement conseillé, totalement transformé par ses succès, Charles VII se réconcilie avec le duc de Bourgogne qui reconnaît enfin sa légitimité. Grâce à la réorganisation complète de l’armée et son institution en corps permanent, l’Île-de-France est reconquise. Paris est libéré, puis en quelques années toute la Normandie et la Guyenne. La France en a fini avec la présence anglaise et la guerre de Cent Ans. Dès lors elle peut reprendre haleine, se reconstruire. C’est ce à quoi toute la nation s’emploie durant les vingt dernières années du règne de Charles VII. Le roi est le principal acteur de cette rénovation.

Secondé par des conseillers énergiques, nobles et bourgeois, il restaure l’autorité royale en mettant fin aux intrigues de cour et aux derniers États princiers. Mais ce triomphe de la royauté ne peut être durable que par l’union de toutes les régions au domaine de la couronne. Par confiscations, par la diplomatie, la rigueur ou par héritage, le domaine finira par s’élargir au-delà des limites du royaume. Bien administrer ce vaste territoire exige des réformes. Les “gens du roi” (agents de justice, sergents d’arme et de police, auxiliaires de tous rangs, clercs et laïcs) ont considérablement gonflé l’appareil administratif. C’est une lourde machine mais capable de fonctionner par elle-même, de gouverner efficacement avec son Parlement, sa Chancellerie, sa Chambre des comptes. Voulue par le souverain, la puissance publique se met en place de façon progressive mais profonde.

L’ordre est rétabli dans la justice. Nomination des magistrats, exercice de leurs fonctions, règles de procédures sont fixées. La rédaction du droit coutumier, jusqu’alors oral, est inaugurée. En province, des villes comme Grenoble, Toulouse, Bordeaux, Perpignan sont dotés d’un Parlement. Des assemblées d’état répartissent les taxes. A force d’être sans cesse renouvelés pour l’effort de guerre, les impôts “extraordinaires” sont devenus réguliers. Sans violence, presque subrepticement, une transformation essentielle s’est produite dans la fiscalité : la monarchie a instauré un système d’imposition permanent qui remplit régulièrement les caisses de l’État. Pour faciliter la perception des impôts, on crée un corps de fonctionnaires spécialisés : généraux des finances et receveurs. Priorité est donnée aux campagnes. Toutes initiatives individuelles pour repeupler et remettre en culture les terres sont fortement encouragées. Des ordonnances royales favorisent la renaissance de l’activité économique : exemption d’impôt pour les paysans revenus cultiver les terrains en friches.

Le roi offre également des primes à tous ceux qui débarrasseraient les campagnes et les abords des villes des hordes de loups, qui menacent jusqu’aux portes de Paris. Dans les champs, dans les vignes, dans les bois on travaille avec une ardeur redoublée. Les progrès de l’agriculture commencent à porter leurs fruits. Des villages nouveaux surgissent. Les cités se relèvent de leurs ruines. On constate une sensible reprise industrielle. Les fabrications se raniment, des industries nouvelles se développent. Jean Gobelin pratique à Paris la teinture de tapisseries auxquelles il a légué son nom. L’imprimerie est introduite à Lyon et dans la capitale. Les gisements de plomb argentifère sont relancés. Le système monétaire est enfin assaini. L’unité de la langue devient un élément de l’unité française. De la Bretagne aux pays occitans, le français est langue officielle.

Il se substitue partout au latin dans les actes de Chancellerie et tous les actes publics dans les parlements régionaux.

Un véritable élan créateur prend son départ vers 1440. Né du gothique, l’art flamboyant transfigure le décor architectural. En même temps est née la grande peinture. Aux enluminures des livres, les amateurs préfèrent maintenant le tableau peint sur panneaux de bois. Il connaît son épanouissement dans l’œuvre de Jean Fouquet, peintre du roi et de quelques grands personnages du royaume tel le Chancelier de France Guillaume Jouvenel des Ursins. Revenus à la cour à Paris avec Charles VII, les artistes, peintres, sculpteurs et maîtres verriers contribuent également à une vraie renaissance artistique.

La capitale s’embellit de nombreux hôtels particuliers en pierre, de fontaines richement décorées. Les églises sont parées d’une exubérante floraison sculpturale de feuillages et d’arabesques qui expriment l’opulence et la joie de vivre retrouvées. Paris qui a survécu au désastre de la guerre de Cent Ans est plus que jamais au 15ème siècle et bien au-delà, “ le foyer où s’élabore les modes, où s’inventent les rites sociaux, où se définit le style de vie, où se forme le goût de tous ceux qui en Europe prétendent vivre noblement. ”