Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Titus Annius Milo Papianus dit Milon

Titus Annius Milo Papianus dit Milon

dimanche 18 mars 2018, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 30 juillet 2011).

Titus Annius Milo Papianus dit Milon

Homme politique romain à la fin de la République

Restes de la Voie Appienne à Rome, près de Quarto Miglio.Né à Lanuvium [1] dans le Latium, il est le fils de Gaius Papius Celsus, et fut adopté par son oncle maternel, Titus Annius Luscus. Il est issu d’une famille d’origine obscure, jouissant de la citoyenneté romaine.

Soutien du parti des optimates [2], il organisa des bandes armées pour s’opposer à celles de Clodius Pulcher, chef des populares [3]. Milon étant tribun de la plèbe en 57 av jc, il est alors un des instigateurs du rappel de Cicéron, exilé sur l’initiative de Clodius.

Il devint préteur [4] en 55 av jc, et épousa la même année Cornelia Fausta , fille du Dictateur romain Sylla et ex-épouse de Gaius Memmius, mariage qui renforça son alliance avec les optimates.

En 53 av jc, il est le candidat des optimates au consulat pour l’année suivante, tandis que Clodius se présente à la préture. Les désordres à Rome retardèrent les élections et exacerbèrent les compétitions électorales.

Les 2 candidats et leurs partisans se rencontrèrent et se bagarrèrent sur la Via Appia [5] à Bovillae [6], Clodius fut blessé puis achevé dans l’affrontement du 18 janvier 52 av jc. Milon fut inculpé. Cicéron assura sa défense dans un climat si tendu qu’il ne parvint pas à plaider efficacement la légitime défense. Milon fut condamné et exilé à Marseille.

4 ans plus tard, en 49 av jc, lors des guerres civiles, il participa à la défense de Marseille au cours du siège mené par les troupes de Jules César qui refusa de l’amnistier de son exil après la capitulation de Marseille. En 48 av jc, tandis que César combat Pompée en Macédoine [7], il quitta Marseille et débarqua près de Naples, pour fomenter une révolte contre César en Italie du Sud. Mais il fut tué à Cosa, près de Thurii [8] en Lucanie [9].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Portail de la Rome antique/ Personnalité politique de la Rome antique

Notes

[1] Lanuvium est une cité antique latine du Latium, dans les Monts albains, en Italie centrale, aujourd’hui connue sous le nom de Lanuvio. Lanuvium faite partie de la Ligue latine. À la dissolution de cette ligue par les Romains en 338 av. jc, ses habitants reçoivent la citoyenneté romaine restreinte (sans droit de vote).

[2] Optimates, tendance politique aristocratique et conservatrice qui marqua le dernier siècle de la République romaine, par son opposition aux populares. Ce ne fut pas un parti politique au sens moderne, mais un clivage majeur dans les luttes politiques et sociales romaines, permettant aux acteurs politiques de se situer face au réformisme et au populisme des populares au sein d’alliances personnelles souvent mouvantes.

[3] Les populares formaient une tendance politique populiste qui marqua la République romaine, notamment au 2ème siècle av. jc, en s’appuyant sur les revendications des couches les plus pauvres de la société romaine et des non citoyens. Ce ne fut pas un parti politique au sens moderne, mais un clivage majeur dans les luttes politiques et sociales romaines, permettant aux acteurs politiques de se situer face au conservatisme des optimates au sein d’alliances personnelles souvent mouvantes.

[4] Le préteur est un magistrat de la Rome antique. Il était de rang sénatorial, pouvait s’asseoir sur la chaise curule, et porter la toge prétexte. Il était assisté par 2 licteurs à l’intérieur de Rome, et 6 hors du pomerium de l’Urbs. Il était élu pour une durée de 1 an par les comices centuriates. La fonction de préteur fut créée vers 366 av. jc pour alléger la charge des consuls, en particulier dans le domaine de la justice. Le premier préteur élu fut le patricien Spurius Furius, le fils de Marcus Furius Camillu. Égal en pouvoir au consul, auquel il n’a pas de compte à rendre, le préteur prêtait le même serment, le même jour, et détenait le même pouvoir. À l’origine, il n’y en avait qu’un seul, le préteur urbain, auquel s’est ajouté vers 242 av. jc le préteur pérégrin qui était chargé de rendre la justice dans les affaires impliquant les étrangers. Cette figure permit le développement du ius gentium, véritable droit commercial, par contraste avec le ius civile applicable uniquement aux litiges entre citoyens romain. Pour recruter, pour former ou pour mener des armées au combat ; sur le terrain, le préteur n’est soumis à personne. Les préteurs ont aussi un rôle religieux, et doivent mener des occasions religieuses telles que sacrifices et des jeux. Ils remplissent d’autres fonctions diverses, comme l’investigation sur les subversions, la désignation de commissionnaires, et la distribution d’aides. Lors de la vacance du consulat, les préteurs, avant la création des consuls suffects, pouvaient remplacer les consuls : on parle alors de préteurs consulaires.

[5] La voie Appienne (Via Appia) est une voie romaine de près de 500 km de longueur, partant de Rome, longeant la côte tyrrhénienne, traversant les terres de la Campanie et de la Basilicate pour terminer dans les Pouilles. Elle fut construite en 312 av. jc. Elle joignait à l’origine Rome à Capoue, puis fut prolongée jusqu’à Brindes (Brundisium). À l’issue de la Troisième Guerre servile en 71 av. jc, les esclaves sous le commandement de Spartacus furent écrasés par Crassus, les 6 000 survivants furent crucifiés le long de la voie Appienne. La voie Appienne est certainement la voie romaine la mieux conservée, et de nos jours de nombreux vestiges sont encore visibles. Son importance est confirmée par le surnom de « Reine des voies » (Regina Viarum) que lui donnaient les Romains, à l’origine de l’expression prendre « la voie royale ».

[6] Bovillae est une cité antique latine puis romaine qui se trouve au sud de Rome. Aujourd’hui, le site archéologique est sur le territoire de la commune de Marino, dans la province de Rome, dans la région des Castelli Romani. Bovillae est la première ville traversée par la Via Appia, en partant de Rome. Il s’agit d’une des routes les plus fréquentées d’Italie, ce qui confère au site une certaine importance. Après la destruction d’Albe la Longue sous le règne de Tullus Hostilius, les habitants sont transférés à Bovillae où ils perpétuent les plus importantes institutions religieuses latines, au moins jusqu’à la fin de la monarchie romaine. La ville, qui est devenue une des plus florissantes de la région, est pillée par les Volsques en 490 av. jc, marquant le début d’une longue période de déclin. En 17, Tibère instaure dans la ville d’origine de la gens Iulia le collège sacerdotal des Sodales Augustales et les Ludi augustales, jeux solennels donnés en l’honneur d’Auguste. Après la chute de l’Empire romain, la ville tombe dans l’oubli pour plusieurs siècles

[7] Le royaume de Macédoine est un État antique situé au nord de la Grèce correspondant aujourd’hui principalement à la Macédoine grecque. Il est centré sur la partie nord-est de la péninsule grecque, bordé par l’Épire à l’ouest, la Péonie au nord, la Thrace à l’est et la Thessalie au sud. Royaume périphérique de la Grèce aux époques archaïque et classique, il devient l’État dominant du monde grec durant l’époque hellénistique. L’existence du royaume est attestée au tout début du 7ème siècle av. jc avec à sa tête la dynastie des Argéades. Il connaît un formidable essor sous le règne de Philippe II qui étend sa domination sur la Grèce continentale en évinçant Athènes et la ligue chalcidienne pour ensuite fonder la Ligue de Corinthe. Son fils Alexandre le Grand est à l’origine de la conquête de l’immense empire perse et de l’expansion de l’hellénisme en Asie à la fin du 4ème siècle av. jc. Après sa mort, la Macédoine passe brièvement sous la tutelle des Antipatrides dans le contexte des guerres des diadoques. En 277, la royauté échoit à Antigone II Gonatas qui installe la dynastie des Antigonides qui règne jusqu’en 168, date à laquelle la Macédoine est conquise par les Romains. En 146 la Macédoine devient une province romaine.

[8] Thourioi, Thurii ou Thurium était une ville de la Grande Grèce sur le Golfe de Tarente, près du site antique de Sybaris. La fondation de la ville remontait à 452 av. jc, et était l’œuvre d’exilés de Sybaris et de leurs descendants qui souhaitaient repeupler le site de l’antique Sybaris.

[9] La région de Basilicate (en italien : Regione Basilicata, anciennement Lucanie, dite plus couramment la Basilicate, est une région d’Italie méridionale Faisant partie de la Grande-Grèce et peuplée par des colonies grecques côtières, elle fut conquise par Rome, et fit partie, avec la Calabre voisine, de la région du Bruttium. Les Romains finirent par distinguer cette région qu’ils baptisèrent la Lucanie du nom du peuple italique des Lucanii de la Calabre.